Maltraitance animale: Stéphane le Foll "pas favorable" à la vidéosurveillance dans les abattoirs

Maltraitance animale: Stéphane le Foll "pas favorable" à la vidéosurveillance dans les abattoirs

Publié le 02/07/2016 à 13:12 - Mise à jour à 13:14
©Remy Gabalda / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL avec AFP
-A +A

Suite aux nouvelles vidéos de maltraitance animale dans des abattoirs diffusées par l'association L214, Stéphane le Foll a déclaré ne pas être favorable "a priori" à l'instauration de la vidéosurveillance qui ne responsabiliserait selon lui que les salariés et pas les abattoirs en général.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a rappelé samedi sur Europe 1 qu'il n'était "pas à priori favorable" à la vidéosurveillance dans les abattoirs, une question qui divise le secteur secoué par des scandales à répétition de maltraitance des animaux.

"Je ne suis pas à priori favorable à la vidéosurveillance", a dit M. Le Foll, ne souhaitant pas seulement responsabiliser les salariés, mais "tout l'abattoir". A l'inverse, le rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs, le député (DVG) de Charente-Maritime Olivier Falorni, s'est prononcé en faveur de la vidéosurveillance.

"On sait que les cadences et les vitesses auxquelles peuvent aller les chaînes sont aussi des éléments qui peuvent avoir un impact sur la capacité qu'ont les salariés à pouvoir respecter l'ensemble des règles", a souligné M. Le Foll ce samedi 2, comptant attendre les conclusions de la commission d'enquête parlementaire en septembre.

"On fera le mieux (...), à la fois pour respecter les personnes, les salariés, et en même temps garder comme objectif le bien-être animal et le respect de toutes les règles", a-t-il insisté.

Après les dernières vidéos choc de l'association L214 dans les abattoirs, les syndicats agricoles ont demandé jeudi un droit de regard pour les éleveurs afin de rétablir la confiance, tout en critiquant les associations anti-viande dont le but serait la fin de l'élevage.

Stéphane Le Foll a rappelé que la loi Sapin II prévoit de protéger les lanceurs d'alerte tels les militants de L214. Toutefois, il a précisé que les objectifs de l'association allaient au-delà des questions de maltraitance animale: "Pour eux c'est +on ne mange plus de viande, il n'y a plus d'animaux domestiques ni d'abattoirs+". "Un objectif qui n'est pas le mien", a poursuivi le ministre.

Mercredi 29, l'association L214 a mis en ligne de nouvelles vidéos choquantes montrant les conditions d'abattage des animaux dans les abattoirs de Pézenas (Hérault) et Puget-Théniers (Alpes-Maritimes). "Des actes de maltraitance, des violations de la réglementation, et des animaux en grande souffrance au moment de leur mise à mort", décrit l'association, parlant de conditions "moyenâgeuses".

En visite surprise le 7 mai à l'abattoir de Pézenas, le député LR de l'Hérault Elie Aboud, membre de la commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs, n'avait constaté "aucun dysfonctionnement".

Lire aussi notre dossier "Comment mieux consommer de la viande?"

 

Auteur(s): VL avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs s'est prononcé pour la vidéosurveillance.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-