Bonbonnes de gaz et couple radicalisé arrêté: le point sur l'enquête

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 08 septembre 2016 - 08:58
Image
Des soldats sur le parvis de Notre-Dame de Paris.
Crédits
©Kenzo Tribouillard/AFP
Cinq bonbonnes de gaz pleines, une vide ont été découvertes dans la voiture, mais aucun système de mise à feu.
©Kenzo Tribouillard/AFP
La piste terroriste semble privilégiée après la découverte dimanche d'une voiture contenant plusieurs bonbonnes de gaz, près de Notre-Dame de Paris. Un homme et une femme considérés comme proche de l'islam radical ont été placés en garde à vue. La fille du propriétaire du véhicule, elle aussi radicalisée, est recherchée.

Une voiture contenant des bonbonnes de gaz trouvée le week-end dernier au coeur de Paris, sans dispositif de mise à feu: cette découverte a déclenché, sur fond de menace d'attentats, une enquête antiterroriste et l'arrestation d'un couple proche de la mouvance islamiste radicale.

Les deux suspects, interpellés sur une aire d'autoroute dans le Sud de la France, étaient toujours en garde à vue mercredi 7 au soir, selon des sources policière et proches de l'enquête. Il s'agit d'un couple, un homme et une femme, tous deux connus des services de renseignement pour appartenir à la mouvance islamiste radicale.

Le propriétaire de la voiture suspecte, connu pour des faits anciens de prosélytisme islamiste, a été relâché mardi 6 au soir à l'issue de sa garde à vue. Sa fille, qu'il a décrite aux enquêteurs comme radicalisée, était recherchée mercredi, a-t-on appris de source policière.

Cette mystérieuse découverte, prise au sérieux compte tenu du contexte de menace djihadiste, a déclenché l'ouverture par le parquet antiterroriste de Paris d'une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. Dans ce cadre, les investigations se poursuivent pour expliquer la présence de cette berline contenant six bouteilles de gaz et déterminer l'existence ou non d'un projet d'attentat, selon une source proche de l'enquête.

La Section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été saisies dimanche après le témoignage d'un employé de bar qui avait remarqué la présence d'une bouteille de gaz sur un siège d'une voiture stationnée, feux de détresse allumés et sans plaques d'immatriculation, selon une source policière. La bonbonne était vide. Mais les policiers ont découvert dans le coffre cinq autres bouteilles de gaz pleines.

A l'intérieur, les enquêteurs n'ont toutefois trouvé aucun système de mise à feu. La voiture était garée dans une rue du Ve arrondissement de Paris, non loin du quai de Montebello qui fait face à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, selon une source policière.

Dans un courrier daté de mardi adressé au préfet de police de Paris Michel Cadot, dont l'AFP a eu copie, Florence Berthout, maire LR de l'arrondissement, évoque également "un carnet de note en arabe" découvert dans la voiture qui a pu "stationner en toute illégalité pendant plus de deux heures et ce, en dépit de plusieurs signalements téléphoniques adressés par un commerçant au commissariat".

Elle critique dans sa lettre le "manque d'effectifs" policiers dans cet arrondissement fréquenté par des "milliers de touristes et d'étudiants (...) chaque jour".

La France est confrontée à une menace terroriste élevée après une succession d'attentats djihadistes pour la plupart revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) depuis début 2015, et d'autres projets avortés ou déjoués.

"C'est dans le cadre de cette vigilance, étant attentifs à tout, qu'il a été procédé à cette arrestation", a dit Bernard Cazeneuve à la sortie du Conseil des ministres à Matignon. Selon le ministre de l'Intérieur, "cette arrestation ne donne pas le résultat de l'enquête, ni ne révèle pour l'instant les intentions de ceux qui ont été arrêtés".

Devant la commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale, le 10 mai, le patron de la DGSI Patrick Calvar avait mentionné le risque d'"une nouvelle forme d'attaque" avec "le dépôt d'engins explosifs" dans des lieux rassemblant une foule importante. Devant la commission d'enquête parlementaire sur les attentats, il s'est aussi dit "persuadé" que les djihadistes "monteront en puissance" en passant au stade "des véhicules piégés et des engins explosifs".

"Dès qu'ils auront projeté sur notre territoire des artificiers, ils pourront éviter de sacrifier leurs combattants tout en créant le maximum de dégâts", prédisait-il.

 

À LIRE AUSSI

Image
Attentats Paris 13 nov 2015 Hommage Bar Carillon
Attentats du 13 novembre: le plan de Daech était encore plus vaste et meurtrier
Le carnage perpétré par les djihadistes de Daech le 13 novembre dernier aurait dû être d'encore plus grande ampleur, avance CNN. La chaîne américaine, qui a pu consult...
06 septembre 2016 - 18:06
Société
Image
Des militaires en patrouille.
Attentats: les touristes étrangers boudent la France
Le nombre de touristes étrangers en France a chuté de 7% depuis le début janvier selon le gouvernement, en raison des attentats mais aussi des intempéries, des effets ...
23 août 2016 - 19:37
Lifestyle
Image
Une prison.
Surveillants agressés à Osny: Bilal T. avoue sa motivation terroriste
Après avoir poignardé deux surveillants à la prison d'Osny dimanche, Bilal T., a revendiqué la motivation terroriste de son geste. Il semble même qu'il comptait se fil...
07 septembre 2016 - 18:12
Société