Loi Travail: les frondeurs PS "cherchent tous les moyens" pour déposer une "motion des gauches"

Loi Travail: les frondeurs PS "cherchent tous les moyens" pour déposer une "motion des gauches"

Publié le 11/05/2016 à 14:26
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Refusant de s'allier celle de la droite, les frondeurs du PS cherchent à rallier 58 députés pour déposer leur propre motion de censure. Une tâche qui semble incomplète à quelques heure de l'horaire limite, et qui pourrait leur attirer les foudres de la majorité.

Les députés PS frondeurs ont décidé mercredi de "chercher tous les moyens" pour déposer une motion de censure "des gauches et des écologistes" contre le gouvernement, a déclaré leur chef de file Christian Paul à l'issue d'une réunion collective de près de deux heures.

De son côté, un autre frondeur Laurent Baumel a jugé "possible" de "réunir les 58 signatures" nécessaires d'ici à 16h35, heure limite pour aboutir au dépôt d'une motion de censure, sous-entendant qu'à la mi-journée le compte n'y était pas.

Ces signatures vont être recherchées auprès des communistes, des écologistes, des ex-chevènementistes et des radicaux de gauche, a précisé un autre député après cette réunion à laquelle ont participé une trentaine de personnes dont Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, Yann Galut (courant La Fabrique au sein du PS), et encore Jean-Luc Laurent (MRC). Il n'y avait pas d'aubrystes en revanche.

Christian Paul a justifié devant la presse cette décision de tenter une motion par "la violence démocratique" du 49-3 et "la violence que représente pour les salariés français la perspective d'une loi travail qui affaiblirait les protections".

Il a confirmé que les frondeurs ne voteront pas la motion de droite: "Il n'est pas du tout opportun, et même ce serait une source de confusion, de joindre nos voix à celles des groupes de la droite".

Au sein du gouvernement, plusieurs voix se sont élevées pour s'insurger contre le vote d'une motion de censure par les députés PS, qualifié d'"inconcevable" par Myriam El Khomri ou Jean-Marie Le Guen. Au sein du parti, d'autres appellent à des sanctions contre les frondeurs qui voteraient la censure. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les frondeurs ont jusqu'à 16h35 ce mercredi pour déposer leur "motion de censure des gauches et des écologistes".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-