La Thaïlande se ferme aux "digital nomads"

La Thaïlande se ferme aux "digital nomads"

Publié le 01/12/2021 à 13:00
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Alors que le télétravail massif permet à de nombreux travailleurs indépendants et "digital nomads" de réaliser leur activité professionnelle, depuis les plages les plus exotiques, certains pays comme la Thaïlande décident de se fermer à ces travailleurs étrangers "low cost". Alors que le pays veut rester attractif aux expatriés "de luxe", les humbles travailleurs du numérique ou professeurs de langues ne sont plus les bienvenus.

Le pays espère accueillir des télétravailleurs d'élite

Selon une information du Pattaya Mail, repérée par Courrier International, la crise sanitaire aurait poussé le pays à prioriser l'accueil de certains professionnels. Alors que le pays se rouvrait le 1ᵉʳ novembre aux étrangers de 63 pays, bénéficiant de visas spéciaux et de facilités d’immigration, certains télétravailleurs restent dans une situation "toujours ambiguë et illégale". Les recommandations officielles visent aujourd'hui seulement une certaine élite, "des multimillionnaires qui voyagent en jet privé", et excluent les professeurs d’anglais en ligne, les fournisseurs de livraisons directes (dropshippers), les traders en cryptomonnaie, les personnes travaillant dans le marketing, les blogueurs, les rédacteurs, les vendeurs Amazon ou encore les développeurs web indépendants. "En tout cas, il faut l’espérer", ironise le Pattaya Mail.

Les "digital nomads" illégaux comptent rester

Selon le média local, les "digital nomads" n'ont pas à s'inquiéter tant que les autorités locales restent convaincues qu’ils ne prennent pas d’emplois aux Thaïlandais. Cela pourrait encourager certains à ne pas remettre en cause leur organisation en télétravail, depuis ce pays si prisé des touristes et des "digital nomads". Ils ont pourtant aussi un impact négatif sur la surcharge des infrastructures locales et la destruction des zones protégées, soumises à la surpopulation de ces professionnels du travail numérique indépendant.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Certains télétravailleurs restent dans une situation "toujours ambiguë et illégale"

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-