Certificats médicaux pour le sport : les médecins au secours des sportifs ?

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 08 février 2021 - 14:06
Image
salle de sport
Crédits
Jorge Dominguez / Unsplash
A cause de la crise sanitaire, plus de 20% des salles de sport risquent de fermer dans les six prochains mois.
Jorge Dominguez / Unsplash

Depuis octobre, la pratique sportive des français connaît de fortes contraintes, avec l’interdiction du sport amateur en salle, la fermeture des piscines et des salles de sport, et cela alors que nous sommes en plein hiver, moment où la pratique sportive en extérieur est difficile voire souvent impossible. Dans ce contexte, certains Français continuent à pratiquer leur sport en utilisant une attestation médicale. Cette pratique sur ordonnance est parfois complètement légitime, dans le cas des maladies chroniques par exemple, mais certains ont aussi recours à des attestations falsifiées, et d’autres comptent sur les médecins, qui soutiennent leurs patients et signent des attestations même en absence de maladie chronique. À la question des attestations, se mêlent les intérêts commerciaux des salles de sport et ceux des enseignes sportives.

Le sport et l'activité physique sont essentielles pour la santé du corps et de l’esprit

Les médecins sont tous d’accord sur le fait que les restrictions de pratique sportive en intérieur aggravent les conséquences psychologiques des mesures sanitaires actuelles.  Le 19 novembre dernier, Olivier Véran a évoqué le malaise mental, des personnes âgées et des jeunes. “Ras-le-bol, stress, anxiété, déprime, l'impact psychologique est réel. Tout le monde n'en souffre pas, mais chacun peut être concerné », prévient Olivier Véran . De nombreux étudiants seraient "en détresse" à cause des incertitudes concernant l’avenir, mais aussi à cause du manque d'activité physique. La même situation est subie par les travailleurs qui ont  dû passer au chômage partiel. Et malgré cela, la pratique sportive amatrice reste verrouillée.

Certificats de complaisance ou un vrai besoin de pratiquer du sport?

Dans ces conditions, de nombreux médecins encouragent leurs patients à continuer à pratiquer un sport. Lors du deuxième confinement, fin octobre, les activités nautiques étaient interdites à moins de 300 mètres de la plage sauf dérogation. Les médecins à Biarritz  ont prescrit des ordonnances pour permettre à leurs patients de continuer à prendre des bains de mer, et à pratiquer les sports nautiques comme le surf.
Les attestations se sont multipliées et les médecins ont été  soupçonnés de complaisance.
Pour certains ennemis du sport, les ordonnances manquaient de rigueur, pour certains professionnels de santé, les motifs de la prescription de la pratique sportive doivent être protégés par le secret médical.

Quelle responsabilité des salles de sport?

Un récent reportage de France Info pointe du doigt les salles de sport qui “s’arrangent” avec la réglementation.  Selon l’article, certaines salles de sport sont trop flexibles, et acceptent tout type d’attestation médicale, même des certificats médicaux falsifiés, et, au lieu d’ organiser les plages horaires et les flux pour éviter des salles trop remplies, elles poussent à la surfréquentation pour rentabiliser leurs commerces. Selon Philippe Leroy, représentant de France Active, syndicat des entreprises du sport, si les salles ouvraient seulement au public prioritaire, le business ne serait pas rentable. "Quand vous avez 90% de vos abonnés qui ont quitté le club, que vous avez toutes les charges qui tombent, que vous n'avez pas les aides qui arrivent et bien certaines salles font le choix, moyennement déontologique, d'essayer de récupérer les adhérents d'autres clubs en ouvrant." explique Philippe Leroy, qui ajoute que de toute façon, à cause de la crise sanitaire, plus de 20% des établissements risquent de fermer dans les six prochains mois.

Pour la ministre du Sport, la reprise du sport en intérieur passe par la conception d’un masque spécial

Les stations de ski, piscines et salles de sport souffrent des contraintes, la santé physique et mentale des Français aussi, et ce sont maintenant les magasins de sport, en difficulté, et qui cherchent des moyens de renforcer les ventes. Decathlon a trouvé une astuce, la solution miracle aux salles de sport : le masque barrière, spécifiquement conçu pour les sportifs.
En effet, ce projet  déjà évoqué le 18 janvier dernier par la ministre chargée des Sports Roxana Maracineanu, qui place dans ce masque l’espoir de permettre aux adeptes amateurs de reprendre le sport. Il s'agirait d’un masque sportif labellisé et agréé par l’Afnor pour pratiquer le sport en milieu fermé. «Si on arrive à avoir ce masque, cela permettra aussi la réouverture des salles de sport et la reprise des activités pour les mineurs et les adultes en milieu fermé», soutient la ministre. Ce masque ne serait pas commercialisable avant « courant mars », des tests par plusieurs fédérations, coachs et salles de sport se feront pour vérifier qu’il  marche comme prévu et ensuite, les autorités sanitaires devront le valider… Plusieurs personnes en besoin de faire du sport sans “maladie chronique” préfèrent passer par leur médecin généraliste pour avoir une attestation qui leur permet de rester en bonne santé.
 

À LIRE AUSSI

Image
Ben influenceur foodie
Précarité étudiante : Les influenceurs “foodies” se mobilisent pour les étudiants
La crise actuelle impacte durement les étudiants. En plus de devoir se contenter de cours en visioconférence, nombreux sont ceux qui sont soumis à des confinements dan...
08 février 2021 - 13:14
Société
Image
Femme ordinateur
Comment bénéficier du « chèque psy » à destination des étudiants ?
Absence de cours en présentiel, isolement, perte de revenus… Les étudiants sont malmenés pendant cette crise sanitaire. Depuis le 1er février 2021, ils peuvent bénéfic...
05 février 2021 - 12:42
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.