Mort d'Adama Traoré: l'enquête dépaysée à Paris à la demande de la famille

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mort d'Adama Traoré: l'enquête dépaysée à Paris à la demande de la famille

Publié le 26/10/2016 à 11:12 - Mise à jour à 11:13
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

A la demande de la famille d'Adama Traoré, décédé lors de son interpellation par les gendarmes en juillet à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), a été dépaysé à Paris. La partie civile était très critique à l'égard de la conduite de l'enquête et de la communication du procureur de Pontoise.

L'information judiciaire ouverte après la mort d'Adama Traoré, jeune homme de 24 ans décédé lors de son interpellation par les gendarmes en juillet à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), a été dépaysée à Paris, a-t-on appris ce mercredi 26 de source judiciaire.

Visant des faits de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, l'instruction était jusqu'alors en cours à Pontoise. La famille du jeune homme, très critique à l'égard de la conduite de l'enquête et de la communication du procureur de Pontoise, avait demandé que l'affaire soit dépaysée. "Le nouveau magistrat instructeur devra tout reprendre depuis le début tant l'instruction menée jusqu'à maintenant a été catastrophique", a réagi leur avocat, Me Yassine Bouzrou.

Immédiatement qualifiée de "bavure" policière par son entourage, la mort d'Adama Traoré, le 19 juillet, avait entraîné plusieurs nuits de violences à Beaumont-sur-Oise, d'où il était originaire, et dans les communes voisines.

Malgré deux autopsies, la cause du décès du jeune homme n'a pu être établie avec certitude. Elles ont toutefois mis en évidence notamment un "syndrome asphyxique". Lors de son arrestation, le jeune homme avait été maintenu au sol sous "le poids des corps" de trois gendarmes, selon une source proche de l'enquête citant les déclarations de l'un des militaires.

La famille d'Adama Traoré a porté plainte, notamment contre une gendarme pour "faux en écritures publiques aggravés, dénonciation calomnieuse, modification de scène de crime". Cette procédure devrait elle aussi être transférée à Paris, selon Me Bouzrou.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




A la demande de la famille d'Adama Traoré, décédé lors de son interpellation par les gendarmes en juillet à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), a été dépaysé à Paris.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-