Le Conseil de l'Europe affirme que la vaccination ne doit être ni obligatoire ni discriminatoire

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le Conseil de l'Europe affirme que la vaccination ne doit être ni obligatoire ni discriminatoire

Publié le 03/03/2021 à 11:59 - Mise à jour à 12:05
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s):
-A +A

Le 27 janvier, le Conseil de l'Europe a signé la résolution 2361, qui recommande que les vaccinations dans les États membres ne soient pas obligatoires. En outre, les personnes qui n'ont pas été vaccinées ne doivent en aucune manière faire l'objet de discrimination. Une entrave aux projets de «passeports vaccinaux» ? Le Conseil de l'Europe est une "vigie" des droits de l'homme mais ses recommandations ne sont pas contraignantes.

Nous reprenons un article de Christer Ericsson paru dans le journal "NyaTider" du 10 février, qui commentait cette résolution et ses conséquences.

La résolution, peu relayée jusqu'ici par les politiques et les médias principaux, va jusqu'à ordonner aux États membres d'informer activement les citoyens de ces droits.

De nombreux citoyens se demandent si les vaccins insufisamment testés seront obligatoires, car cela a déjà été proposé dans plusieurs pays. En Suède, cependant, cela n'a pas été le cas, en raison d'une loi qui interdit les interventions médicales involontaires. Mais malgré cette loi, les gouvernements pourraient exercer une pression si forte sur leurs populations, qu'il pourrait devenir presque impossible de vivre sans être exposé à ce coup expérimental.

Au Danemark, un  passeport vaccinal  pourrait bientôt être requis pour accéder aux centres commerciaux, aux événements sportifs et autres lieux publics, aux transports publics ou aux voyages à l'étranger. Heureusement, le Conseil de l'Europe met désormais un terme définitif à ces projets, car les expériences médicales involontaires sont interdites par la Convention de Nuremberg.

Le Conseil de l'Europe est une organisation intergouvernementale de coopération européenne qui compte 47 États-membres, bien au-delà de l'Union européenne donc (Russie, Turquie, Suisse, Royaume-Uni, Norvège... qui ne font pas partie de l'UE en sont membres). Ses résolutions ne sont pas juridiquement contraignantes, ni pour les Etats-membres, ni pour l'UE, mais les recommandations adressées aux États membres sont presque toujours respectées. Par exemple, pas plus tard qu'en novembre de l'année dernière, le gouvernement a proposé que les lois suédoises soient modifiées à la suite de la convention du Conseil de l'Europe sur la cybercriminalité.

La résolution sur la vaccination forcée décrit brièvement les problèmes causés par la pandémie de Covid-19 avec le chômage, le ralentissement économique et la pauvreté qui en résultent. Il souligne également une certaine  méfiance de  la population européenne à l'égard d'un programme de vaccination forcée. La résolution contient diverses recommandations sur la manière de parvenir à une importante prise de vaccin, mais aussi quelque chose d'inattendu - à savoir des dispositions claires à cet égard.

Le point 7.3 de la résolution oblige tous les États-membres à veiller à ce que les citoyens soient informés que les vaccinations Covid ne sont PAS (le seul mot écrit en majuscules tout au long de la résolution) obligatoire et que personne ne subit des pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner.

Deuxièmement - au moins aussi important - les États-membres doivent veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas être vacciné en raison de risques potentiels pour la santé ou parce que la personne ne veut tout simplement pas être vaccinée.

Ce dernier est particulièrement intéressant compte tenu de la propagande actuelle des passeports de vaccination par les médias du système et plusieurs gouvernements européens, pour qui il est nécessaire. Le gouvernement suédois a annoncé le 4 février qu'il avait décidé d'introduire un certificat de vaccin numérique qui sera prêt d'ici l'été. Mais à quoi sert-il alors, s'il devient illégal de discriminer quelqu'un qui ne l'a pas?

Lorsque le gouvernement suédois a résumé les choses les plus importantes de la session d'hiver du Conseil de l'Europe sur son site Internet le 29 janvier, cela n'a pas été mentionné - de loin le plus important de toute la résolution - en un seul mot. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi, étant donné la propagande sans précédent pour les vaccinations de masse du gouvernement suédois et non des moindres du système médiatique, qui est gonflé à des niveaux jamais vus auparavant, même en temps de guerre.

En Allemagne, le Premier ministre de Bavière Söder (CSU)pousse pour les vaccinations obligatoires pour certains groupes professionnels, par exemple en soins infirmiers. Et il a même fait appel au Conseil d'éthique allemand pour l'aider dans cet effort. Des rumeurs ont circulé selon lesquelles Söder aurait reçu des pots-de-vin de sociétés pharmaceutiques.

Selon la Convention de Nuremberg, les vaccins expérimentaux peuvent être considérés comme une expérience sur la population. Dans le cas des jabs d'ARNm de ModeRNA et de Pfizer, ils n'ont jamais été testés auparavant.

La Convention se compose de dix points et le premier affirme : le consentement volontaire du sujet humain est absolument nécessaire. Mais la question demeure : est-ce vraiment volontaire si vous n'êtes pas autorisé à travailler, à envoyer les enfants à l'école, à voyager ou même à visiter le centre commercial si vous ne vous soumettez pas aux vaccins expérimentaux ?

Le cinquième point déclare: Aucune expérience ne doit être réalisée là où il y a des raisons de croire que la mort ou une blessure invalidante se produira. D'innombrables autorités sanitaires et de contrôle dans plusieurs pays ont indiqué  omment elles s'attendaient à ce que cela se produise à une assez grande échelle. Les décès de blessures graves liées aux vaccins ont déjà été répertoriés à la suite des vaccinations, y compris au CDC de l'Agence de santé publique des États-Unis.

Les lecteurs doivent télécharger les informations sur leur smartphone pour les avoir à portée de main chaque fois qu'il devient nécessaire de rappeler aux responsables gouvernementaux les lignes directrices du Conseil de l'Europe.

En France, le gouvernement a longtemps parlé du passeport vaccinal comme étant une des solutions à l’étude. La député européenne Michèle Rivasi nous a expliqué les réels problèmes liés à la vaccination de masse en cours ainsi que ceux liés au passeport vaccinal.  Le président Macron a de son côté évoqué que ce ne serait pas un passeport vaccinal mais un « pass sanitaire ». Un terme de plus qu’il va falloir caractériser afin d’en comprendre les contours.


EXTRAIT DE LA RÉSOLUTION 2361 DU CONSEIL DE L'EUROPE ADOPTÉE LE 27 JANVIER 2021:

7.3 en ce qui concerne la garantie d'un taux élevé de vaccination:
7.3.1 s'assurer que les citoyens sont informés que la vaccination n'est PAS obligatoire et que personne ne subit de pression politique, sociale ou autre pour se faire vacciner s'il ne souhaite pas le faire lui-même;
7.3.2 veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques sanitaires potentiels ou pour ne pas vouloir se faire vacciner;

Source: https://pace.coe.int/en/files/29004/html

La résolution complète en français au format PDF


 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un virus qui n'a pas de passeport...

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-