Un éleveur déplace son troupeau loin de la ligne à haute-tension pour le sauver

Un éleveur déplace son troupeau loin de la ligne à haute-tension pour le sauver

Publié le 04/12/2021 à 10:25
©THIERRY ZOCCOLAN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les éoliennes seraient-elles responsables de la mort des 110 vaches de Philippe Marchandier ? Cet éleveur du pays de Thiérache à Mazinghien est installé depuis 1990 dans la région. Depuis deux ans, il fait face à un problème avec ses vaches : il fait le lien avec la mise en service d’un parc éolien de cinq éoliennes de 150 mètres de haut en 2019 et l’installation concomitante d’une ligne à haute tension. Depuis, ses bêtes sont malades, troublées ou décédées.

En octobre 2021, l’éleveur compte près de 100 vaches mortes. « En 2020, j’ai eu une perte de production 90 000 litres de lait en trois mois et sur l’année 2021, je suis à moins 130 000 litres », explique Philippe Marchandier. « Les vaches mangent pourtant, mais elles attrapent un gros ventre puis elles restent couchées et puis elles n’arrivent plus à se relever jusqu’à ce qu’elles meurent. » 

Face à ce fléau, l’éleveur décide de prendre le problème à bras-le-corps. En coordination avec le Groupe Permanent pour la Sécurité Électrique en milieu agricole (GPSE), Philippe Marchandier a déplacé son troupeau chez un éleveur voisin d’une vingtaine de kilomètres, à Esquéhéries. Cette solution semble profiter aux bêtes qui reprennent peu à peu vie. « On était à 180 litres quand on est arrivés à Esquéhéries. Là, on est à plus de 400 litres. Les vaches rentrent toutes seules en salle de traite, le lait coule tout seul… Ça n’a plus rien à voir ! À Mazinghien, elles retenaient leur lait tellement elles étaient stressées », explique Philippe Marchandier.

L’éleveur espère pouvoir rapatrier le reste de son troupeau le plus rapidement possible. En effet, cette situation ne peut pas durer : « à cause des baisses de production de lait et de la mort des vaches, j’ai eu 90 000 € de pertes », indique l’éleveur. Selon La Voix du Nord, aucune des bêtes transférées à Esquéhéries n’est décédée. Le changement semble drastique.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un parc éolien et une ligne à haute-tension troublerait le troupeau de vaches.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-