Harcèlement: il téléphone plus de 7.000 fois à son ex depuis sa cellule

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Harcèlement: il téléphone plus de 7.000 fois à son ex depuis sa cellule

Publié le 14/07/2018 à 10:33 - Mise à jour à 10:34
© ROBYN BECK / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un homme a été condamné vendredi pour harcèlement téléphonique et menaces sur son ex-compagne. L'accusé a émis ses milliers d'appels... depuis sa cellule de prison.

L'histoire est sordide, elle montre surtout la difficulté de faire respecter l'interdiction des téléphones mobiles en cellule. Parfois jusqu'à l'absurde. Un homme a été condamné vendredi 13 à une peine de prison pour harcèlement téléphonique sur son ex-compagne comme le rapporte le journal Sud-Ouest. Or, l'accusé était en détention au moment des faits et il a appelé sa compagne pas moins de… 7.726 fois en cinq mois. Au nez et à la barbe des surveillants.

Le suspect, âgé de 35 ans, se trouvait derrière les barreaux à la prison d'Agoulême (Charente). Il y purgeait une peine pour des faits de violence. Sa compagne, avec qui il a eu deux enfants, s'est plainte de recevoir un nombre très élevé d'appels malveillants et de SMS de la part du trentenaire. Après une vie commune de sept ans, cette dernière recevait jusqu'à 80 appels malveillants chaque nuit et des messages très explicite comme: "Ce que je te ferai quand je sortirai sera pire que ce que je t’ai fait jusqu’à maintenant". 

A la barre, l'accusé nie les faits. Il reproche à sa compagne d'affabuler pour le maintenir en détention et appuie sa défense sur un élément simple: les fouilles de sa cellule n'ont jamais permis de découvrir le moindre téléphone mobile. Tout juste une carte SIM n'émettant plus. Face à ces éléments, l'avocat a demandé la relaxe au bénéfice du doute.

Lire aussi: Moins de suicides qu'il y a 10 ans en prison, où la prévention reste "une priorité"

Mais les juges en ont décidé autrement, se basant notamment sur des rappels reçus par la victime dont l'émetteur a déclenché une borne située à deux pas de la prison où est détenu son ancien compagnon.

L'homme a donc été condamné à un an de prison dont six mois avec sursis avec mise à l'épreuve et interdiction de rentrer en contact avec son ex-compagne.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme a passé des milliers de coups de fil pendant plusieurs mois depuis sa cellule.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-