Loi Travail: 13 lycéens devant la justice après des violences commises en marge d'une manifestation

Loi Travail: 13 lycéens devant la justice après des violences commises en marge d'une manifestation

Publié le 03/05/2016 à 12:53 - Mise à jour à 13:11
©Dominique Faguet/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Au total, treize lycéens ont été ont été déférés devant la justice ce mardi après des dégradations commises devant le lycée Léonard de Vinci à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Ces violences s'étaient produites le 5 avril en marge d'une manifestation contre la loi Travail.

Ils ont passé la nuit en garde à vue. Treize lycéens, dont onze mineurs, ont été déférés ce mardi 3 au matin devant le tribunal de Nanterre. Agés de 15 à 18 ans, ils sont soupçonnés d'être les responsables des dégradations commises le 5 avril dernier devant le lycéen Léonard de Vinci à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), dans lequel la plupart des accusés sont scolarisés.  

Ce jour-là, alors qu'une manifestation contre la loi Travail avait réuni des milliers de personnes dans les rues, un incendie avait endommagé le hall de l'établissement tandis que des vitres avaient été brisées. Selon les informations d'i>Télé, les feux de poubelle, allumés par des élèves d'après la direction, aurait causé 120.000 euros de dégâts. Face à ces dégradations, qui ont nécessité l'intervention d'une douzaine de pompiers, le lycée avait alors dû fermer ses portes pendant trois jours. Le conseil régional avait, en parallèle, déposé une plainte contre X.

Identifiés au bout de plusieurs semaines grâce aux images de vidéosurveillance, les élèves interpellés sont accusés de violences volontaires sur un agent dépositaire de l'autorité publique et de dégradations par incendie. Mais ces élèves peuvent compter sur leurs soutiens. Dans la journée de lundi, un rassemblement a été organisé devant les locaux de la sûreté territoriale de Nanterre, quelques heures après les premières gardes à vue. Environ 70 personnes ont manifesté pendant deux heures, sans incident. D'après plusieurs médias, de jeunes garçons seraient également venus réclamer, ce mardi, la libération de leurs camarades devant les locaux de la police départementale.

Les majeurs doivent être jugés sur convocation par procès-verbal "dans un délai de dix jours à deux mois", a précisé le parquet de Nanterre, alors qu'un juge des enfants a été saisi pour les mineurs. 

Ce passage devant la justice intervient alors que le projet de loi Travail arrive ce mardi dans l'hémicycle de l'Assemblée. Les débats parlementaires s'ouvriront en début d'après-midi par la ministre du Travail Myriam El Khomri, pour qui "l'heure du Parlement est venue", après quatre journées nationales de mobilisation et un 1er mai contre le texte, sans compter le mouvement "Nuit débout" dans plusieurs villes depuis un mois.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au total, 13 lycéens ont été interpellés pour des violences en marge d'une manifestation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-