Animaux de compagnie, « l’animal n’est pas un objet », une réalité que beaucoup n’ont toujours pas compris, même en 2020 !

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Animaux de compagnie, « l’animal n’est pas un objet », une réalité que beaucoup n’ont toujours pas compris, même en 2020 !

Publié le 22/12/2020 à 10:22
CHANDAN KHANNA / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Un animal de compagnie ne peut pas être un cadeau de Noël comme les autres. En 2020, le message doit encore être rappelé, comme si les campagnes de sensibilisation ne servaient à rien.

Certains combats doivent malheureusement être menés chaque année, c’est le triste constat dressé par Jacques Charles Fombonne, le président de la Société Protectrice des Animaux (SPA). En 2020, il demeure nécessaire de rappeler que l’animal n’est pas un objet, que l’on peut déposer au pied du sapin mais bien, aux termes du Code Civil, un « être vivant doté de sensibilité ».

Un plan du gouvernement jugé gravement insuffisant

Certes, le Ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a dévoilé le plan du gouvernement pour lutter contre l’abandon des animaux de compagnie. Le gouvernement entend imposer le « certificat de sensibilisation » à tout acquéreur d’un animal dès 2021, créer un « Observatoire pour la lutte contre l’abandon des animaux de compagnie » et a souligné le déblocage de 20 millions d’euros pour financer les associations et acteurs spécialisés.

Pour le directeur de la SPA, le projet est gravement et dangereusement insuffisant, puisqu’il n’a pas fait droit à la demande d’interdiction de la vente de ces animaux dans les animaleries et plus encore sur Internet. M Fombonne s’interroge sur la charte signée entre le site Leboncoin et le gouvernement, rappelant l’opposition totale entre un site marchand et l’éthique nécessaire quant à l’adoption de ces animaux.

100.000 animaux de compagnie sont abandonnés chaque année, une estimation que la SPA juge très sous-évaluée. «L’animal marchandise » est encore trop souvent la règle, et certains éleveurs témoignent de cette triste réalité, avec une explosions des demandes pendant le 1er confinement avec des prétendants à l’adoption plus enclins à choisir la couleur des yeux de leur futur chiot qu’à apprendre et connaitre les besoins physiologiques de celui-ci.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :


Les animaux de compagnie ne sont pas des cadeaux de Noël à placer sous le sapin

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-