Macron à Grand Bourgtheroulde : porter un gilet jaune ? 135 euros d'amende

Auteur(s)
DD.
Publié le 15 janvier 2019 - 10:59
Image
Un "gilet jaune" face à des policiers anti-émeutes, sur un pont parisien le 5 janvier 2019
Crédits
© Abdul ABEISSA / AFP
Il est interdit de porter un gilet jaune ce mardi à Grand Bourgtheroulde.
© Abdul ABEISSA / AFP
Les gendarmes qui contrôlent l'entrée de la commune de Grand Bourgtheroulde ce mardi, jour de visite d'Emmanuel Macron, ont ordre d'exiger de ceux qui portent un gilet jaune qu'ils le retirent. Les personnes refusant d'obtempérer sont passibles de 135 euros d'amende a confirmé la gendarmerie à France-Soir.

La visite du président de la République ce mardi 15 à Grand Bourgtheroulde était annoncée sous haute tension, avec des restrictions de circulation importantes (voir ici) pour cette petite commune de 3.700 habitants où Emmanuel Macron a choisi de lancer symboliquement le Grand débat. Mais le dispositif sur place est aussi restrictif avec une consigne clair: hors de question de voir un gilet jaune perturber la visite.

Sur son compte Twitter, une journaliste du Monde explique (photo à l'appui) que les gendarmes effectuant des contrôles d'identité aux abords de Grand Bourgtheroulde prennent en photo les pièces d'identité. Quant aux conducteurs qui portent un gilet jaune, ils reçoivent l'ordre de le retirer. Ceux qui refusent d'obtempérer risquent 135 euros d'amende.

Contactée par France-Soir, la brigade de gendarmerie de Grand Bourgtheroulde nous confirme l'information:"Cette mesure n'est applicable que ce mardi dans le cadre de la visite du président de la République". Qui de la mairie ou de la préfecture a pris la responsabilité de cet arrêt? La mairie était injoignable dans la matinée. Contactée par France-Soir, la préfecture n'a pas été en mesure de nous répondre dans le délai imparti.

Lire aussi - Gilet jaune blessé à Bordeaux par la police: Olivier, pompier, est dans le coma

Mais est-ce légal d'interdire à un passant le port d'un gilet jaune sous peine de sanction, en admettant qu'il ne fasse que passer? "C'est déjà arrivé lors de manifestations que la police exige le retrait du gilet jaune pour laisser partir un manifestant. La logique est de considérer que porter un gilet jaune peut être vu comme la volonté de constituer une manifestation non délcarée et pouvant porter atteinte à l'ordre public" nous explique l'avocat Thierry Vallat.

Puis d'ajouter: "L'arrêté pourrait être attaqué en référé devant un tribunal administratif, mais la décision ne serait pas rendu dans la journée de toute façon… En tout cas, les amendes qui pourraient être dressées me semblent contestables devant la justice". Dans tous les cas, le jaune fluo est persona non grata en ce premier jour du Grand débat national… visant à désamorcer la crise des gilets jaunes.

Voir aussi:

Macron à Grand Bourgtheroulde: déplacement sous haute tension

Grand débat: les modalités dévoilées par l'exécutif

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.