Mort d'Adama Traoré: un pompier contredit la version des gendarmes

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mort d'Adama Traoré: un pompier contredit la version des gendarmes

Publié le 15/09/2016 à 15:39 - Mise à jour à 15:40
©Dominique Faget/ AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Selon les déclarations d'un pompier, Adama Traoré n'était "pas en PLS" mais "face contre terre" à son arrivée sur place, ce qui contredit la version des gendarmes. Le jeune homme de 24 ans avait perdu la vie le 19 juillet lors de son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise).

Un des pompiers appelés pour secourir Adama Traoré a déclaré aux enquêteurs que le jeune homme n'avait pas été placé en position latérale de sécurité et que l'un des gendarmes lui avait indiqué qu'il "simulait" le malaise, selon ses propos rapportés par l'émission Quotidien sur TMC. Le jeune homme de 24 ans est mort le 19 juillet lors de son interpellation à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) par les gendarmes.

La famille les accuse d'avoir provoqué sa mort en le maintenant au sol sous le poids des corps mais les autopsies et la première série d'analyses effectuées n'ont pas encore permis d'établir la cause de sa mort. Après son arrestation, vers 17h45, Adama Traoré s'était plaint de difficultés à respirer. Les gendarmes l'avaient fait monter à bord d'une voiture pour le conduire dans les locaux de la brigade, dans la ville voisine de Persan. A leur arrivée à la brigade, les gendarmes constatent qu'il a perdu connaissance. "Nous le mettons immédiatement en PLS (position latérale de sécurité, NDLR). Les pompiers sont appelés immédiatement", affirme alors l'un des gendarmes, selon une source proche de l'enquête, citant les déclarations de ce militaire.

Or, selon l'émission Quotidien, diffusée sur TMC, l'un des pompiers qui s'est rendu sur place a affirmé aux enquêteurs de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale qu'Adama Traoré n'était "pas en PLS" mais "face contre terre". "Quand j'arrive autour de lui, il y a du monde autour mais personne ne s'en occupe", raconte-t-il. Constatant que le jeune homme est toujours menotté, mains dans le dos, il demande à un gendarme de lui retirer les menottes, ce qu'il refuse, au motif que "la victime simulait et que c'était quelqu'un de violent".

Le décès d'Adama Traoré a été constaté à 19h15, soit une heure et demi après son interpellation. Le rapport des pompiers avait tardé à être versé au dossier d'instruction, alimentant la suspicion sur les circonstances de sa mort. Joint par l'AFP, Yacine Bouzrou, avocat des proches d'Adama Traoré, n'a pas souhaité s'exprimer, pas davantage que le procureur de la République à Pontoise, qui a rappelé que l'affaire était aux mains d'une juge d'instruction.

La cour de cassation a été saisie par le procureur général de Versailles d'une demande de dépaysement de l'affaire, qui a suscité un grand émoi et plusieurs nuits de violences. Samedi, sa famille a réclamé la prison pour les gendarmes qui ont interpellé Adama Traoré.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Après son arrestation, Adama Traoré s'était plaint de difficultés à respirer.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-