Garde à vue de Nicolas Sarkozy: grosse colère de Nadine Morano (vidéo)

Garde à vue de Nicolas Sarkozy: grosse colère de Nadine Morano (vidéo)

Publié le 20/03/2018 à 12:55 - Mise à jour à 13:03
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Alors que Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce mardi dans le cadre du financement libyen présumé de sa campagne, un bon nombre de ses proches sont contactés pour réagir dans les médias. C'est le cas de Nadine Morano qui était visiblement très en colère.

Nadine Morano était furieuse ce mardi 20 alors qu'elle était en direct sur CNews. Elle avait été contactée au téléphone pour réagirau placement en garde à vue de Nicolas Sarkozy dont elle est proche et dont elle a été ministre et secrétaire d'Etat.

Auparavant sur RTL, elle avait aussi été contactée et avait expliqué: "on verra si cette garde à vue était justifiée, quels éléments elle apportera. Encore une fois, moi, je regarde la réalité des faits".

A voir aussi: Alerte - Nicolas Sarkozy en garde à vue (financement libyen de la campagne 2007)

Calmement, elle avait indiqué que "bien souvent, il (Nicolas Sarkozy) a été mis en cause, bien souvent, il en est sorti en étant totalement blanchi".

Mais alors que Pascal Praud était en communication téléphonique en direct sur le plateau avec elle, elle est apparu beaucoup plus énervée.

"Depuis ce matin, tous les médias se précipitent sur cette information. C'est un moment désagréable pour ses proches, ses amis et évidement encore plus pour lui", a-t-elle commencé.

"Mon téléphone sonne beaucoup quand il est mis est garde à vue. Comme je pense beaucoup de personnalités politiques que vous êtes en train de contacter. Mais quand il y a des non-lieu ça sonne moins", a-t-elle poursuivit visiblement excédée.

L'ancienne ministre a ensuite soutenu que les médias restaient silencieux lorsque Nicolas Sarkozy était relaxé dans les affaires dans lesquelles son nom apparaissait. Ne voulant qu'une courte réaction, Pascal Praud s'est alors permis de la couper en lui faisant remarquer qu'elle partait "dans tous les sens".

Et cela n'a pas vraiment plu à la députée européenne qui n'a pas manqué de lui faire savoir. "Je vous réponds, je suis dans mon bureau à Bruxelles. J'ai du travail à faire", a-t-elle éructé avant d'être à nouveau coupée par le journaliste.

"Lorsqu'il y a une mise en garde à vue tous les médias nous sautent dessus, et même si ça vous dérange. Mais quand il y a des non-lieu vous n'appelez quasi-pas. Alors ça si c'est pour (aller) dans tous les sens, je regrette de ne pas aller dans le sens que vous voulez mais dans tous les cas c'est le mien", a-t-elle répété.

"Vous n'êtes pas obligée de crier, tout va bien", lui a lancé le journaliste alors qu'elle parlait encore. La députée européenne a ensuite repris la parole pour cette fois indiquer que Nicolas Sarkozy avait promulgué plus de lois qu'Emmanuel Macron dans un même temps donné, alors qu'aucune question à ce sujet ne lui avait été posée.

Nadine Morano a finalement souhaité une "bonne journée" à Pascal Praud… avant de lui raccrocher au nez.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Nadine Morano était appelée pour réagir à la mise en garde à vue de Nicolas Sarkozy.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-