Tentatives d'attentats: les trois femmes écrouées pilotées par Rachid Kassim

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 13 septembre 2016 - 14:09
Image
Rachid Kassim
Crédits
©Welanyat Nineveh/AFP Photo/HO
Rachid Kassim serait impliqué dans l'organisation d'au moins quatre attentats ou projets d'attentats en 2016.
©Welanyat Nineveh/AFP Photo/HO
Le nom de Rachid Kassim, djihadiste français qui se trouverait en Irak ou en Syrie, apparaît dans l'affaire de l'attentat manqué aux bonbonnes de gaz pour lequel trois femmes ont été écrouées lundi. Ce membre de l'Etat islamique serait impliqué dans plusieurs projets terroristes ou attentats commis en France, utilisant Internet et Telegram comme principale arme de propagande et de recrutement.

Les trois femmes du "commando" soupçonné d'avoir tenté de commettre des attentats à Paris ont été mises en examen lundi soir pour association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d'atteintes aux personnes et écrouées. Leurs projets auraient été commandités par un djihadiste français depuis l'étranger.

Inès Madani, 19 ans et Sarah Hervouët, 23 ans, ont en outre été mises en examen du chef de tentative d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et Amel Sakaou, 39 ans, pour complicité de ce crime. Mohamed Lamine Aberouz, 22 ans, compagnon de Sarah Hervouët, a lui été mis en examen pour non-dénonciation d'un crime terroriste. Les quatre personnes ont toutes été incarcérées, mais Inès Madani a sollicité un délai pour préparer sa défense dans le cadre d'un débat différé sur sa détention provisoire.

Derrière cette affaire se dessine la silhouette de Rachid Kassim. Un nom qui revient dans au moins quatre des attentats commis ou avortés en France en 2016. Celui, de Magnanville le 13 juin dernier, de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet, dans le cadre de l'arrestation d'un adolescent de 15 ans radicalisé et soupçonné d'avoir voulu passer à l'action et interpellé samedi 10, et enfin dans l'affaire des bonbonnes de gaz.

A chaque fois et à des degrés qui restent à préciser par les enquêtes, Rachid Kassim aurait eu une influence au moins "virtuelle", notamment au travers du réseau social sécurisé Telegram. Il faisait ainsi parti du groupe de discussion de Larossi Abballa, le tueur de Magnanville. Il serait également l'auteur de l'enregistrement audio d'Adel Kermiche, l'un des bourreaux du prêtre de Saint-Etienne du Rouvray. Le mineur arrêté samedi aurait lui aussi été en contact avec le djihadiste par le même système.

Et c'est encore une fois via Internet et Telegram que Rachid Kassim aurait donné des instructions au trio de femmes suspectées dans l'affaire des bonbonnes de gaz. Le procureur de Paris François Molins a précisé que l'une des trois femmes a été successivement la promise de Larossi Abballa, d'Adel Kermiche et enfin d'un autre homme arrêté en même temps qu'elle.

Ancien animateur social âgé de 29 ans et originaire de Roanne (Loire), Rachid Kassim se serait brusquement radicalisé au retour d'un séjour en Algérie, au point de gêner les adeptes de la mosquée locale par ses discours extrémistes. Il a quitté la France pour l'Egypte en 2012 avec sa famille, puis s'est rendu au Moyen-Orient. Il se trouverait aujourd'hui dans la zone irako-syrienne, en partie contrôlée par l'Etat islamique. Depuis cette zone, il prône à ceux qui l'écoute un "djihad de proximité".

 

À LIRE AUSSI

Image
Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean.
Prêtre égorgé: les deux djihadistes se sont rencontrés sur l'application Telegram
Les deux djihadistes responsables de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray ne se connaissait pas physiquement. Ils avaient pris contact par le biais de l'application ...
31 juillet 2016 - 12:01
Société
Image
Une interpellation dans l'Essonne après une opération antiterroriste.
Bonbonnes de gaz à Paris: des connexions entre le commando et d'autres djihadistes
Les femmes qui s'apprêtaient à commettre un attentat étaient "téléguidées" par Daech, a confirmé le procureur de Paris François Molins vendredi. Des connexions entre l...
10 septembre 2016 - 13:41
Société
Image
François  Hollande lors de son allocution dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016.
Bonbonnes de gaz à Paris: pour François Hollande, "un groupe a été annihilé, mais il y en a d'autres"
Le président de la République se félicite de l'arrestation du groupe qui prévoyait de faire sauter des voitures piégées, tout en rappelant que d'autres cellules terror...
09 septembre 2016 - 15:52
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don