Émeutes : le gouvernement sollicite les réseaux sociaux pour réduire la diffusion de contenus violents, Twitter accusé de censure

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 03 juillet 2023 - 09:15
Image
twitter réseaux
Crédits
Photo de Akshar Dave sur unsplash.com
Macron et certains de ses ministres font pression sur les réseaux sociaux pour restreindre la diffusion de contenus violents et identifier leurs auteurs.
Photo de Akshar Dave sur unsplash.com

RÉSEAUX SOCIAUX - Twitter censure-t-il les contenus liés aux émeutes en France ? Accusés par l'exécutif de susciter une “forme de mimétisme de la violence” à travers la diffusion des vidéos, les réseaux sociaux ont été sommés par le président Macron de retirer les “contenus les plus sensibles”. Sur l’oiseau bleu, les internautes dénoncent depuis samedi dernier 1er juillet une censure et des “shadow ban” (réduction de la visibilité d’un compte ou de ses contenus sans en informer son utilisateur, ndlr), affirmant que les trends (tendances sur Twitter) liées aux émeutes ne sont plus visibles. Des accusations contre Twitter qui se mêlent aux conséquences de la dernière décision du patron du réseau social, Elon Musk, qui a annoncé, vendredi, une limitation du nombre de tweets visibles par les internautes.

Vendredi 30 juin, Emmanuel Macron recevait avec sa Première ministre, Elisabeth Borne, son ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, son ministre du numérique, Jean-Noël Barrot, et les responsables en France des réseaux sociaux Meta, Twitter, Snap ou encore Tik-Tok, convoqués d'urgence.

“Les réseaux sociaux jouent un rôle considérable dans les mouvements des derniers jours”, a déclaré le locataire de l’Élysée. La recrudescence de la violence dans les villes françaises, que Macron attribue à “l’intoxication aux jeux vidéos”, trouve aussi son origine selon le président de la République dans une “forme de mimétisme” par rapport aux vidéos largement diffusées sur les plateformes numériques.

Si un tour rapide sur les réseaux sociaux permettait de constater que les sujets à la tête des tendances étaient tous liés aux émeutes et aux affrontements avec les forces de l’ordre, cette relation de cause à effet a été aussi vivement critiquée.

“En contact permanent avec des autorités”

Les responsables de Meta, Twitter et des autres réseaux sociaux ont ainsi été sollicités par l’exécutif pour s'attacher à retirer “les contenus les plus sensibles” et identifier les auteurs d'appels à la violence. La majorité de ces plateformes interdisent déjà dans leurs règlements intérieurs les contenus incitant à la violence, à des activités criminelles ou à porter atteinte à autrui mais la quantité de contenus diffusés et relayés simultanément a semblé mettre à mal les équipes de modération. Raison pour laquelle des réseaux sociaux comme Meta disent être “en contact permanent avec des autorités françaises” et avoir mis en place une “cellule de veille dès le milieu de la semaine pour agir le plus vite possible”.

Agir pour restreindre la diffusion de ces contenus, mais surtout pour identifier les internautes derrière les comptes, y compris anonymes : il s'agit là d'une opération autorisée par loi de 2004 sur la confiance dans l'économie numérique, qui oblige les réseaux sociaux à conserver les données identifiant les titulaires des comptes afin de les transmettre éventuellement aux autorités.

Y compris à des fins de poursuites judiciaires, selon une déclaration véhémente du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti : “Que les gamins sachent clairement qu'on va péter les comptes. L'autorité judiciaire peut, sur réquisition, demander aux opérateurs de livrer les adresses IP, ce qui nous permet évidemment d'arriver à l'identité de ceux qui s'en servent pour dire quand, où et comment on va aller casser”, a-t-il averti.

Les réseaux sociaux se sont-ils mis à censurer les contenus liés aux émeutes ? Twitter est l’un des “principaux accusés” par les internautes français. Les reproches contre l’oiseau bleu et son patron, le milliardaire Elon Musk, sont nombreux. Beaucoup dénoncent leur “shadow ban”, une technique utilisée par l’équipe de modération de Twitter pour réduire la visibilité d’un compte ou de ses contenus sans avertir son utilisateur.

Ils affirment que leurs tweets ne récoltent aucun "like" ("j'aime"), aucun retweet (le fait de relayer un message), ni même de réponse (les commentaires). Un état de fait également dénoncé par des comptes Twitter très suivis qui affirment, en outre, avoir reçu un avertissement par email de la part de l’oiseau bleu à propos de certains de leurs tweets ou avoir été contactés de la part du ministère de l’Intérieur.

Musk accusé de censure après la limite la lecture des tweets

D’autres internautes affirment que les mots-clés des tendances, généralement accompagnés par un hashtag (#emeutes, #GuerreCivile, #France, etc, pour souligner les tendances en cours) ne figuraient plus dans les “trends” depuis une adresse IP française (autrement dit, en ce qui concerne les utilisateurs situés en France, ndlr).

Pourtant, depuis l’Hexagone ou à l’aide d’un serveur VPN domicilié en France, les mots-clés sont toujours épinglés à la tête des tendances et disponibles, affichant des vidéos liées aux émeutes... D’ailleurs, des internautes ironisant sur ces éventuelles limitations diffusaient eux-mêmes des vidéos, se moquant à propos d’une “censure” dysfonctionnelle du “gouvernement”.

Qu’en est-il réellement ? De nombreux utilisateurs de Twitter montraient, image à l’appui, la censure de leurs contenus ou leur “shadow ban”. Il s’agissait notamment de captures d’écran de leurs fils Twitter, où apparaît, depuis hier, un message indiquant que “la limite de taux a été dépassée”. Attribué à une censure, ce message dépend en réalité d’une des dernières décisions de Musk à propos de sa plateforme.

Le chef de Tesla et de SpaceX, qui promet de “relancer” Twitter et ses recettes décroissantes, a en effet annoncé restreindre temporairement la lecture de messages sur sa plateforme, à l'échelle internationale. Dans un tweet publié vendredi 30 juin, il explique cette décision par la nécessité de “remédier aux niveaux extrêmes de recueil de données et de manipulation de système” par des tiers (il pourrait s'agir d'une Intelligence Artificielle "hostile", selon certaines sources, ndlr), a précisé le milliardaire. Une manœuvre qui n'aurait donc pas de rapport avec l'actualité en France.

Les comptes vérifiés pouvaient initialement lire 6 000 tweets par jour, contre 600 pour les comptes non vérifiés et 300 pour les nouveaux comptes non vérifiés. Des plafonds qui ont été revus à la hausse dans la journée de samedi 1er juillet 2023.

Cette décision a par ailleurs été interprétée par des internautes comme la suite de la récente réunion entre Emmanuel Macron, des membres du gouvernement et les responsables de plusieurs réseaux sociaux ou géants de la Tech, dont Musk. Ils sont nombreux à affirmer que cette mesure est une opération de censure, sans doute influencés par un faux document relayé sur les réseaux sociaux - et dénoncé par le ministère de l’Intérieur comme étant une fake news - qui affirme que “des restrictions temporaires à l’accès internet seront adoptées dans certains quartiers”.

 

À LIRE AUSSI

Image
ARA Twitter chasse
Twitter Files (partie 16) : le deux poids, deux mesures de leur traitement médiatique aux États-Unis (et en France)
TWITTERFILES - Dans une suite de messages publiée le 19 février dernier, le journaliste d’investigation Matt Taibbi évoque le deux poids, deux mesures du traitement mé...
08 avril 2023 - 11:30
Société
Image
oiseau bleu
Twitter Files, partie 11 (et 12)  : comment le réseau social est passé sous la coupe des services étasuniens du renseignement 
#TWITTERFILES - Dans de nouveaux “threads” publiés le 3 janvier 2022, le journaliste Matt Taibbi détaille la mise en cage de Twitter par les services du renseignement ...
01 février 2023 - 11:40
Société
Image
marche blanche nahel
Pour la mémoire de Nahel : une marche blanche très suivie, qui n'a pas su éviter les troubles
Mercredi dernier, Mounia M., la maman du jeune Nahel annonçait la tenue d’une marche blanche, ce jeudi 29 juin à 14 heures, dans une interview diffusée sur France 5, d...
30 juin 2023 - 21:30
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Draghi
Mario Draghi, enfant prodige de Goldman Sachs et Bretton Woods, de l’ombre grecque à l’échec italien
PORTRAIT CRACHE - Professeur d'économie, banquier : Mario Draghi, c'est l'histoire d'un homme qui a troqué les bancs de la fac pour les couloirs de la finance mondiale...
06 juillet 2024 - 15:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.