Privilèges des anciens présidents réduits: la droite s'insurge (doucement)

Privilèges des anciens présidents réduits: la droite s'insurge (doucement)

Publié le 06/10/2016 à 10:26 - Mise à jour à 10:33
©Wikimedia Commons Rémi Mathis
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): PP
-A +A

Une partie de la droite s'insurge depuis la parution d'un décret rabotant, pourtant timidement, les privilèges accordés aux anciens présidents de la République. Les sarkozystes notamment estiment que les mesures actuelles "n'ont rien de choquant et ne sont pas du tout extravagantes".

La mesure est populaire, en ces temps de post-crise et de marasme économique. François Hollande a fait publier au Journal officiel, mercredi 5, un décret rabotant -un peu- les privilèges accordés aux anciens présidents de la République. Une mesure saluée par de nombreux politiques et associations, mais que d'autres, à droite, n'ont pas hésité à vilipender.

A l'image de Dominique Bussereau, ancien ministre de Nicolas Sarkozy et député de la quatrième circonscription de la Charente-Maritime. Ce transfuge de l'équipe de François Fillon devenu juppéiste affiché depuis le début de l'année, n'a pas hésité à tweeter pour exprimer "l'indécence", selon lui de la mesure pourtant plutôt consensuelle, voire frileuse, entrée en application mercredi. La raison? La santé annoncée précaire depuis une quinzaine de jours du président Chirac.

Un argumentaire qui n'a que peu été repris par les autres ténors de la droite, ou leurs gardes rapprochées, en publique. En petit comité, les sarkozystes ont toutefois aussi remis en cause le décret, rapporte Le Parisien. "C'est tout de même important que quelqu'un qui a consacré une grande partie de sa vie au service du pays puisse bénéficier d'un statut particulier. Les mesures qui existent actuellement n'ont rien de choquant et ne sont pas du tout extravagantes", a ainsi modérément critiqué l'entourage de l'ancien président qui aspire à le redevenir.

Concrètement, la mesure est donc tout juste un premiers pas vers l'abolition des "privilèges" accordés par la République à ceux qui ont conduit son destin par le passé. Le statu quo est ainsi validé pour les cinq années suivant la fin de leur mandat (sept collaborateurs et deux agents de service) puis décroit pour passer à trois collaborateurs et un agent de service. Les moyens concernant leur sécurité restant identiques. De quoi réduire un peu les 10 millions d'euros par an que coûte chaque ancien président (dont 6,8 millions pour la sécurité), hors retraite, mais pas tout de suite. Le délai de cinq ans court ainsi à partir de la date de publication du décret, et ne sera donc effectif pour les "déjà ex", Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, sauf réélection, qu'à partir de 2021, et 2022 pour François Hollande s'il ne devait pas être reconduit en 2017.

 

Auteur(s): PP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dominique Bussereau, soutient d'Alain Juppé, juge la mesure "indécente".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-