Loi Travail: les syndicats contestataires appellent les députés à rejeter le texte

Loi Travail: les syndicats contestataires appellent les députés à rejeter le texte

Publié le 03/05/2016 à 11:36 - Mise à jour à 11:38
©Matthieu Alexandre/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Alors que le projet de réforme du code du Trvail est présenté ce mardi à l'Assemblée nationale, lundi soir, les syndicats de salariés, de lycéens et d'étudiants ont appelé les députés à rejeter ce texte "qui accentue la précarité".

Les syndicats de salariés, de lycéens et d'étudiants qui réclament le retrait du projet de loi Travail ont appelé lundi soir les députés à rejeter ce texte "qui accentue la précarité", annonçant une journée "d'interpellations des parlementaires" le 12 mai.

Dans un communiqué commun publié à la veille du début de l'examen du texte à l'Assemblée nationale, la CGT, FO, la FSU, Solidaires, l'Unef, l'UNL et la FIDL exhortent les députés à "rejeter ce projet de loi qui accentue la précarité, marque la remise en cause des conventions collectives, ruine les garanties collectives".

Alors que des rassemblements sont organisés "sur tout le territoire" mardi, ces syndicats demandent aux salariés des entreprises et administrations de débattre de "l'amplification de la mobilisation, y compris par la grève, pour obtenir le retrait du projet de loi".

Ils demandent à leurs organisations régionales, départementales et locales de "poursuivre les actions, manifestations ou grève pour faire pression pendant le débat parlementaire", qui doit se poursuivre jusqu'au 12 mai, avant un vote solennel le 17 mai. Ils conviennent "de faire du 12 mai une journée d'initiatives et d'interpellation des parlementaires".

"Une nouvelle réunion des organisations syndicales se tiendra dès le début de la semaine prochaine pour décider de nouvelles mobilisations", préviennent les signataires.

Alors que les précédentes journées de manifestations ont été émaillées de violences, ils rappellent que "manifester est un droit et que les pouvoirs publics doivent garantir la sécurité des manifestants" qui veulent le retrait du projet de loi. Ils "contestent la stratégie du maintien de l'ordre mise en place dans certains départements".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les syndicats de salariés, de lycéens et d'étudiants qui réclament le retrait du projet de loi Travail ont appelé lundi soir les députés à rejeter ce texte "qui accentue la précarité".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-