Toulouse: 15 et 13 ans pour les parents de la fillette morte de maltraitance

Toulouse: 15 et 13 ans pour les parents de la fillette morte de maltraitance

Publié le 21/06/2018 à 14:47 - Mise à jour à 14:56
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le procès des parents de la petite Teeyah, décédée le 1er avril 2015, des suites de maltraitance s'est clôturé mercredi à Toulouse. La mère a été condamnée à 15 ans de prison et le père à 13.

Après de nombreux actes de maltraitance, la petite Teeyah, âgée de trois ans, est décédée en avril 2015. Au terme du procès qui s'est déroulé à Toulouse (Haute-Garonne), la mère de l'enfant a écopé de 15 ans de prison ferme et le père de 13 ans pour "violence habituelle sur un mineur de 15 ans ayant entraîné la mort", mercredi 20.

L'enfant a succombé à ses blessures, le 1er avril 2015, à l'hôpital Purpan de Toulouse. Elle y avait été admise le matin alors que sa mère avait contacté le Samu en constatant qu'elle n'arrivait pas à réveiller sa fille, rappelle la Dépêche du Midi.

Cependant, pour les médecins de l’hôpital des enfants, ainsi que pour les légistes, ce sont les traces de contusions, dont un hématome sous-dural, et de brûlures qui correspondaient à des faits antérieurs, qui ont provoqué la mort de la petite Teeyah.

Lire aussi - Les parents d'Ambre, morte à 46 jours sous les coups, devant la justice

Placé en garde à vue, les deux parents s'étaient mutuellement accusés des violences après que leur première version des faits, un accident domestique, a été mise à mal.

"Il y a eu de nombreuses scènes de violences, il tapait ma fille et quand je m'interposais il était violent avec moi. Une fois, parce qu'elle s'était fait caca dessus, il était tellement en colère qu'il l'a mise dans la douche et lui a fait couler de l'eau bouillante dessus", a témoigné la mère de famille à son procès. Interrogée pour savoir pourquoi elle ne l'avait pas dénoncé aux services sociaux, elle a expliqué que l'homme l'aurait menacée et qu'elle était "sous son emprise".

Des faits dénoncés par l'autre accusé qui a donné sa version des faits: "Elle m'appelait des fois quand je travaillais, excédée, elle m'a dit une fois «Ta fille s'est fait caca dessus, elle l'a fait exprès. Je ne la nettoie pas ». Donc je suis rentré et j'ai trouvé la petite, nue, au coin, avec des excréments de la tête aux pieds. Je l'ai fait prendre une douche, deux jours après elle me rappelle en disant que ma douche avait provoqué des cloques sur Teeyah". L'homme, qui n'est pas le père biologique de l'enfant mais l'a reconnue, précise que selon lui cette douche n'était pas suffisamment chaude pour blesser la fillette.  

La vérité sur la mort de la petite Teeyah n'a pas pu éclater pendant l'audience. L’avocate générale a requis 18 à 20 ans de réclusion criminelle pour les deux parents. Les jurés ont donc été plus cléments.

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La vérité sur la mort de la petite Teeyah n'a pas pu éclater pendant l'audience.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-