Présidentielle 2022 : l'opposition contrôlée ?

Présidentielle 2022 : l'opposition contrôlée ?

Publié le 22/09/2021 à 16:09
Pixabay License
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Claude Janvier, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

BILLET - Le 10 avril 2022 aura lieu l'élection présidentielle, avec pour l'instant pas moins de 30 candidats. N'en jetez plus, la cour est pleine ! La course aux 500 parrainages est lancée. Qui va gagner ? (cf. le Nouvel Obs du 3 septembre 2021 et de Sortir à Paris du 19 septembre 2021)

Je ne vais pas vous énumérer toute la liste, assez fastidieuse d'ailleurs. Entre les indéboulonnables, les arrivistes, les opportunistes, et quelques souverainistes, rien de nouveau sous le soleil. C'est d'un ennui total.

Entre une extrême gauche inexistante depuis bien trop longtemps, en passant par les ténors de la LREM, du PS, de la LR, du Modem et des Verts, tout ce beau monde inutile veut conserver sa part de gâteau. Reste l'extrême droite plombée par le RN et les divers, regroupant royalistes, souverainistes, animalistes et indépendants.

Pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour se douter qu'au deuxième tour, ce sera sans surprise, c'est-à-dire un sempiternel duel - qui n'en est pas un d'ailleurs - entre un candidat LREM et Marine Le Pen. Nous connaissons d'avance le résultat.

Notre pays comptait, aux dernières élections régionales et départementales de 2021, le chiffre exorbitant d'au moins 66 % d'abstentionnistes. C'est un énorme problème. Ajoutez à cela qu'au moins 10 % de "militants électeurs" voteront, quoiqu'il se passe, pour chaque grand partis tels que la LREM, le PS et la LR, que 5 à 6 % des électeurs voteront verdâtre et Modem, et que le reste des candidats se verront crédités entre 0,1 % et 5 % de voix suivant l'humeur Ô combien changeante du citoyen. Pourcentage évolutif, tout dépendra du matraquage de la grande presse et des ordres des "réseaux Attali".

Eric Zemmour, qui ne s'est pas encore engagé officiellement, serait crédité pour l'instant à 10 %.

En fait, quelques candidats regroupés dans la section "extrême droite et divers" peuvent changer la donne. À condition de le vouloir. Vous noterez que je n'ai pas inclus les candidats d'extrême gauche, trop englués dans des idées surannées, et sans volonté réelle de sortir notre pays de l'emprise de la grande finance internationale.

Qu'est-ce qui empêche les souverainistes, royalistes et quelques autres de désigner un candidat commun, de se ranger derrière lui, et d'œuvrer pour que cette personnalité fasse le troisième larron à la prochaine élection présidentielle ? Bonne question. L'égo de chacun est un obstacle de taille. Mais, si chaque candidat faisait passer l'intérêt de la nation avant le sien, nous pourrions sortir enfin de l'hégémonie mondialiste de Bruxelles, retrouver notre souveraineté nationale et sortir enfin de ce bourbier. D'autant plus que l'union faisant la force, il y aurait une équipe pour gouverner derrière le candidat commun.

Si personne ne fait l'effort de considérer le bien de la nation avant le sien, alors on peut légitimement se demander si l'abondance de candidatures n'est qu'un leurre profitable à la LREM - diviser pour mieux régner - et que tout ce flonflon n'est en somme que de l'opposition contrôlée.
 

Ecrivain et polémiste, Claude Janvier est co-auteur avec Jean-Loup Izambert du livre "Le virus et le président", IS édition.

Auteur(s): Claude Janvier, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Tout ce beau monde inutile veut conserver sa part de gâteau", l'auteur

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir