L214 dénonce les conditions d’élevage de porcs d’un fournisseur d’Herta

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 03 décembre 2021 - 11:36
Image
Des cochons maltraités.
Crédits
©L214
En moyenne en France, 4 400 porcs sont envoyés à l’abattoir par an.
©L214

L’association de défense des animaux L214 a publié une nouvelle vidéo épinglant un élevage de porcs dans l’Aube, fournisseur de la marque Herta. On y voit notamment un homme frappant une truie avec un objet en plastique.

Une filière engagée à respecter le bien-être animal

« Des animaux vivant sur un sol en béton recouvert d’excréments, des truies enfermées dans des cages si exiguës qu’elles ne peuvent même pas se retourner, des cochons malades, certains présentant de très grosses hernies, d’autres agonisants, des mutilations pratiquées à vif sur les porcelets, des coups portés aux animaux. Malgré le recours à de nombreux antibiotiques, de nombreux cochons ne survivent pas à ces conditions de vie et meurent sur place. »

Voici ce que dénonce l’association dans cette nouvelle vidéo choc, réalisée dans un élevage de cochons basé à Ortillon, dans l’Aube. Fournisseur de la « filière préférence d’Herta », l’élevage s’était pourtant engagé à respecter le bien-être animal.

Des images insoutenables

Sur la vidéo, tournée entre les mois d’août et de septembre, on peut voir un homme frapper à plusieurs reprises le dos d’une truie avec un instrument en plastique, ou encore un autre claquer la tête de deux porcelets au sol pour les tuer. D’autres porcelets sont lancés vivants, sans ménagement, dans un bac en plastique où ils subissent alors différentes interventions observées en élevage, notamment la section de la queue et l’épointage des dents.

L’élevage appartient à la société Promontval et compterait près de 20 000 cochons répartis sur deux sites, selon L214. Elle a récemment obtenu l’autorisation de s’agrandir en ajoutant 5 000 animaux supplémentaires. Un agrandissement qui conduirait 42 000 cochons à l’abattoir chaque année. Selon l’association, la moyenne nationale s’élève à 4 400 porcs envoyés à l’abattoir par an.

Une plainte déposée par L214

L214 a annoncé avoir déposer une plainte pour « mauvais traitements envers les animaux et tromperie des consommateurs auprès du procureur de Troyes ». Elle a aussi lancé une pétition pour demander à Herta « de s’engager à bannir l’élevage intensif de cochons de sa chaîne d’approvisionnement ».

Dans un communiqué, la société Herta a indiqué avoir été informée « de la publication imminente d'une vidéo à charge contre un élevage de porcs ». Elle précise qu’elle compte analyser cette vidéo et lancer un audit. « Si des manquements aux règles venaient effectivement à être constatés dans cet élevage, Herta saura en tirer toutes les conséquences », ajoute le groupe, qui dénonce toutefois « l'acharnement de L214 contre l'élevage ».

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Draghi
Mario Draghi, enfant prodige de Goldman Sachs et Bretton Woods, de l’ombre grecque à l’échec italien
PORTRAIT CRACHE - Professeur d'économie, banquier : Mario Draghi, c'est l'histoire d'un homme qui a troqué les bancs de la fac pour les couloirs de la finance mondiale...
06 juillet 2024 - 15:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.