La tromperie de l'étude JAMA sur l'ivermectine des participants à l'étude est confirmée publiquement

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

La tromperie de l'étude JAMA sur l'ivermectine des participants à l'étude est confirmée publiquement

Publié le 25/03/2021 à 16:09 - Mise à jour à 22:38
FranceSoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

 

Un article de Peter Yim, PhD, paru le 24 mars sur le site TrialSiteNews, rapporte la tromperie de l’étude Jama sur l’ivermectine. Cela vient s’ajouter à la fraude scientifique révélée par FranceSoir impliquant Dominique Costagliola de l’Inserm qui aurait influencé la méta-analyse du Dr Hill. Rappelons que cette méta-analyse a été citée dans la décision de l’EMA (Agence européenne des médicaments) de ne pas recommander cette molécule.

Le Journal of the American Medical Association (JAMA) a publié «Effet de l'ivermectine sur le temps de résolution des symptômes chez les adultes atteints de COVID-19 léger» le 4 mars 2021. Le site TrialSiteNews a révélé que les participants à l'étude ont été informés que le médicament à l'étude était « Molécule D11AX22 »au lieu de« ivermectine ». Comme l'a expliqué Eduardo López-Medina lors d'une conversation téléphonique, l'utilisation de la «molécule D11AX22» au lieu de «l'ivermectine» était nécessaire pour améliorer le recrutement des volontaires pour l'étude. Les patients étaient susceptibles de connaître l'ivermectine et le faible risque d'événements indésirables. En tant que tels, ils n'ont peut-être pas vu la nécessité de participer à l'étude.

López-Medina l'a confirmé publiquement dans un commentaire au JAMA le 23 mars 2021:

«En ce qui concerne la question de savoir si le formulaire de consentement éclairé (ICF) utilise« D11AX22 Molecule »pour désigner l'ivermectine, la réponse est oui.»

L'attention se tourne maintenant carrément vers JAMA. Le fait de savoir que la publication de cet article légitime fermement l'utilisation de la tromperie dans le recrutement de volontaires pour les essais cliniques.

De plus on peut lire dans une publication les éléments détaillés de la fraude de cette étude : violations du protocole de l’étude López-Medina et coll.: 38 doses d’ivermectine (IVM) et de placebo ont été changées, l’échec de l’aveuglement de l’étude, les ventes libres généralisées d’ivermectine à Cali, et des effets secondaires presque identiques pour l’IVM et les groupes de contrôle. Les auteurs de cette revue sont David E. Scheim, Ph.D. ancien du MIT, Jennifer A. Hibberd est chirurgienne dentaire et instructeur à l’Université de Toronto et Juan J. Chamie-Quintero est analyste de données à Cambridge, MA, USA. Ils font une analyse très critique de cette étude dont les résultats sont : 

  • Un essai contrôlé randomisé pour le traitement des cas bénins de COVID-19 mené à Cali, en Colombie, n’a signalé aucune différence statistiquement significative dans les résultats pour ses bras ivermectine (IVM) et placebo.
  • Cependant, une anomalie frappante, était que certains effets indésirables (EA) qui se distinguent par l’IVM à forte dose de l’étude l’utilisation s’est produite à des taux presque identiques dans ses bras d’IVM et de placebo.
  • En toile de fond de ces indicateurs de l’utilisation de l’IVM dans les contrôles d’étude, on retrouve que la vente d’IVM était généralisée pour la COVID-19 dans la région de Cali au cours de la période d’étude, avec 1,6 doses d’IVM vendues en vente libre pour chaque cas de COVID-19.
  • La structuration de l’étude a entrainé l’aggravation des risques de contamination du bras témoin au travers d’erreurs critiques dans le processus d’aveuglement et la ségrégation des doses d’IVM par rapport au bras placebo.
  • Une erreur d’étiquetage a entrainé le remplacement de l’IVM par des doses de placebo pour 38 patients.
  • En outre, la solution de dextrose de 5% a été employée pour les 64 premiers patients dans le groupe de placebo, facilement distinguable de l’IVM au goût amer.
  • Compte tenu de la disponibilité et des ventes généralisées d’IVM à Cali, des lacunes dans la ségrégation et l’aveuglement des doses d’IVM et de contrôle, et des AE caractéristiques de l’IVM dans les contrôles, ont entrainé la rupture de l’intégrité du bras de contrôle.
  • Certaines informations utiles peuvent néanmoins être récupérées à partir des résultats du bras de traitement IVM de cette étude, qui avait 0 décès et des symptômes généralement bénins, avec des EA typiques de l’IVM à haute dose (répliqués dans le groupe témoin) qui étaient généralement bénins et transitoires.

Pour comparaison nous sommes allés chercher le formulaire de consentement de l'étude Solidarity.

Pour l'essai Solidarity, il est bien indiqué que le participant recevra des informations sur les traitements testés :

Et la page spécifique comprend bien les noms des traitements utilisés comme il se doit et ne comprend pas de nom technique ou formule chimique - du langage simple et courant pour le patient : 

Certains des traitements étudiés sont administrés sous forme de pilules quotidiennes, d'autres sous forme d'injections quotidiennes. Ils ont été utilisés en toute sécurité dans d'autres maladies, bien que quelques personnes aient eu des effets secondaires temporaires. Pour tout médicament, il existe une possibilité rare de réaction grave et inattendue.

Le Remdesivir est fabriqué par Gilead. Ses effets secondaires ne sont ni courants ni graves et ne durent que quelques jours. Ils consistent en des troubles digestifs (tels que perte d'appétit, brûlures d'estomac, nausées ou vomissements, selles molles ou constipation) ou des troubles plus généraux (tels que tremblements, démangeaisons, maux de tête, vertiges ou sensations inhabituelles dans l'oreille). Les analyses de sang de certains patients montrent des changements dans le fonctionnement des reins ou du foie, mais ceux-ci s'arrêtent lorsque le médicament est arrêté.

Le Lopinavir est fabriqué par la société________. Il est administré avec le Ritonavir, qui empêche le foie de décomposer le Lopinavir trop rapidement. Certains patients ont des nausées, des vomissements ou des diarrhées. L'utilisation à long terme pour traiter le VIH peut augmenter la quantité de cholestérol et d'autres graisses dans le sang, mais cela n’a pas lieu d’être dans le cadre d'un traitement à court terme.

L'interféron est fabriqué par Merck Sharp and Dohme. Les symptômes de type grippal sont courants mais généralement assez légers. Il est administré par injection quotidienne, et parfois le site d'injection devient gonflé ou douloureux, mais cela s'améliore après la fin du traitement. Les analyses de sang de certains patients montrent des changements dans le fonctionnement du foie, mais ceux-ci s'arrêtent lorsque le médicament est arrêté. Certains utilisateurs d’interféron ont rencontré des épisodes de dépression, certains avec des pensées suicidaires. et ont même pensé au suicide. Vous ne devriez donc pas prendre ce médicament si vous avez déjà eu une dépression grave ou si vous avez tenté de vous suicider.

La chloroquine et l'hydroxychloroquine sont de vieux médicaments antipaludéens largement utilisés et fabriqués par de nombreuses entreprises. Ils peuvent provoquer des troubles digestifs (maux d'estomac, nausées ou vomissements), des démangeaisons ou de légers étourdissements. Vous ne devez pas les prendre si vous avez des crises, de l'épilepsie ou des problèmes auditifs ou visuels graves (pas seulement le besoin d’avoir des appareils auditifs ou des lunettes de lecture). Comme il y a eu de rares problèmes cardiaques, les personnes souffrant de maladies cardiaques graves ne sont pas invitées à participer à l'étude.

 

Formulaire du consentement du vaccin Pfizer - La encore le nom du produit est mentionné.

 

Après la fraude du Lancet en mai 2020, du NEJM (New England Journal of Medecine) en juin 2020, c'est au tour du JAMA d'être épinglé pour une nouvelle fraude à la science. 

 

article mis à jour le 25 mars 2021 à 22:38 - corrections (coquilles) le 27 mars à 11h59

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La tromperie de l'étude JAMA sur l'ivermectine des participants à l'étude est confirmée publiquement

Newsletter





Commentaires

-