Cantines: Najat Vallaud-Belkacem ne veut pas imposer le menu végétarien

Cantines: Najat Vallaud-Belkacem ne veut pas imposer le menu végétarien

Publié le 14/09/2015 à 11:13 - Mise à jour à 11:32
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Najat Vallaud-Belkacem se refuse à imposer un menu alternatif végétarien dans les cantines scolaires. La ministre de l'Education reconnaît l'intérêt de la proposition du député (UDI) Yves Jégo, mais ne considère pas nécessaire une telle généralisation face à des polémiques isolées et un système qui "fonctionne bien aujourd'hui".

Alors que le débat sur les repas différenciés dans les cantines scolaires se poursuit, le député du Doubs et vice-président de l'UDI Yves Jégo compte déposer une proposition de loi pour rendre obligatoire un menu alternatif végétarien. Une mesure censée permettre à tous les élèves, quelles que soient leurs pratiques religieuses, de trouver à la cantine un plat adapté, sans les stigmatiser.

La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem a cependant laissé entendre, dimanche 13 sur France-3, qu'elle ne soutiendrait pas cette proposition. Elle lui reconaît "au moins une vertu, c'est d'essayer de trouver une réponse non polémique" sur la question des menus de substitution sans porc.

La ministre se refuse cependant à imposer le menu végétarien car il répondrait, selon elle, à une polémique artificielle, alors que des règles existent déjà: "C'est une réponse à un problème créé de toute pièce (...) alors que le sens même de laïcité dans notre pays, c'est que les collectivités locales, comme elles l'ont toujours fait depuis des décénnies, ont la possibilité d'offir un menu de substitution".

Najat Vallaud-Belkacem n'est pas hermétique à cette idée de menu végétarien qui "peut être une bonne idée", mais elle se refuse à en faire une règle absolue pour toutes les villes de france: "Un certain nombre de communes offrent des menus de substitution qui ne sont pas végétariens, et je ne veux pas imposer à ces communes-là de souscrire forcément à un menu végétarien".

Et la ministre de rappeler que "les choses fonctionnent bien aujourd'hui, si on met de côté certaines polémiques qui finiront par être réglées par la justice, car il ne faut pas oublier que la justice ne s'est pas encore prononcée".

La juge des référés avait en effet été saisi en urgence en août dernier par la Ligue de défense judiciare des musulmans, après que le maire (LR) de Chalon-sur-Saône eut annoncé la suppression des menus de substitution sans porc. Le magistrat avait rejeté le recours car les conditions d'urgence n'étaient pas remplies, mais sans se prononcer sur le fond. Il avait toutefois noté que les collectivités doivent veiller à ne pas "priver certaines catégories de familles de la possibilité d'y accéder pour des considérations liées à leurs opinions religieuses". Il faudra attendre une probable saisine du Conseil d'Etat pour éspérer une jurisprudence en la matière.

"Si on met de côté ces polémiques, continuons à fonctionner comme nous l'avons fait jusqu'à présent, c'est ça la laïcité", a conclu la ministre.

 

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pour Najat Vallaud-Belkacem, la polémique sur les repas de substitution est "un problème créé de toute pièce"

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-