"Le convoi de la honte et de l'égoïsme" : le gouvernement fustige le "convoi de la liberté"

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 11 février 2022 - 17:36
Image
Clément Beaune.
Crédits
AFP
Le ministre des Affaires européennes, Clément Beaune, en octobre 2021.
AFP

Dans une interview accordée à LCI le 9 février, le secrétaire d'État français chargé des Affaires européennes Clément Beaune a attaqué avec des termes sévères le « convoi de la liberté », mouvement d'opposants aux restrictions sanitaires anti-Covid qui a traversé l’Atlantique pour se répandre dans les pays d’Europe.

« Ne tordons pas les mots et la réalité : c'est pas le "convoi de la liberté" ce qu'on voit là. C'est le convoi de la honte et de l'égoïsme. C'est pas des patriotes, ce sont des irresponsables », a lancé Clément Beaune.

« C'est l'énième épisode des antivax, manifestement, qui sont pour certains cas à l'évidence complotistes jusqu'au plus haut point, qui croient que le vaccin est un complot international, ou le virus, et que le vaccin est une réponse qui consiste à insérer des puces dans les bras des gens », a moqué le secrétaire d'État, avant de recommander de « ne pas accorder une importance excessive à un convoi qui se nomme à l'exact opposé de ce qu'il est ». « C'est d'ailleurs un peu paradoxal de vouloir se prétendre pour la liberté, quand le projet, c'est de bloquer la route et la vie des gens », a-t-il conclu.

Une « tentative d'instrumentalisation » politique, pour Gabriel Attal

Ce 11 février, le porte-parole du gouvernement a dénoncé sur Europe 1 « une instrumentalisation d'une fatigue, une lassitude des Français, en tout cas une tentative d'instrumentalisation ».

« Vous avez des responsables politiques – je ne sais pas si je peux employer ce terme – qui cherchent à capitaliser politiquement sur cette lassitude et cette fatigue en essayant de lancer des mouvements », accusant nommément Florian Philippot avant de souligner qu'il suffisait « de regarder ses déclarations pour voir que c'est un mouvement qu'il encourage ».

L’intéressé a répliqué sur Twitter estimant que « c’est ce gouvernement qui instrumentalise le virus depuis deux ans ! »

Le candidat écologiste Yannick Jadot a, lui, fait savoir ce même jour sur BFMTV qu'il ne soutient pas cette manifestation. « En revanche, je soutiens le droit à manifester mais je comprends parfaitement l'État de ne pas vouloir que Paris soit bloqué [...] Quand on voit la situation à Ottawa, au Canada, c'est une situation inacceptable du point de vue démocratique », a-t-il fait valoir.

Du côté d'Eric Zemmour, si le candidat à la présidentielle ne s'est pas exprimé personnellement sur le sujet, l'un de ses porte-paroles, Jean-Frédéric Poisson, a fait part de son soutien via un tweet, le 31 janvier dernier.

A contrario, Damien Abad, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, a déclaré sur France Info voir dans ce mouvement « un convoi de l'oppression ».

Quant au candidat insoumis Jean-Luc Mélenchon, il a annoncé sur France 2 qu'il pourrait soutenir le mouvement, bien qu’il préfère attendre de voir la forme que celui-ci va prendre : « Je pourrais les soutenir, oui bien sûr, je vais voir comment tout cela se met en place », a-t-il déclaré. Un son de cloche similaire chez Marine le Pen qui dit « comprendre » le mouvement des « convois de la liberté » : « Évidemment que je le comprends, c’est une autre forme de Gilets jaunes », a-t-elle confié mercredi sur Europe 1, assurant que son soutien n'était pas de « la récupération politique ». Toutefois, elle enjoint « ceux qui sont scandalisés par le passe vaccinal, par la hausse terrible du (prix du) carburant, à voter », estimant que « manifester sa colère oui bien sûr, alerter le pouvoir oui bien sûr, mais le moment venu, et c’est une fois tous les cinq ans, (...) c'est la présidentielle, c'est à ce moment-là que se décident véritablement les grandes orientations de notre pays ».

Alors que des convois en provenance de différentes villes prévoient d'atteindre la capitale française ce week-end, la préfecture de police de Paris a publié un communiqué annonçant l'interdiction de cette « manifestation non déclarée » du vendredi 11 au lundi 14 février inclus. La Belgique et l'Autriche ont également agi en ce sens.
 

À LIRE AUSSI

Image
Soutien convoi de la liberté
La préfecture de police de Paris interdit les manifestations du "Convoi de la liberté"
Ce jour, la préfecture de police de Paris a pris un arrêté interdisant les manifestations du "Convoi de la liberté", du 11 au 14 février inclus. Cela « en raison des r...
10 février 2022 - 13:20
Politique
Image
Une manifestation anti-vaccination à Vienne.
Invoquant le risque de pollution, l'Autriche interdit à son tour les convois de la liberté
Après Paris et Bruxelles, l’Autriche a annoncé le 10 février l’interdiction des « convois de la liberté » qui voulaient converger vers le centre de Vienne ainsi qu’à p...
11 février 2022 - 13:22
Politique
Image
Rémi Monde convoi
"Les citoyens français sont aux commandes avec le convoi de la liberté" Rémi Monde
Il ne s'agit pas simplement des routiers, mais bien de tous les citoyens français. Voilà un point sur lequel Rémi Monde met l'accent, en tant que porte-parole du colle...
09 février 2022 - 14:00
Vidéos

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.