L’innocuité des vaccins à ARNm remise en cause

Auteur(s)
Le Collectif Citoyen, pour FranceSoir
Publié le 23 février 2022 - 20:03
Image
Vaccin
Crédits
Pixabay
"Cette étude à elle seule devrait induire l’arrêt immédiat de la vaccination avec ces produits à ARNm."
Pixabay

TRIBUNE — Contrairement à ce qui est avancé depuis plus d’un an par les fabricants de vaccin, la protéine Spike vaccinale et l’ARNm des vaccins restent présents au moins deux mois dans le corps des patients.

Une étude revue par les pairs et publiée dans la revue scientifique Cell, une revue scientifique internationale de haut niveau, révèle que l'antigène Spike produite par le vaccin et l'ARNm vaccinal persistent pendant deux mois dans les centres germinatifs des ganglions lymphatiques et que la production de protéines Spike est supérieure à celle des patients gravement malades atteints de COVID-19. Cette étude remet totalement en cause l’innocuité des vaccins à base d’ARNm tels que ceux de Pfizer ou Moderna et pourrait expliquer les nombreux effets indésirables déclarés en pharmacovigilance (myocardites, thromboses etc) et faire craindre des effets indésirables à long terme. Explications.

L’article publié le 24 janvier 2022 dans la revue Cell, est titré « Empreinte immunitaire, étendue de la reconnaissance des variants et réponse du centre germinal dans l'infection et la vaccination par le SARS-CoV-2 » (« Immune imprinting, breadth of variant recognition, and germinal center response in human SARS-CoV-2 infection and vaccination »).

Les auteurs de cette étude ont cherché à savoir « si les anticorps stimulés par la vaccination par ARNm (BNT162b2), y compris le rappel à la troisième dose, diffèrent de ceux générés par une infection ou des vaccins adénoviraux (ChAdOx1-S et Gam-COVID-Vac) ou viraux inactivés (BBIBP-CorV) ».

Selon la revue Cell, les faits saillants de cette étude seraient les suivants :

  • La vaccination confère une liaison des IgG plus large sur les RBD des variants que l'infection par le SARS-CoV-2 ;
  • L'empreinte des expositions initiales à l'antigène modifie les réponses IgG aux variants du virus ;
  • L'histologie des ganglions lymphatiques vaccinés par l'ARNm montre de nombreux centres germinatifs ;
  • L'antigène Spike produit par les vaccins et l'ARNm persistent pendant des semaines dans les centres germinatifs des ganglions lymphatiques.

C’est sur ce dernier point que nous allons nous focaliser, car cette découverte est capitale. Elle a des conséquences directes sur l’innocuité ou non des vaccins à ARNm contre la Covid-19.

Par ailleurs, dans l’étude, les auteurs concluent :

« We find that BNT162b2 vaccination produces IgG responses to spike and RBD at concentrations as  high as those of severely ill COVID-19 patients and follows a similar time course. Unlike infection, which stimulates robust but short-lived IgM and IgA responses, vaccination shows a pronounced bias for IgG production even at early time point »

Traduction : « Nous constatons que la vaccination BNT162b2 produit des réponses IgG contre la Spike et le RBD à des concentrations aussi élevées que celles des patients COVID-19 gravement malades et suit une évolution similaire. Contrairement à l'infection, qui stimule des réponses IgM et IgA robustes, mais de courte durée, la vaccination présente un biais prononcé pour la production d'IgG même à un stade précoce »

Et, un autre point crucial de l’étude est que la production de protéines Spike chez les personnes vaccinées avec le vaccin Moderna ou Pfizer est supérieure à celle des patients COVID-19 gravement malades.

« La biodistribution, la quantité et la persistance de l'ARNm du vaccin et de l'antigène Spike après la vaccination et des antigènes viraux après l'infection par le SARS-CoV-2 ne sont pas complètement comprises, mais sont susceptibles d'être des déterminants majeurs des réponses immunitaires. Nous avons effectué une hybridation in situ avec des sondes RNAScope spécifiques à l'ARNm du vaccin SARS-CoV-2 dans les biopsies à l'aiguille centrale des LN [ganglions lymphatiques} axillaires ipsilatérales qui ont été collectées 7 à 60 jours après la deuxième dose de vaccination par ARNm-1273 ou BNT162b2 et détecté l'ARNm du vaccin collecté dans les GC [centre germinatifs] des LN [ganglions lymphatiques] aux jours 7, 16 et 37 après la vaccination, avec un signal spécifique plus faible mais toujours appréciable au jour 60 ( Figures 7A–7E). Seuls de rares foyers d'ARNm du vaccin ont été observés en dehors des GC [centres germinatifs] ».

En résumé, cette étude confirme donc que l'ARNm vaccinal et la protéine Spike produite persistent pendant des semaines dans les centres germinatifs des ganglions lymphatiques chez les patients, ce qui est très inhabituel selon le Dr Malone qui s’exprime à ce sujet sur son compte Telegram. Les analyses du Dr Robert Malone sont d’autant plus pertinentes qu’il est co-inventeur de la technologie vaccinale à ARNm il y a plus de 30 ans.

Voir aussi : Robert Malone, pionnier des vaccins ARNm: "je déclare que la protéine native Spike est toxique"

« Une hypothèse très réelle est que la substitution de la pseudouridine à l'uridine pour éviter la réponse immunitaire fonctionne si bien que l'ARNm échappe complètement aux voies normales de clairance/dégradation.  Par conséquent, l'ARNm qui n'est pas incorporé dans les cellules au site d'injection migre vers les ganglions lymphatiques (et dans tout le corps, comme le suggèrent les données non cliniques de Pfizer ?) et continue d'y exprimer des protéines.  Dans ce cas, l'antigène protéique cytotoxique est la Spike. La protéine Spike peut être détectée pendant au moins 60 jours après l'administration de la dose. À noter que la durée d'expression de la protéine n'a été testée que pendant 60 jours. » 

Il écrit également à propos de cette étude :

« Sachant ce que nous savons de la protéine Spike dans ces vaccins, l'étude a mesuré quantitativement les niveaux de protéine Spike dans le plasma après la vaccination. Qui, il s'avère, sont plus élevés que les niveaux observés chez une personne atteinte d'une infection grave au COVID-19. Juste pour l'écrire, le fait que cela ne soit découvert ou qu'il soit connu, rendu public que maintenant est criminel à mon avis. Cela aurait dû être caractérisé il y a longtemps, y compris avant le début des essais cliniques sur l'homme. Le fait que cela n'ait pas été publié ou enquêté davantage démontre le manquement flagrant au devoir réglementaire de Pfizer, Biointech, Moderna, NIAID VRC et toute cette équipe. L'utilisation de ces vaccins, qui incluent la pseudouridine sans en comprendre pleinement les implications et sans que la FDA n'exige un ensemble complet de réglementations de toxicologie préclinique, y compris un suivi à long terme, comme c'est le cas avec tout autre additif chimique ou adjuvant unique, est choquante. Ensuite, il y a la nouvelle utilisation des nanoparticules uniques utilisées dans ces vaccins, qui n'ont également été que marginalement évaluées, comme le montrent les données japonaises de Pfizer ».

Et le Dr Malone de poursuivre :

« L'expression des protéines n'est pas désactivée, car la réponse immunitaire contre le complexe ARNm/pseudouridine ne se produit pas ou est inefficace. Il se peut également que le complexe ARNm/pseudouridine ait une demi-vie plus longue que l'ARNm normal. Dans les deux cas, c'est un cauchemar réglementaire. Je ne sais pas comment écrire cela plus fortement. Cette technologie est immature. L'OMS a approuvé six vaccins plus traditionnels, que le gouvernement américain pourrait tous autoriser. Ces vaccins génétiques ne sont pas la seule option.

À noter : L'utilisation de pseudouridine dans ces vaccins à ARNm n'est pas la seule option. On a souvent émis l'hypothèse que la raison pour laquelle le Dr Kariko a ajouté de la pseudouridine au vaccin à ARNm était d'apporter une amélioration aux brevets d'ARNm originaux dont j'étais l'inventeur. Une amélioration d'un brevet existant permet la commercialisation de ce brevet. C'est un vieux truc. N'oubliez pas que Curevac n'utilise pas de pseudouridine dans sa formulation et qu'elle n'est pas requise ou nécessaire pour une réponse immunitaire significative. Dans la prochaine génération d'expériences sur les vaccins à ARNm (espérons-le dans un modèle animal), il est clair que les problèmes d'ajout de pseudouridine doivent être résolus avant que ces vaccins n'entrent chez l'homme.
 »

La durée de vie des ARNm des vaccins n’aurait-elle pas été correctement étudiée par les fabricants ?

Alors que la communication des fabricants et du gouvernement pour rassurer la population sur la soi-disant innocuité des vaccins à ARNm, était que les ARNm ne persistaient que quelques heures dans le corps suite à l’injection, cette étude nous apprend qu’il n’en est rien : l’ARNm vaccinal persiste au moins jusqu’à 60 jours. La réalité est donc que cela n’avait pas été évalué correctement par les fabricants !

Les exemples ne manquent pas du côté des hautes autorités de Santé Publique se basant sur cette fake news propagée par les fabricants.

Ici le Pr Alain Fisher :

« D’autre part, cette acquisition de l’immunité protectrice dépend aussi des techniques de vaccination. Ainsi, on sait que l’ARNm vaccinal a une très courte durée de vie, ce qui peut avoir un impact sur le développement d’une immunité protectrice… »

Ici la HAS :

« Par ailleurs, il n’existe pas d’étude sur le passage de ces vaccins dans le lait ou chez la femme allaitante, mais la HAS rappelle que, sur la base des mécanismes biologiques (dégradation rapide des ARNm), il n’y a pas d’effet attendu chez le nourrisson et l’enfant allaité par une femme vaccinée. La vaccination chez la femme allaitante est donc possible. »

De même, les fabricants n’ont jamais évalué ni la quantité de Spike produite par les vaccinés, ni sa biodistribution dans le corps, ni encore pendant combien de temps cette protéine Spike pouvait être produite chez les gens ayant reçu les vaccins.

Dans son article du 20 août 2020, le Dr Jean-François Lesgards, biochimiste, expliquait déjà que les études de sécurité sur ces « vaccins » n’avaient pas été réalisées correctement.

« Une étude de Pfizer montre que l’ARNm a été détecté dans la plupart des tissus dès les premiers instants après injection (15 minutes) et les résultats confirment que le site d'injection et le foie sont les principaux sites de distribution (EMA, 2021). De faibles niveaux de radioactivité ont été détectés dans la plupart des tissus, les taux les plus élevés dans le plasma, étant observés une à quatre heures après la dose. Après 48 heures (avec un maximum des concentrations observées 8 à 48 h), on retrouve cet ARNm surtout dans le foie (jusqu'à 21,5 %), les glandes surrénales, la rate (≤ 1,1 %) et les ovaires (≤ 0,1 %). »

Et au sujet de la protéine Spike produite par l’ARNm des vaccins :

« En réalité, la production de protéine Spike par cet ARNm se fait de façon anarchique et on ne sait pas précisément combien de temps cette protéine toxique est produite et demeure présente dans les cellules de nos organes mais aussi dans la circulation sanguine. Il semble qu’on la retrouve après plusieurs semaines avec la possibilité de produire une inflammation chronique dans de nombreux organes. »

Et enfin :

« Pour ce qui est de la neurotoxicité, les effets secondaires graves post vaccination peuvent être liés vraisemblablement à la circulation de l’ARNm vers le cerveau mais aussi à la circulation de spike libre dans le sang qui passe la barrière hématoencéphalique (Buzhdygan et al., 2020) (Rhea EM et al., 2021) »

Il pointait également la possibilité d’intégration de l’ARN à l’ADN via deux enzymes au moins du corps humain qui sont capables de le faire (Zhang, L et al., 2021 ; Chandramouly G et al., 2021).

« Là, il s’agirait alors d’une flambée de cancers qui pourraient être observée entre un et dix ans. Maladies neurologiques et auto-immunes peuvent aussi en découler (Seneff S and Nigh, 2021). »

De la même manière, le Dr Jean-Marc Sabatier, directeur de recherches au CNRS, alerte sur ces vaccins quant à leur non-efficacité depuis le variant Delta, et pire encore Omicron et surtout leur non-innocuité depuis plusieurs mois.

Lire aussi : Immunité, vaccins, effets indésirables, traitements : l'analyse de Jean-Marc Sabatier

Hier encore, le Dr Sabatier s’exprimait à ce sujet dans l’infodujour :

« Les vaccins utilisés doivent répondre à deux critères : ils doivent être efficaces contre le virus et inoffensifs pour notre organisme. À ce jour, il est clair que les personnes vaccinées peuvent être infectées par les variants du SARS-CoV-2, et transmettre le virus à d’autres personnes. Il y a donc un problème majeur d’efficacité.

De même, ces vaccins de première génération (basés sur la protéine Spike du virus de Wuhan qui est une souche virale ne circulant plus depuis environ 18 mois) ne sont pas dépourvus d’effets secondaires -plus ou moins graves- chez les personnes vaccinées. Cela signifie que ces vaccins ne sont pas toujours inoffensifs selon les personnes, ce qui est aussi un problème majeur, car l’innocuité vaccinale qui devrait être une condition requise pour tout vaccin n’existe pas.


Parmi les effets secondaires dits « immédiats » de la vaccination, on retrouve les myocardites, péricardites, thromboses, thrombocytopénies, troubles de la menstruation, et bien d’autres. Il est aussi fortement à craindre des effets indésirables plus « tardifs » (pouvant mettre des mois ou des années à apparaître), tels que maladies auto-immunes, cancers et pathologies neurologiques. Pour toutes ces raisons, je ne recommande pas la vaccination obligatoire et massive des populations (notamment des plus jeunes) contre le SARS-CoV-2 avec les pseudo-vaccins actuels. »

Et pourtant, la FDA (Food and Drug Administration) et l’EMA (European Medicine Agency) n’ont rien trouvé à redire à cela et ont accordé leur autorisation d’urgence, autorisation à partir desquelles des gouvernements ont décidé des vaccinations de masse sur leur population, pour certains sous la contrainte.

En résumé, cette nouvelle étude renforce les alertes des médecins et scientifiques qui depuis des mois préviennent que ces vaccins à ARNm n’ont pas subi de tests d’innocuité adéquats.

Elle confirme :

  • que les vaccins Pfizer produisent des réponses d’anticorps contre la Spike à des concentrations aussi élevées que celles des patients COVID-19 gravement malades ;
  • que la production de protéines Spike chez les personnes vaccinées avec le vaccin Moderna ou Pfizer est supérieure à celle des patients COVID-19 gravement malades ;
  • que la protéine Spike produite par les vaccins persistent pendant au moins 60 jours dans les centres germinatifs des ganglions lymphatiques ;
  • que l’ARNm vaccinal persistent pendant des semaines dans les centres germinatifs des ganglions lymphatiques.

Cette étude à elle seule devrait induire l’arrêt immédiat de la vaccination avec ces produits à ARNm, d’autant que la vague Omicron est sur le point de se terminer et que ce variant est très peu létal. Elle devrait également permettre à des associations de défense des citoyens d’attaquer à minima les décideurs des agences de Santé Publique française et européenne pour mise en danger de la vie d’autrui pour avoir accordé des autorisations d’urgence sur la base d’études dépourvues d’analyses toxicologique et d’innocuité, et d’avoir fait croire, et c’est certainement le plus grave, que ces vaccins étaient « inoffensifs » et que les gens ne courraient aucun risque à se faire vacciner.

Tout cela finira devant les tribunaux, cela ne fait aucun doute. Mais en attendant des gens ont abimé leur santé sur la base d’informations déloyales de la part des fabricants et d’organisme de Santé Publique qui n’ont pas fait leur travail pour protéger les citoyens, pour des raisons qu’il restera à élucider.

À LIRE AUSSI

Image
vaccin anti-Covid
Covid-19 : Spike, ARN et "vaccins"… Et si on lançait les études préalables ?
TRIBUNE — Alors que l’ARN des « vaccins » Covid-19 et la protéine Spike vaccinale (potentiellement délétère) peuvent persister plusieurs mois dans l’organisme, on envi...
16 février 2022 - 11:44
Opinions
Image
Donato, Roos, Joron, Sincic
"Où est la transparence ?" Des députés européens demandent des comptes sur les politiques sanitaires
Lors d’un plateau exceptionnel au Parlement européen de Bruxelles, l’avocate Maître Diane Protat est venu rencontrer les députés européens opposés aux politiques sanit...
14 février 2022 - 18:47
Politique
Image
Vaccin Spike
En faisant produire la protéine Spike par les cellules, vacciner revient à inoculer la maladie
TRIBUNE - Je ne suis ni médecin ni biologiste, mais je suis scientifique, docteure en physique, professeure universitaire à la retraite. Depuis le début de la pandémie...
07 octobre 2021 - 16:24
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don