De l'importance du risque

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 21 avril 2024 - 12:00
Image
DE L importance du risque
Crédits
Pixabay
De l'importance du risque
Pixabay

Comme annoncé le 9 avril 2024 dans Prenons le « Risk », je reviens aujourd'hui sur la notion de risque, en abordant l'importance d'en prendre « selon l'angle », à savoir que, comme élaborait Kant : 

« Tout est un risque au fond, et l'instant de la décision est folie. »

À ce sujet, dans l'édito en question, j’ai écrit que dire la vérité est également prendre un risque, qui permet non seulement de se confronter au réel et ainsi de pouvoir se regarder dans un miroir en conscience, mais aussi de créer les conditions de la confiance – car le mensonge tue cette dernière.  En effet, on pardonnera plus facilement à une personne qui a fait erreur en étant sincère et vraie, qu’à quelqu’un qui a menti sans questionner s’il y avait une autre voie (comme pour la covid par exemple, cette vaccination que l’on s’est infligée parfois contre son gré). Nombreux sont ceux qui choisissent le mensonge, comme solution de facilité, au même titre qu'il est plus facile de se laisser glisser doucement et inexorablement vers la guerre que d’avoir le courage de la Paix. Cependant, le risque le plus « mortel » qui soit (au sens de s'interdire de vivre), n'est-il pas finalement celui de refuser de prendre des risques ? et par là même de refuser de voir la vérité en face.

Permettez-moi ici de développer mon propos. Oui : au risque de déplaire, d'être raillé de faire l'objet d'insultes, ainsi que de menaces. En tant que directeur de la rédaction de France-Soir, j'en ai l'habitude.

Et c'est justement de cela qu'il s'agit intrinsèquement. Je m'explique.

Quand la personne qui prend un risque est celle qui, devra réparer le préjudice porté, s'il se trouve que le risque pris à des conséquences négatives (en pécuniaire ou autres), l'effectivité du risque et la substantialité du risque (sa hauteur), dépendent essentiellement de deux paramètres : l'habitude ou non qu'on a de prendre précisément le risque concerné, et la nécessité ou carrément l'obligation qu'on a ou pas de prendre ce risque. 

Par exemple, pour un cascadeur professionnel qui officie depuis des années, et qui, dans le contrat qu'il a passé avec le réalisateur/producteur du film qui l'a engagé, doit effectuer une chute de cheval toute simple, une cascade qu'il a déjà réalisée mille fois, l'effectivité et la substantialité du risque qu'il prend quand il effectue cette cascade est quasiment nulle.

À l'inverse, pour une personne en surpoids, souple comme une pierre, très âgée, qui n'a jamais fait de sport de sa vie, et encore moins monter à cheval, qui plus est, a déjà une jambe cassée, s'essayer à effectuer cette cascade, non pas, parce qu'elle a signé un contrat en ce sens, mais, disons par défi ou par pure folie, c'est là prendre un risque d'une effectivité et d'une substantialité éminemment élevées, voire potentiellement hautement mortelles. Et ceci d'autant plus que non-engagée par contrat pour l'effectuer, donc sans obligation de le faire.

Et bien, en politique, c'est à la fois exactement la même chose et parfaitement le contraire.

En effet, généralement, les politiciens prennent des décisions dans des domaines, matières et sujets où ils ne connaissent rien, en tout cas en pratique, et absolument rien de la réalité du terrain.

Plus on monte haut dans la hiérarchie, et plus ce triste constat se vérifie. Et c'est malheureusement, particulièrement vrai en Macronie. Complètement déconnecté de la réalité du terrain, Emmanuel Macron en est l'illustration frappante.

Cependant, le prix à payer et les conséquences sont si faible, subséquemment au risque que prend un politicien, quand il accomplit tel acte créateur de norme (interdiction ou obligation) ou de dépense des deniers publics, quand un préjudice injustifié porté par cet acte il y a... 

Dès lors, quand bien même la décision est manifestement inappropriée, totalement vouée à l'échec, contre-productive ou suicidaire pour le pays et ses habitants, effectivité et substantialité, le politicien ne prend véritablement aucun risque, ni pénalement ni civilement ni « professionnellement. » sauf à ce qu'il démissionne (ce qui n'est plus arrivé depuis Charles Gaulle en 1969 suite à la victoire du « non » au référendum qu'il avait ordonné, et à l'occasion duquel il avait engagé sa responsabilité présidentielle), donc, ce politicien peut rester en fonction jusqu'au terme de son mandat, et les électeurs ayant une mémoire de poisson rouge, rien n'empêchera, hélas, qu'il soit réélu.

Il en va de même pour les hauts fonctionnaires. En cas de décision incongrue, au pire, ils seront mutés, un changement qui d'ordinaire n'est qu'une affectation consistant en une promotion concernant le salaire.

En tout cas, hormis pour les maires, il en est ainsi : les incompétents en col blanc qui nous dirigent et décident de la destinée de la France, n'encourent aucune sanction en cas de risque absurde, fou, ou criminel, qu'ils prennent au préjudice de la France, des entreprises françaises et de ses habitants.

C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle ils se permettent tout et n'importe quoi.

N'est-ce pas Monsieur Macron, Monsieur Castex, Madame Borne et Monsieur Attal, pour ne citer ici que les quatre derniers fossoyeurs en date de la France aux deux plus hautes fonctions de l'État, fossoyeurs tant en économie, qu'en industrie, culture..., en solennité de ces fonctions, en prestige et image du pays, que pour ce qui est de la santé publique et de la cohésion sociale.

Ah ça ! Si les politiciens (et les hauts fonctionnaires) étaient responsables sur leurs deniers privés, des dépenses inappropriées des deniers publics causées par les décisions qu'ils prennent, ou mieux, responsables pénalement (1), croyez-moi ils y réfléchiraient à deux fois, dix fois, cent fois, même, avant de prendre les décisions qu'ils prennent en notre nom, la plupart du temps sans qu'on ne leur ait rien demandé, ou plus grave, en allant contre ce que le peuple a décidé par référendum, comme en 2008 avec le Traité européen.

Dès lors, la mesure politique qu'il conviendrait de prendre, avant toute autre, ne serait-elle pas d'attacher à l'exercice du pouvoir (quel qu'il soit), élus et hauts fonctionnaires, l'engagement systématique de leur responsabilité…pénale, civile et professionnelle (révocation d'office).  Un engagement systématique de leur responsabilité lorsqu'une décision prise par eux cause indûment ou exagérément préjudice à un ou plusieurs citoyens ou aux deniers publics, ou porte atteinte à la cohésion sociale, à l'intégrité du territoire, à l'image de la France à l'étranger, ou au respect dû à la fonction exercée. Ceci, évidemment, hors le cas dit « de l'obligation d'agir », c'est-à-dire en présence d'un danger imminent, authentique et grave, car auquel cas ne pas prendre de décision est une faute en soi.

En l'état actuel du droit, tout maire est responsable pénalement, civilement et professionnellement comme susdit. Pourquoi diable n'en est-il pas de même des conseillers régionaux, des conseillers départementaux, des députés, des sénateurs, des ministres et du président de la République ?

Ce ne serait que justice !

Il y a 80 ans aujourd’hui, après une longue lutte, les Françaises obtenaient le droit de vote et l’éligibilité – un combat pour l’égalité, mais aussi la non-discrimination. Wladimir d’Ormesson, éditorialiste, écrivait à ce sujet : « Je ne sais pas si l’on mesure l’importance que représente l’introduction du vote des femmes dans la politique française. Nous nous trouvons là en présence d’un élément inconnu. Ses conséquences peuvent être considérables. »

Espérons qu’il ne faudra pas autant de temps pour lire une adaptation de cette phrase à propos de la pénalisation aux autres élus que les maires dans un combat pour l’égalité et la non-discrimination vis-à-vis des décisions publiques et de la justice : 

 « Je ne sais pas si l’on mesure l’importance que représente l’application de la pénalisation à Tous les élus ou personnes en position de décision en politique française. Nous nous trouvons là en présence d’un élément inconnu. Ses conséquences peuvent être considérables. »

Cette mesure consisterait en fait en un changement de système radical, mais qui indéniablement serait très largement bénéfique pour la France et les Français. Donc prenons le risque de l'imposer dès à présent à ceux qui veulent exercer le pouvoir en France.

Après tout, comme le dit fort justement ce proverbe que vous connaissez tous : « Qui ne tente rien n'a rien. »

(1) pourquoi pas à hauteur d'un an de prison ferme par tranche d'un million d’euros indûment dépensés, et la réclusion criminelle à perpétuité chaque fois qu'il y a un décès indu directement imputable à leurs décisions.

À LIRE AUSSI

Image
Prenons le risque
Prenons le « Risk »
Oui, amusons-nous, le temps de cet édito, à imaginer comment le monde fonctionnerait aujourd'hui, si la géopolitique était en fait un jeu de société (1). Après tout, q...
09 avril 2024 - 14:41
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.