La "grande démission" ralentit, les employés retournent à leur poste

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 15 juin 2022 - 16:58
Image
travail
Crédits
Unsplash
De plus en plus de démissionnaires reviennent maintenant sur leur décision.
Unsplash

Le phénomène est observé depuis plusieurs mois aux États-Unis et de nombreuses études le confirment : les effectifs ayant quitté leurs emplois en masse lors de la crise sanitaire (2,3% des actifs en France) retournent à un emploi salarié ou songent à le faire. Selon une enquête récente, six Français sur dix regrettent d'avoir changé de travail durant la crise du Covid et la tendance du "salarié boomerang" prend de l’ampleur. Selon des données LinkedIn, en 2021 déjà aux États-Unis, le pourcentage de salariés de retour au bureau après une démission représentait 4,5 % du total des embauches, contre 3,9 % en 2019.

Qui sont ces “employés boomerang” ?

Comme l’explique Géraldine Bothier, VP People chez LumApps, les "employés boomerang" sont ceux qui ont décidé de tout quitter pour mener une nouvelle vie, principalement des "millenials" en quête de plus de flexibilité et de sens.

Cette tendance, appelée la “grande démission”, est issue d’une “grande réflexion”, un désir de faire quelque chose de nouveau, et de la certitude que quitter leur travail ne pourra que leur amener une meilleure situation. Nombre d’entre eux ont opté pour le travail indépendant ou pour une reconversion professionnelle.

Lire aussi : La "grande démission" frappe la recherche et le milieu universitaire

Mais de plus en plus de démissionnaires reviennent maintenant sur leur décision. Dans certaines industries, en particulier les arts et les loisirs (musiciens, écrivains, employés de casino…), les sauts de carrière peuvent être inhabituellement fréquents, et c’est donc là que l’on retrouve le plus “d'employés boomerang”. Selon le rapport LinkedIn, un phénomène semblable est à l'œuvre dans l'éducation, particulièrement dans l'enseignement supérieur, où les professeurs et les administrateurs changent régulièrement d'emploi au cours de leur carrière. Le rythme de l'année universitaire est tel que les arrivées, les départs et les retours sont considérés comme relativement normaux.

Un retour bien vécu

Pour certains spécialistes des ressources humaines, le retour des déserteurs ne peut qu'être positif : leur intégration sera beaucoup plus rapide et plus fluide. Les entreprises peuvent de leur côté valoriser l’expérience gagnée en dehors de l’entreprise et “fêter” leur retour.

Selon l'étude menée par The Corporate Culture and Boomerang Employee Study, au cours des cinq dernières années, 85 % des professionnels des RH ont reçu d'anciens salariés souhaitant revenir. Leur intégration se fait plus rapidement et on économise des coûts de formation. Cependant, il reste un point négatif pour les recruteurs : ceux qui ont déjà quitté l’entreprise une fois pourraient le faire une deuxième fois. Pour éviter cela, explique Géraldine Bothie, il est important de connaître les raisons de leur départ, d'échanger sur leurs nouvelles ambitions et motivations pour éviter une décision hâtive qui ne conviendrait pas aux nouvelles aspirations du collaborateur et aux attentes de l'employeur. Pour employés et employeurs, partir en bons termes pourrait aider à un retour potentiel de l’employé dans de bonnes conditions.

À LIRE AUSSI

Image
Des lycéens pendant l'épreuve du bac 2022
Bac 2022 : liberté, obéissance et responsabilité, des sujets de philo dans l'air du temps
Ce mercredi 15 juin, les élèves de terminale passent leur épreuve de philosophie. Cette année, sous une chaleur pesante, ils vont devoir disserter sur des sujets prégn...
15 juin 2022 - 13:20
Politique
Image
Le télétravail des habitudes à prendre
Recrutement alternatif et incitations économiques pour lutter contre la "grande démission"
L'année 2021 a été marquée par une transformation globale du marché de l’emploi et une tendance à la démission des employés. La France a suivi cette tendance mondiale ...
29 décembre 2021 - 11:23
Société
Image
Mark Zuckerberg le créateur de Facebook a rebaptisé la maison mère "Meta" fin 2021 pour marquer le tournant vers le métavers
Meta lance une "académie du métavers" en France à la rentrée 2022
Meta, maison mère de Facebook, et Simplon, une école formant aux métiers du numérique, lanceront en France à la rentrée 2022 une "académie du 'métavers'", ont annoncé ...
11 juin 2022 - 18:18
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don