Le Sénat rejette une proposition de loi visant à faciliter le déclenchement du référendum

Auteur(s)
Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 24 novembre 2023 - 11:40
Image
Philippe Bas Sénat RIP
Crédits
Ludovic Marin / AFP
“Devoir mobiliser 48 millions d’électeurs parce qu’un million d’entre eux a décidé qu’un sujet devait être soumis au vote des français est une démarche qui me pose un problème", a commenté le sénateur LR Philippe Bas.
Ludovic Marin / AFP

FRANCE - Mercredi 22 novembre, le Sénat a rejeté la proposition de loi visant à faciliter le recours du référendum d’initiative partagée (RIP). Malgré un contexte de forte abstention électorale et dans lequel le Parlement vit au rythme du 49.3, il semblerait que la Chambre haute ne soit toujours pas prête à lâcher du lest à la démocratie directe. 

Ce jeudi 23 novembre, Elisabeth Borne a déclenché pour la 18e fois l’article 49 alinéa 3 de la Constitution. L’abstention aux dernières élections présidentielles française enregistre un chiffre record de 28,01 %. Pire encore, le premier tour des élections régionales de 2021 a été boudé par pas moins de 66,7 % d’électeurs. 

C’est dans ce contexte de grande défiance populaire que le sénateur Yan Chantrel, membre du groupe socialiste, écologiste et républicain (SER) a suggéré au Parlement un texte qui facilite un peu la représentation du citoyen dans la vie démocratique. C’était sans compter le rejet de 224 sénateurs sur 326 suffrages exprimés.

Une proposition pour faciliter le référendum

Depuis 2008, il est effectivement possible de soumettre une proposition de loi directement au vote populaire. Néanmoins, le mécanisme prévu à l’article 11 de la Constitution répond à des conditions tellement strictes qu’il n’a encore jamais vu le jour. La proposition de texte défendue par Yan Chantrel entendait donc apporter quelques modifications pour rendre le processus plus flexible. 

Ainsi, le sénateur proposait d’élargir le champ du référendum à la question fiscale et aux lois qui ne sont pas uniquement des réformes, d’abaisser les seuils de signatures de parlementaires et de soutiens d’électeurs requis pour mettre en œuvre le RIP, de créer un deuxième type de référendum proposé directement par les citoyens (et non plus seulement par le président de la République ou par les parlementaires), et enfin, d’imposer la tenue d’un RIP lorsqu’une proposition de loi n’a pas été rejetée expressément par les deux chambres du Parlement. 

Comparées au régime actuel, toutes ces propositions avaient au moins le mérite de laisser penser que l’organisation d’un référendum ne relevait plus de l’hypothèse improbable.

Aucun RIP n’est allé au bout du processus 

Car à l’heure actuelle, pour déclencher la procédure du RIP, un cinquième du Parlement, soit 185 parlementaires, doit appuyer la proposition, ainsi que 4,7 millions d’électeurs inscrits sur les listes. Ensuite, les domaines sur lesquels les parlementaires ont la possibilité d’interroger le peuple concernent uniquement “l’organisation des pouvoirs publics, la politique économique, sociale ou environnementale ou la ratification d'un traité international". Pour finir, la proposition de loi sur laquelle porte le RIP doit à tout prix constituer une réforme.

Autant dire qu’à ce jour, aucun des cinq projets de RIP n'est allé au bout du processus. En 2020, à propos du statut des aéroports de Paris, le Conseil constitutionnel avait constaté que le seuil nécessaire de soutien populaire n’était pas atteint. Plus récemment, sur l’épineuse question de l’âge de départ à la retraite, il l’a encore écarté pour des raisons purement formelles, en considérant que la réforme des retraites n’était pas vraiment une réforme. 

Et pourtant, les arguments avancés par le groupe socialiste, écologiste et républicain (SER) pour en finir avec ces situations de blocage n’ont pas convaincu le Sénat, à commencer par le rapporteur de la commission Phillipe Bas (LR). 

Les activistes et les groupes de pression inquiètent

“Devoir mobiliser 48 millions d’électeurs parce qu’un million d’entre eux a décidé qu’un sujet devait être soumis au vote des français est une démarche qui me pose un problème", a-t-il commencé par avouer en séance publique. “Pour recueillir un million de signatures, il suffit qu’un groupe de pression armé de militants, voire d’activistes, se mobilisent, faisons très attention !” 

Il n’est pas certain non plus qu’il faille banaliser le référendum : "Faut-il privatiser l’aéroport de Paris ? Si vous posez la question aux Français, êtes-vous sûre de recueillir plus de 10 ou 15 % de participation ? C’est le meilleur moyen de tuer le RIP !”

Enfin, il s’est inquiété que la proposition de loi ne laisse pas plus de place à l’examen du Conseil constitutionnel, celui-là même qui a rejeté quatre propositions de RIP sur cinq depuis 2008...

À LIRE AUSSI

Image
Conseil constitutionnel téléphones portables
Le Conseil constitutionnel censure l'activation à distance des caméras et micros des téléphones, mais autorise la géolocalisation
FRANCE - Le 16 novembre, le Conseil constitutionnel a censuré l’activation à distance et en temps réel de la caméra et du micro du téléphone portable d’une personne so...
20 novembre 2023 - 18:15
Politique
Image
Beauvau Miviludes
Dans son projet de loi contre les dérives sectaires, le gouvernement vise-t-il les praticiens de la santé plus que les charlatans ?
FRANCE - Le gouvernement et son ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ont déposé le 15 novembre dernier au Sénat un projet de loi visant à “renforcer la lutte contre...
23 novembre 2023 - 11:58
Politique
Image
Gérald Darmanin, à l'Elysée le 14 juin 2022
Un projet de loi pour lutter contre les dérives sectaires et sanitaires
Présenté au Conseil des ministres le mercredi 15 novembre par Gérald Darmanin et Sabrina Agresti-Roubache, un projet de loi "visant à renforcer la lutte contre les dér...
16 novembre 2023 - 17:50
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.