Un réseau de proxénètes roumains "particulièrement violent" démantelé

Auteur:
 
Par AFP
Publié le 31 mars 2017 - 13:57
Image
Un collégien de 13 ans récemment renvoyé d'un autre collège du Val-de-Marne pour une agression sur u
Crédits
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
Les Roumaines se prostituaient le long des axes routiers du Languedoc, entre Nîmes et Narbonne, connus pour être des hauts lieux de la prostitution.
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives

Un réseau de proxénètes roumains, présenté comme "particulièrement violent", a été démantelé dans le sud de la France, a-t-on appris vendredi de source policière.

Soumises à des prestations minutées, tatouées d'un signe distinctif montrant leur appartenance au réseau, la vingtaine de femmes contraintes à la prostitution voyaient également pleuvoir les coups lorsqu'elles échouaient à ramener quotidiennement une somme comprise entre 200 et 600 euros, selon le récit de la source policière.

C'est le long des axes routiers du Languedoc, entre Nîmes et Narbonne, connus pour être des hauts lieux de la prostitution dans le sud de la France, que ces jeunes femmes originaires de Roumanie étaient contraintes à se prostituer.

Après une dizaine de mois d'enquête, les fonctionnaires du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier et leurs collègues de l'office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) ont pu entamer dimanche une vague d'arrestations qui a abouti à la mise en examen et au placement en détention de huit suspects dont les "deux commanditaires", par des magistrats nîmois, entre mercredi et jeudi.

Deux autres suspects visés par des mandats d'arrêt européen ont été interpellés et écroués en Roumanie, a précisé la source.

Ils sont poursuivis pour des faits de proxénétisme, de traite d'êtres humains et de violences.

Ce nouveau coup de filet illustre la prégnance de ce phénomène le long des routes languedociennes puisqu'il y a un an, les mêmes services de police avaient déjà démantelé des réseaux de prostitution bulgares et roumains.

Les membres du réseau écroués cette semaine, avaient profité du "vide laissé" par leurs prédécesseurs pour se "réimplanter" sur la zone, décrit la source policière.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.