Loi sécurité globale : une séquence cauchemardesque pour le ministère de l’Intérieur

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Loi sécurité globale : une séquence cauchemardesque pour le ministère de l’Intérieur

Publié le 27/11/2020 à 10:57 - Mise à jour à 11:06
© Alain JOCARD / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Après l’évacuation violente, lundi, des militants et migrants qui occupaient la place de la République (pour laquelle l’IGPN a été saisie et une enquête judiciaire ouverte), d’autres images choquent la France depuis jeudi après-midi. 
 
Il s’agit bien sûr de celles de Michel, producteur de musique parisien, passé à tabac par trois policiers sous l'oeil d'une caméra de vidéosurveillance. 
 
« L’affaire Michel » ainsi dénommée suscite un émoi légitime, jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, Emmanuel Macron ayant été, selon son entourage, « plus que choqué », et jusqu’aux stars du foot français. 
 
 
Mais au même titre que les événements de place de la République, elle donne également du grain à moudre aux opposants à la loi pour la sécurité globale, qui rejettent en particulier l’Article 24 – celui qui vise à interdire la diffusion d’images de policiers et de gendarmes dans des conditions encore floues. 
 
Et ce à la veille de Marches pour les libertés organisées dans toute la France par la coordination StopLoiSécuritéGlobale, qui rassemble une soixantaine d’organisations. Avec des dizaines de rassemblements prévus et au vu des milliers de manifestants présents jeudi soir à Toulouse, on imagine aisément que la mobilisation sera d’ampleur samedi.
 
Bras de fer à Paris
 
La manifestation parisienne entre République et Bastille fait l’objet d’un arrêté interdiction pris par le préfet de police Didier Lallement. Sous couvert de « préconisations de l’ARS, indiquant que les cortèges peuvent provoquer des brassages de population peu compatibles avec les règles de distanciation », la préfecture autorise simplement un rassemblement sur la place de la République.
 
La réponse de la coordination organisatrice a été immédiate hier, l’arrêté ne sera pas respecté : 
 
« Vous avez décidé d’interdire la liberté. Nous avons décidé de la faire (ndlr : la Marche des libertés). Nous irons et nous marcherons pour défendre cette liberté (…) Nous savons les risques que nous prenons. Nous avons déjà vu comment les vies de tant de femmes et d’hommes qui tentaient d’exprimer cette liberté ont été mutilées et détruite »
 
Outre une mise en cause directe du préfet de police, la lettre publiée jeudi rompt le dialogue avec l’exécutif, déclinant l’invitation du premier ministre – après une rencontre avortée avec le ministre de l’Intérieur. 
 
Gérald Darmanin au feu, les députés furieux 
 
Gérald Darmanin, justement, voilà celui qui est au cœur de la tempête. Invité en urgence sur le plateau du 20 heures de France 2 jeudi, le ministre a tenté de se montrer ferme sur les violences policières, la présentatrice, elle, lui a demandé s’il avait pensé démissionner…
 
Au milieu du vacarme, Jean Castex tente de reprendre la main. Après avoir annoncé mardi à l’Assemblée qu’il saisirait le Conseil constitutionnel sur la proposition de loi, le premier ministre parle désormais d’une « commission indépendante » qui sera chargée de réécrire l’article 24 – et de rendre sa copie avant fin décembre.
 
L’initiative était sensée calmer les esprits, elle a déclenché la colère, mais cette fois des députés qui ont voté la proposition de loi dans son intégralité, et donc son article 24, mardi. Et d’abord de ceux… de la majorité. Les parlementaires LREM n'en reviennent pas, ce vendredi. 
 
Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des lois :
 
« L’insulte faite au parlement et à la majorité est dévastatrice »
 
Aurore Bergé, députée des Yvelines : 
 
« Nous ne sommes pas des paillassons sur lesquels on s’essuie »
 
Etc, etc. La rencontre prévue mardi entre les parlementaires LREM et le ministre de l’Intérieur s’annonce houleuse. Mais d’ici là, beaucoup de choses peuvent encore évoluer. 
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Gérald Darmanin au coeur de la tempête

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-