Attentats de Paris : Abdeslam auditionné par les juges français pour la première fois ce vendredi

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 20 mai 2016 - 08:36
Image
Salah Abdeslam, suspect clé des attentats terroristes du 13 novembre.
Crédits
©DSK/Police nationale/AFP
Salah Abdeslam est entendu ce vendredi par les juges d'instruction à Paris, un premier interrogatoire très attendu pour la suite de l'enquête.
©DSK/Police nationale/AFP
Six mois après les attentats de Paris, Salah Abdeslam peut-il dissiper des zones d'ombre? Le seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre doit être entendu ce vendredi par les juges d'instruction à Paris, un premier interrogatoire très attendu pour la suite de l'enquête.

Six mois après les attentats de Paris, Salah Abdeslam peut-il dissiper des zones d'ombre? Le seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre devait être entendu ce vendredi 20 par les juges d'instruction à Paris, un premier interrogatoire très attendu pour la suite de l'enquête.

Le petit caïd radicalisé devenu le fugitif le plus recherché d'Europe jusqu'à son arrestation le 18 mars à Bruxelles a été extrait au petit matin de sa cellule de Fleury-Mérogis, au sud de Paris, où il est incarcéré à l'isolement.

Son convoi, escorté par le GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie, et suivi notamment par un hélicoptère, est arrivé au palais de justice, au cœur de la capitale, peu avant 7h15.

L'un de ses avocats, Frank Berton, est monté vers 9h15 vers les bureaux des juges, sans faire de commentaire.

Salah Abdeslam doit être entendu toute la journée par les magistrats qui l'avaient mis en examen, notamment pour assassinats terroristes, le 27 avril, lors de sa remise par la Belgique à la France. D'autres auditions suivront.

Arrêté à Molenbeek, son quartier, après plus de quatre mois de cavale, Salah Abdeslam est le seul protagoniste direct des attentats entre les mains de la justice française. Au cœur de la cellule, au soir des tueries et bien avant, il apparaît comme un acteur central de l'expédition meurtrière du 13 novembre qui a fait 130 morts et des centaines de blessés.

Abdeslam est celui qui a déposé les trois kamikazes du Stade de France avant d'être exfiltré vers la Belgique. Avant, c'est lui qui a loué des véhicules et des planques en région parisienne. Dans les mois qui précèdent, il a multiplié les voyages pour convoyer des membres du réseau à travers l'Europe, notamment Najim Laachraoui, possible artificier du 13 novembre mort en kamikaze lors des attentats du 22 mars qui ont fait 32 morts à Bruxelles.

Ami d'Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques et tueur des terrasses, il a probablement partagé de nombreux secrets avec lui.

De par son rôle, Abdeslam, qui a "envie de s'expliquer" d'après Me Berton, peut donc en théorie livrer des informations cruciales sur la conception du projet djihadiste, ses commanditaires et d'éventuels complices encore dans la nature. Il peut aussi aider à démêler les liens entre les attentats de Paris et de Bruxelles, fomentés par la même cellule de Daech.

Mais jusqu'à quel point? Les déclarations de Sven Mary, l'avocat d'Abdeslam en Belgique, le décrivant comme un "petit con" à "l'intelligence d'un cendrier vide", "plutôt un suiveur qu'un meneur", laissent présager qu'il cherchera peut-être à minimiser son rôle, comme il semble l'avoir fait devant les enquêteurs belges, en assurant avoir fait "machine arrière" alors qu'il aurait dû mourir en kamikaze au Stade de France.

Abdeslam s'était alors présenté comme un pion aux ordres de son frère Brahim et d'Abaaoud, tous les deux morts. Désignant ce dernier comme le "responsable" des tueries, il avait affirmé ne l'avoir vu qu'une fois alors qu'ils ont été compagnons de délinquance à Molenbeek.

"Il ne faut surtout pas être suspendu à ses lèvres" et attendre des "révélations sensationnelles", prévient Gérard Chemla, avocat de victimes des attentats, d'autant que "les investigations sont allées déjà très loin".

Dans cette enquête tentaculaire, plus d'une vingtaine de personnes ont été mises en examen ou inculpées, principalement en Belgique. La justice française a d'ailleurs demandé la remise de quatre autres suspects inculpés à Bruxelles, dont trois soupçonnés d'avoir aidé Abdeslam dans sa fuite, a appris l'AFP jeudi 19.

Dans l'enquête parallèle sur les attentats de Bruxelles, le parquet fédéral belge a annoncé que deux reconstitutions avaient été effectuées jeudi dans la capitale belge en présence du suspect-clé Mohamed Abrini.

Malgré ces avancées, des zones d'ombres persistent. Coordination, choix des cibles, failles du renseignement: les centaines de parties civiles attendent des réponses des magistrats français qui les réuniront pour la première fois du 24 au 26 mai à Paris.

 

À LIRE AUSSI

Image
Le terroriste présumé Abdeslam Salah.
Salah Abdeslam : le travail de la police belge remis en cause
La RTBF remet en cause la version officielle de la police belge selon laquelle elle ne disposait pas de suffisamment d'informations pour prévenir l'action de Salah Abd...
17 mai 2016 - 18:19
Société
Image
Fleury-Mérogis prison
Salah Abdeslam en prison : la vidéosurveillance continue en question
Pour prévenir le suicide ou l'évasion de Salah Abdeslam, seul survivant du commando des attentats du 13 novembre, le ministère de la Justice a innové en l'incarcérant ...
29 avril 2016 - 17:24
Société
Image
Le terroriste présumé Abdeslam Salah.
Salah Abdeslam en France : quelles conséquences pour l'enquête ?
Salah Abdeslam est au cœur de la logistique et dans les secrets des tueurs du 13 novembre. S'il a promis de "s'expliquer ultérieurement", les perspectives pour l'enquê...
28 avril 2016 - 18:35
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.