Les présidentielles taïwanaises ravivent les tensions entre Washington et Pékin

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 12 janvier 2024 - 11:59
Image
Elections Taïwan
Crédits
Yasuyoshi Chiba / AFP
“Taïwan est une partie inaliénable de la Chine”, martèle Pékin.
Yasuyoshi Chiba / AFP

MONDE - L’élection présidentielle ce week-end à Taïwan ravive les tensions entre Pékin et Washington. La Chine voit d’un très mauvais œil l’envoi d’une délégation américaine à Taipei à l’occasion du scrutin et somme les États-Unis de “ne pas se mêler des élections dans la région de Taïwan, sous quelque forme que ce soit, afin d’éviter de nuire gravement aux relations” entre les deux superpuissances. Taipei dénonce plutôt les “ingérences répétées” de la Chine qui doit cesser de “mêler” à son tour de ces présidentielles. Pékin affirme que “sur la question de l’île, la Chine ne fera jamais le moindre compromis ou concession”.

Pékin affirme être le seul gouvernement légitime de la Chine et revendique tous les territoires administrés par Taïwan, officiellement appelée la République de Chine. L’île ne siège d’ailleurs pas aux Nations unies. Pékin dit privilégier une réunification “pacifique” avec l’île, sans jamais renoncer à employer la force militaire. La Chine maintient depuis des années la pression, y compris militaire, sur le territoire autonome, soutenu militairement et financièrement par Washington.

Les États-Unis, de leur côté, refusent que le statu quo soit rompu par la force, mais ne reconnaissent pas Taïwan comme un État. La Maison-Blanche considère la République populaire de Chine comme le seul gouvernement chinois légitime.

“Taïwan est une partie inaliénable de la Chine”, martèle Pékin

Les élections présidentielles sur l’île autonome ravive les crispations entre les deux rivaux, à peine deux mois après avoir décidé de “rétablir le dialogue” à l’occasion d’une visite du président Xi Jinping chez son homologue américain Joe Biden en Californie. Les relations bilatérales étaient tendues depuis la présidence de Donald Trump et s’étaient encore crispées à l’arrivée de Biden. Et de maigres avancées diplomatiques à la fin 2022 ont vite été éclipsées par une crise en février 2023, après le survol du territoire américain par un ballon chinois.

Mercredi 11 janvier 2024, l’administration Biden a annoncé l’envoi d’une délégation à Taïwan après l’élection présidentielle. Une haute dirigeante qui a requis l’anonymat a rappelé que Washington a régulièrement envoyé ces dernières années d’anciens ministres ou d’anciens hauts responsables gouvernementaux sur l’île. Les États-Unis “ne prennent pas parti dans l’élection “ et “leur politique concernant Taïwan restera la même et notre solide relation informelle continuera”, précise-t-elle.

Mais Pékin ne partage pas cette perception. Le gouvernement chinois a exprimé sa “ferme opposition” aux liens entre l’Oncle Sam et Taipei à l’approche de ce scrutin. Les États-Unis ne doivent “pas se mêler des élections de la région de Taïwan, sous quelque forme que ce soit, afin d’éviter de nuire gravement aux relations sino-américaines”, a averti Mao Ning, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. “Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, et Taïwan est une partie inaliénable de la Chine”, précise-t-elle.

La haute dirigeante américaine a de son côté qualifié de “provocation” toute tentative chinoise de “répondre au résultat de l’élection avec plus de pression militaire ou des actions coercitives”. Mao Ning a répliqué en exprimant “son profond mécontentement”, dénonçant des “propos irréfléchis”. “La question de Taïwan est au cœur des intérêts fondamentaux de la Chine et constitue la première ligne rouge infranchissable dans les relations sino-américaines”.

Un indépendantiste donné favori pour la présidence

L’attitude de Pékin irrite Taïwan, qui a appelé ce jeudi 11 janvier 2024, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Joseph Wu, à “arrêter de se mêler” de l’élection présidentielle dans l’île. “Les prochaines élections à Taïwan suscitent l'attention internationale et les ingérences répétées de la Chine volent la vedette", a-t-il écrit dans un post X. "Franchement, Pékin devrait cesser de se mêler des élections des autres pays et organiser les siennes", a-t-il ajouté.

La veille de cette déclaration, le ministère de la Défense chinoise a déclaré que de hauts responsables militaires ont exhorté leurs homologues américains à Washington, lors de discussions organisées en début de semaine, à “cesser d'armer” Taipei, qui s’est d’ailleurs dotée en septembre 2023 de son premier sous-marin militaire de fabrication nationale. Pékin a également demandé à Washington de “réduire sa présence militaire et ses actions provocatrices en mer de Chine méridionale”.

Le ministère de la Défense dit exiger des États-Unis le “respect du principe d'une seule Chine” et de tenir “leur promesse de façon concrète en cessant d'armer Taïwan et en s'opposant à toute indépendance” de l’île.

A Taïwan, qui abrite quelque 23 millions d’habitants, c’est le vice-président William Lai, membre du Parti démocrate progressiste (PDP) pour l’indépendance, qui est donné favori à la succession de l’actuelle présidente Tsai Ing-wen, issue de la même formation politique.

À LIRE AUSSI

Image
Poutine Xi Jinping
Échanges commerciaux record entre la Chine et la Russie en 2023
Ce n'est pas vraiment une surprise, mais cela mérite d'être souligné. En 2023, les échanges commerciaux entre la Chine et la Russie ont atteint un niveau record, avec ...
12 janvier 2024 - 11:05
Politique
Image
taiwan
Le premier sous-marin militaire de fabrication taïwanaise "ne va pas empêcher la réunification nationale", affirme la Chine
GÉOPOLITIQUE - Un "jour historique" pour Taipei, un "non-sens stupide" pour Pékin. Taïwan a dévoilé jeudi 28 septembre 2023 son premier sous-marin militaire de fabrica...
29 septembre 2023 - 10:45
Politique
Image
Rencontre Xi Jinping Biden San Francisco
Joe Biden reçoit Xi Jinping en Californie pour apaiser les tensions sino-américaines mais le présente, encore une fois, comme un “dictateur”
MONDE - La rencontre prévue pour rétablir officiellement le dialogue entre les États-Unis et la Chine pourrait-elle initier, à l’opposé, une crise diplomatique ? Joe B...
17 novembre 2023 - 13:50
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.