Non-renouvellement de l’agrément d’Anticor  : réaction de Philippe Pascot, administrateur de l’association

Auteur(s)
Romain Pauc et Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 28 décembre 2023 - 16:44
Image
Anticor Pascot
Crédits
F. Froger / Z9 pour France-Soir
Conférence de presse d'Anticor le 23 juin 2023. "La France est la seule démocratie où pour lutter contre la corruption, il faut demander l’autorisation de le faire", avait alors déclaré la présidente de l'association Élise van Beneden (au centre).
F. Froger / Z9 pour France-Soir

FRANCE - Ce mardi 26 décembre, le gouvernement n’a pas renouvelé l'agrément d'Anticor qui permettait à l’association de se constituer partie civile dans les procédures pénales relatives aux infractions de corruption. Une décision incompréhensible pour Philippe Pascot, administrateur d’Anticor

La demande de renouvellement coince depuis avril 2021. Le Premier ministre de l’époque, Jean Castex, l’avait accordée, mais en soulignant une absence de transparence sur certains dons que recevait l’association. En cause des doutes sur l’identité d’un des donateurs, un homme d’affaires ancré à gauche et proche de l’ancien ministre de l’Économie Arnaud Montebourg. Depuis, l’agrément d’Anticor a été annulé en juin 2023. Une décision confirmée en appel le 16 novembre.

La présidente de l’association, Elise Van Beneden, que nous avions contacté, nous avait expliqué en avoir demandé un nouveau, au lieu de refaire appel. L’exécutif ne lui a tout simplement pas répondu. 

Une "décision implicite de refus"

Ni un refus, ni un renouvellement, mais plutôt une "décision implicite de refus". Une absence de décision incompréhensible pour Philippe Pascot, l’administrateur d’Anticor, qui rappelle qu’Elisabeth Borne avait pourtant publiquement soutenu l’association dans les colonnes du journal Le Monde en octobre. 

"Je suis effaré devant la vacuité de ce gouvernement, même Mme Borne qui est Première ministre disait au premier octobre que nous sommes dans les rails, on respectait toutes les consignes. Donc elle le déclare officiellement dans un premier temps.Puis deux jours avant le délai d’expiration, elle donne la patate chaude au ministère des affaires étrangères, qui prend alors un dossier qui dure depuis 6 mois, et lui nous annonce finalement un refus implicite, à cause « l’opacité » de l’association.

En effet, la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, a été chargée à la hâte dans un décret du 24 décembre de trancher la demande d’agrément. 

"S’il y avait une malversation financière, il y a longtemps que la brigade financière aurait débarqué chez Anticor”

“Je suis quand même étonné que pour ces gens-là, il n’y ait pas ‘d’opacité’, nous précise-t-il, en soulignant qu’actuellement, "des ministres touchent 20 000 euros de petits cadeaux ou qu'une secrétaire d’Etat a oublié de déclarer 100 000 euros à la HATVP (Haute Autorité pour la transparence de la vie publique).”

Alors qu’au contraire, pour Philippe Pascot, la provenance des dons d’Anticor ne pose pas question : “C’est incohérent, ils nous accusent de recevoir un don, alors que les origines des dons sont publiques, tout le monde peut les consulter. Et s’il y avait une malversation financière, il y a longtemps que la brigade financière aurait débarqué chez Anticor”. Il ajoute : “On nous reproche d’avoir des moutons noirs au sein de l’association, mais dès qu’il y a un mouton noir au sein de l’asso, on le vire immédiatement. On aimerait que certains politiques mis en examen ou condamnés en fassent de même.”  

Anticor fait appel

“On a fait appel de cette décision inique”, nous a confirmé Philippe Pascot, qui tient à rappeler que le but de l’association anticorruption est de “prendre des dossiers d’affaires de corruption politico-médiatiques classées sans suite ou enterrées, sous le tapis des bureaux de procureurs qui, rappelons-le, doivent leur carrière au gouvernement.” Pour lui, ce travail est impossible sans l’obtention de l’agrément ministériel : “La partie civile d’Anticor permettait de reprendre ces dossiers, et de les transmettre à un juge qui, constitutionnellement, est indépendant. Apparemment, le gouvernement qui fait semblant de lutter ardemment contre la corruption dans ses déclarations, ne veut absolument pas qu’on s’occupe de celle qui la concerne”, conclut-il. 

À LIRE AUSSI

Image
FS Philippe Pascot, partie 2
Philippe Pascot (Partie 2) : “Arrêtez de voter pour des Ripoux !”
PAUSE – Deuxième partie de notre entretien avec l’écrivain Philippe Pascot, par ailleurs administrateur de l’association de lutte contre la corruption, Anticor. D...
05 décembre 2023 - 15:58
Vidéos
Image
FS Philippe Pascot
(Partie 1) Les affaires Dupond-Moretti et Dussopt, le retour de Cahuzac, Anticor : Philippe Pascot se désole de la banalisation des scandales politiques
PAUSE - En France, jamais un gouvernement n’a vu autant de ministres être convoqués devant la justice, nous dit notre invité, l’écrivain et enquêteur Philippe Pascot. ...
04 décembre 2023 - 18:18
Vidéos
Image
Pascot
Philippe Pascot  : "Le système travaille contre le peuple, mais avec son consentement"
ENTRETIEN ESSENTIEL - Dans ce nouvel entretien, nous recevons Philippe Pascot, ancien Conseiller régional d'Île de France, directeur de MJC (Maison des jeunes et de la...
02 septembre 2023 - 15:30
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.