Loi de sécurité globale : Gérald Darmanin contraint de revoir (légèrement) sa copie

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 20 novembre 2020 - 12:56
Image
Jean Castex ajuste son masque le 24 août 2020 à Matignon
Crédits
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL/AFP/Archives
Jean Castex tente de calmer le jeu, mais seulement sur l'article 24
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL/AFP/Archives
Alors que le texte est toujours débattu à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur doit soumettre un amendement sur l’article 24 et la liberté d’informer. 
 
Est-ce un recadrage en règle ? Toujours est-il qu’au vu des réactions, y compris celles de l’ONU et de la Défenseure des droits, et des manifestations déclenchées par la loi de sécurité globale, une réunion s’est tenue en urgence jeudi soir à Matignon. 
 
Au menu de Jean Castex, Gérald Darmanin et d’autres responsables de la majorité, le fameux article 24, celui qui prévoit de punir d’un an d’emprisonnement et de 45000€ d’amendes la diffusion « de l’image ou tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme en intervention, quand cette diffusion a pour but « qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ». 
 
Et c’est donc Matignon (et non la place Beauvau) qui a finalement annoncé un amendement gouvernemental, via un communiqué de presse. Le document indique notamment que l’amendement devra préciser que 
 
« les dispositions envisagées ne feront nul obstacle à la liberté d’informer »
 
« Calmer le jeu »
 
Non rendu public ce vendredi matin sur le site de l’assemblée, il semble que ledit amendement consiste simplement à ajouter le terme « manifestement » (« porté atteinte à son intégrité… »).
 
Comment penser que cela suffira à calmer le jeu alors que la protestation prend de l’ampleur et des manifestations sont prévues ce samedi ? 
 
L’article 24, s’il attire les foudres, et notamment celles des journalistes, n’est pas le seul à inquiéter quand au futur respect des libertés individuelles. Pour ne citer qu’un exemple, l’utilisation de la surveillance aéroportée (les drones) lors de manifestations pose également question. 
 

À LIRE AUSSI

Image
Gérald Darmanin le 15 octobre 2020 à Paris
Les journalistes priés par Gérald Darmanin de « se rapprocher des autorités avant les manifestations »
Alors que l’Assemblée nationale adopte tour à tour les articles de la loi sur la sécurité globale, dont le très controversé article 24, le débat s’envenime entre le mi...
19 novembre 2020 - 16:07
Politique
Image
Un policier a été gravement blessé après avoir été renversé par une voiture lors d'un contrôle dans la nuit de mardi à mercredi dans l'Essonne, nouvel incident d'une série de violences visant les forc
Le projet de loi de sécurité globale à l’Assemblée, l’ONU met la France en garde
A l’examen du projet de loi de sécurité globale ce mardi, les opposants au texte répondent par des manifestations en fin d’après-midi. L’ONU a de son côté rappelé la F...
17 novembre 2020 - 14:35
Politique
14/08 à 18:20
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don