Gaspillage alimentaire: la loi votée par le Parlement

Gaspillage alimentaire: la loi votée par le Parlement

Publié le 04/02/2016 à 11:29 - Mise à jour à 11:31
©A.G.Photographe/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'Assemblée nationale a voté définitivement ce mercredi la loi sur le gaspillage alimentaire. Le texte interdit notamment aux grandes surfaces de rendre leurs produits impropres à la consommation et instaure des mesures pour redistribuer les denrées alimentaires.

Le Parlement a définitivement adopté mercredi 3 une série de mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire, le Sénat ayant voté à l'unanimité une proposition de loi en ce sens, après l'Assemblée nationale.

La proposition de loi reprend notamment des dispositions destinées à empêcher les grandes surfaces de jeter de la nourriture et de rendre leurs invendus impropres à la consommation. Ces dispositions avaient été ajoutées en mai dans la loi sur la transition énergétique, mais le Conseil constitutionnel les avait alors censurées pour des raisons de procédure.

Plusieurs amendements avaient été déposés, mais leurs auteurs les ont retirés à la demande du rapporteur, Chantal Jouanno (UDI-UC), qui a souligné qu'un vote conforme avec celui de l'Assemblée nationale permettrait une mise en œuvre plus rapide du texte.

La proposition de loi qui avait été portée à l'Assemblée par le député socialiste Guillaume Garot inscrit dans la loi la hiérarchie des actions à mettre en place pour récupérer et valoriser les denrées alimentaires et pour éviter leur gaspillage, de la prévention à l’utilisation à des fins énergétiques, en passant par la récupération à des fins de consommation ou pour l’alimentation animale.

Elle rend ainsi obligatoire le recours à une convention pour les dons réalisés entre un distributeur de denrées alimentaires et une association caritative. Elle prévoit aussi une sanction pour éviter la destruction volontaire de denrées alimentaires encore consommables par les commerces de détail, et modifie le régime juridique de la responsabilité des producteurs du fait de produits défectueux, afin de lever le blocage des dons de biens alimentaires sous marques de distributeur par leur fabricant.

Enfin, elle intègre la lutte contre le gaspillage alimentaire au parcours scolaire, ainsi que dans le champ de la responsabilité des entreprises.

"Au regard des 80 millions de personnes démunis sur notre continent", Joël Guerriau (UDI-UC) a lancé un "appel solennel" à François Hollande et à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne "afin que cette loi puisse être déclinée au niveau européen".

Une pétition pour dire "stop au gâchis alimentaire", initiée par le conseiller municipal (LR) de Courbevoie (Hauts-de-Seine), Arash Derambarsh, avait dépassé en France plusieurs centaines de milliers de signatures.

Ce dernier a souligné que "cette loi va permettre à 10 millions de Français de pouvoir manger à leur faim" et que la France est le premier pays au monde à légiférer à ce point sur le gaspillage alimentaire.

"C’est une étape essentielle qui vient d’être franchie. La mobilisation doit être désormais poursuivie dans le cadre de la politique gouvernementale : campagne de sensibilisation, travail sur les dates de péremption, actions avec les restaurateurs, les hôpitaux", a déclaré de son côté Guillaume Garot.

"Lutter contre le gaspillage alimentaire, c’est retrouver du pouvoir d’achat", a ajouté le député de la Mayenne en indiquant qu'une famille de quatre personnes jette l’équivalent de près de 400 euros chaque année à la poubelle. "C’est aussi faire le choix d’une société plus solidaire et plus responsable, car il n’est plus acceptable de jeter de la nourriture lorsque tant d’êtres humains dépendent de l’aide alimentaire pour vivre. C’est enfin s’engager contre les dérives de la société de surconsommation".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La loi doit "permettre à 10 millions de Français de pouvoir manger à leur faim", selon l'élu LR Arash Derambarsh.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-