Passe vaccinal : le certificat de rétablissement ne vaudra plus que quatre mois

Passe vaccinal : le certificat de rétablissement ne vaudra plus que quatre mois

Publié le 28/01/2022 à 22:00
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

On pouvait s'y attendre : le 15 février, un certificat de rétablissement du covid-19 ne vaudra plus que quatre mois pour le passe vaccinal : pire, la mesure sera... rétroactive.

Un test positif au covid-19 est actuellement valable six mois pour le passe vaccinal. Olivier Véran assurait, le 29 décembre devant l'Assemblée nationale, que "le certificat de rétablissement – délivré aux personnes qui ont été atteintes du covid et ne sont pas encore éligibles à la vaccination – donnera[it] accès au pass vaccinal, dans les mêmes conditions qu’il donnait accès au pass sanitaire".

Une réduction du délai prévisible

Ce ne sera donc pas exactement le cas, puisque le délai est réduit, mais le ministre de la Santé l'avait laissé deviner en expliquant à plusieurs reprises que la règle en vigueur serait une équivalence : "une infection" vaudrait "une injection".

Lors des débats à l'Assemblée, le rejet massif d'un amendement visant à expliciter dans la loi que le certificat de rétablissement serait intégré au passe vaccinal, avait laissé deviner que la majorité n'entendait pas si facilement laisser l'immunisation naturelle, pourtant galopante actuellement avec le variant omicron, entraver la vaccination de masse entreprise à marche forcée.

L'information figure aujourd'hui sur le site du ministère de la Santé, dans un récapitulatif qui s'allonge à chaque nouvelle mesure pour lister les différentes configurations de passe vaccinal :

Au 15 février 2022, les personnes ne pouvant réaliser leur rappel dans les temps car elles ont été infectées par le Covid-19, pourront utiliser leur certificat de rétablissement à partir de 11 jours après l’infection et jusqu’à 4 mois pour les 18 ans et plus. En effet à partir du 15 février, le certificat de rétablissement sera valable 4 mois et non plus 6, comme c’est le cas actuellement.

Le certificat de rétablissement est l’une des preuves qui permet d’avoir un « pass vaccinal » valide. Il prouve que vous avez été testé positif au Covid-19 : c’est le résultat positif de ce test RT-PCR ou antigénique. Ce résultat doit dater de plus de 11 jours et de moins de 4 mois.

Notons que les questions-réponses sur le site du gouvernement ne sont pas à jour : à la question "Si j’ai été contaminé et que je ne peux pas me recevoir de vaccin [sic] ou bien si j’ai une contre-indication à la vaccination, puis-je obtenir un « pass vaccinal » ?, le délai mentionné est toujours de six mois à l'heure où nous publions.

 

Une aberration scientifique et médicale ?

Il est curieux qu'une infection, qui offre une immunité plus robuste et durable que celle conférée par la vaccination, soit ainsi sous-évaluée. En effet, la supériorité de l'immunisation naturelle a été prouvée par de nombreuses études ces derniers mois. Encore récemment, le professeur Cohen, immunologue, reconnaissait qu'actuellement, "le virus immunise mieux que le vaccin".

Voir aussi :
L'immunité naturelle plus forte que l'immunité vaccinale, d'après une étude israélienne

L'immunité naturelle en questions : "on n'a jamais autant appris sur l'immunité que depuis deux ans"

Des réactions outrées

Immédiatement, nombre d'observateurs ont fustigé cette réduction du délai : "Encore une mesure débile sans rationnel scientifique""Vacciner des personnes qui ont déjà contracté la maladie, c’est le summum de l’absurdité"...

La rétroactivité de la mesure est à souligner : au 15 février, même les tests positifs réalisés avant cette date n'auront plus qu'une date de validité de quatre mois. Mais la science et le droit ne sont sans doute plus à une maltraitance près...

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'immunité naturelle durerait désormais quatre mois...

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-