Loi travail: début des discussions à Matignon

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Loi travail: début des discussions à Matignon

Publié le 07/03/2016 à 11:47 - Mise à jour à 11:49
©Jacques Demarthon/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Manuel Valls a démarré ce lundi les concertations avec les partenaires sociaux autour de la réforme controversée du code du travail. Le Premier ministre, qui a promis "des améliorations", reçoit les principaux syndicats jusqu'à mercredi.

 Semaine déterminante pour l'avenir de la réforme très controversée du code du travail: Manuel Valls a démarré ce lundi 7 les concertations avec les partenaires sociaux pour tenter de les convaincre qu'il a entendu leurs "inquiétudes", avant la première contestation dans la rue mercredi.

Le Premier ministre recevait le numéro-1de la CFTC, Philippe Louis, peu après 10h, avec les ministres (Travail) Myriam El Khomri et Emmanuel Macron (Economie). Il rencontrera ensuite les numéros-1 de FO (11h), de la CGT (12h), de la CFDT (15h), puis côté patronat, la CGPME (16h30). Ces concertations se poursuivront mardi avec la CFE-CGC (cadres) et le Medef, et mercredi avec l'UPA et l'Unsa, avant une réunion plénière le 14 mars. Si les syndicats dits "réformistes", dont la CFDT, ont demandé des modifications de ce texte jugé "trop libéral", sept autres, parmi lesquels la CGT, FO et Solidaires, exigent son retrait pur et simple.

Avant ces rendez-vous, et la journée d'action organisée mercredi par plusieurs organisations de jeunesse et certains syndicats de salariés, Manuel Valls a promis, dans un entretien au Journal du Dimanche, des "améliorations" sur les deux mesures les plus contestées: l'extension du licenciement économique et la création d'un plafond pour les indemnités prud'homales. Suffiront-elles à calmer les critiques? Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, présenté comme l'interlocuteur privilégié du gouvernement, a prévenu lundi matin que son syndicat "ne lâcherait pas" sur sa demande de retrait du barème des indemnités prud'homales prévu dans le projet de loi, et dont le Premier ministre n'a pas remis en cause le principe.

La CGT et FO ont d'emblée rejeté la proposition de Manuel Valls. Le numéro-1 de la CGT Philippe Martinez a demandé ainsi au gouvernement de "remettre les compteurs à zéro". "On arrête là, on met le dossier à plat, on discute. C'est la logique même de ce projet que nous contestons", a déclaré pour sa part Jean-Claude Mailly sur Sud Radio.

Le Premier ministre s'est dit déterminé à faire voter le texte au Parlement "avec les amendements nécessaires", mais il exclut tout "statu quo". Le premier examen à l'Assemblée nationale est prévu fin avril. Ce projet de loi, dont la présentation en conseil des ministres a été repoussée du 9 au 24 mars pour laisser au gouvernement le temps de le "retravailler", est censé répondre au chômage de masse, mais il est jugé trop favorable aux entreprises par les syndicats et une partie de la gauche. Les négociations avec les partenaires sociaux s'annoncent délicates, le gouvernement devant veiller à ne pas froisser le patronat, qui a déjà mis en garde contre un "affadissement" de la réforme.

Dans son entretien au JDD, le Premier ministre a pris soin de s'adresser aux jeunes, appelés à descendre dans la rue mercredi, en assurant que "c'est la jeunesse qui a le plus à gagner avec cette loi, car elle est la première victime du système actuel: précarité et CDD à répétition". Alors qu'une nouvelle journée de grèves et manifestations est prévue le 31 mars, 58% des Français, selon un sondage, voient déjà le mouvement prendre autant d'ampleur que la fronde anti-CPE (contrat première embauche) il y a dix ans. La forte mobilisation, notamment des lycéens et étudiants, avait alors conduit le gouvernement Villepin à reculer.

Dimanche, l'ancien ministre du Travail Xavier Bertrand (Les Républicains) s'est lui aussi demandé si cette "affaire" n'allait pas "finir en CPE".

La contestation atteint les rangs du Parti socialiste, et le Premier ministre devra convaincre les députés de son propre parti, réunis mardi soir pour un séminaire consacré au projet de loi. Avant cela, Myriam El Khomri aura lundi soir la lourde tâche d'aller défendre son texte devant le bureau national du PS. Si ce n'est pas une première, la démarche reste rare depuis le début du quinquennat.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le Premier ministre recevait ce lundi matin le numéro-1de la CFTC, Philippe Louis, peu après 10h, avec les ministres (Travail) Myriam El Khomri et Emmanuel Macron (Economie).

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-