Il meurt après s'être injecté du silicone dans le pénis (photos)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 29 octobre 2018 - 13:03
Image
Jack Chapman, mort, Injections, Silicone, Pénis, Homosexuel
Crédits
©Jack Chapman/Facebook
Jack Chapman avait eu de nombreuses fois recours à des injections de silicone dans le pénis pour augmenter sa taille.
©Jack Chapman/Facebook
Un jeune homosexuel star des réseaux sociaux est décédé suite à des complications médicales. Il était adepte d'une pratique très controversée car dangereuse: il avait régulièrement recours à des injections de silicone dans le pénis dans le but d'agrandir sa taille. Le jeune Australien de 28 ans était conscient des risques qu'il prenait.

Il savait que cette pratique était dangereuse, mais il ne s'est pas arrêté pour autant. Un jeune Australien est décédé suite à des complications médicales le 15 octobre dernier: il avait régulièrement recours à la chirurgie esthétique pour agrandir son pénis.

Jack Chapman était un jeune homosexuel plus connu sous le nom de Tank Heathcliff Hafertepen, son pseudo sur les réseaux sociaux sur lesquels il était une star.

Depuis 2014, il se faisait injecter du silicone dans la verge et le scrotum afin de les agrandir. Il ne le cachait d'ailleurs pas à ses nombreux followers sur Facebook. Il tenait cependant à les prévenir des risques que comportaient cette pratique.

A voir aussi: Un homme sans pénis pénétrait ses partenaires, dans le noir, avec un "objet"

"Cette procédure peut induire des risques importants pour la santé si elle est mal faite. Il s’agit d’une modification corporelle non-régulée et non-approuvée", écrivait-il. Pourtant le jeune homosexuel a lui-même pris le risque à plusieurs reprises.

Si les injections de silicone dans le visage sont relativement sûres, la même pratique sur les organes génitaux est dangereuse. Comme l'a indiqué Têtu, l'association française d'urologie affirme que la quantité de produit injectée est plus importante et le risque de migration du silicone dans le corps est très probable.

Selon les médecins qui ont autopsié le corps de l'influenceur mort à Seattle, ces injections font partie des causes du décès. Jack Chapman était aussi adepte des stéroïdes qu'il prenait depuis bien longtemps dans le but d'augmenter sa masse musculaire. Les trois causes de sa mort, toutes pulmonaires, sont liées à ces pratiques à risque.

Le petit ami de Jack Chapman, Dylan Hafertepen, lui a rendu un vibrant hommage sur Facebook. Il a invité les fans de son compagnon à faire un don à une association venant en aide aux personnes atteintes du sida, en la mémoire du disparu.

A lire aussi:

Dépucelé à 45 ans grâce à son "énorme" pénis bionique (vidéo)

Pour être complètement tatoué, il se fait retirer le pénis, les testicules et les tétons (photo)

Un ado s'enfonce 20cm de câble USB dans le pénis (vidéo)

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Lang
Sur scène ou en backstage, les spectacles de Jack Lang en politique ne manquent jamais de piment
Dans le sillage de Jack Lang, la politique, la culture et les histoires de mœurs se mêlent dans une drôle d’odeur de soufre. Une ombre plane récurrente, celle des scan...
11 mai 2024 - 09:08
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.