En Italie, les soignants refusent massivement la vaccination

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

En Italie, les soignants refusent massivement la vaccination

Publié le 17/08/2021 à 18:54
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le chiffre "choc" du jour : en Lombardie, 10 000 soignants refusent le vaccin, en Vénétie 5 000. Les autorités se retrouvent face au risque de dégarnir cliniques et hôpitaux.

Selon des rapports parus cette semaine dans la presse italienne, le chiffre réel de soignants italiens refusant les injections dites "anti-Covid" suite à l'entrée en vigueur du décret n°44 destiné à les leur imposer, est extrêmement impressionnant.
 
Si en Lombardie et en Vénétie, le refus des injections est massif, il est réel dans toutes les régions de l'Italie. En Sardaigne, 700 soignants le refusent, dont 57 ont été suspendus de leur travail. Sur les 10 000 objecteurs en Lombardie, la procédure de suspension est lancée contre 2 500 d'entre eux.
 
La Fédération nationale des ordres de médecins, toute à sa ferveur pro-injection, reconnaît néanmoins que le décret est mal rédigé tandis qu'il existe un risque avéré de vider des services entiers en suspendant des soignants ou de créer des déserts médicaux. A Cervarese Santa Croce près de Padoue, le seul et unique généraliste chargé de soigner 1 300 patients a arrêté d'exercer d'un jour à l'autre pour ne pas avoir à se soumettre.

La même situation est en train de se produire en de nombreux "déserts médicaux". Par ailleurs les contrats de travail ne prévoyant aucune obligation vaccinale, sa base juridique est très fragile. Or, chaque soignant est en droit de contester la suspension devant les tribunaux administratifs. Ainsi, le professeur de droit constitutionnel et avocat Daniele Granara représente 10 000 soignants devant une quinzaine de juridictions provinciales, ainsi qu'environ 2 000 professeurs des écoles et universités. Autre spécialiste des recours collectifs, l'avocat Mauro Sandri a lancé des actions contre le "Green Pass", contre l'European Medicines Agency et représente de nombreux salariés lésés par l'obligation vaccinale.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des soignants épuisés dans un hôpital du sud de Milan

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-