Les vaccins anti-Covid peuvent causer des troubles menstruels, a admis l’agence du médicament

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 29 octobre 2022 - 16:00
Image
vaccin
Crédits
AFP
Les vaccins anti-Covid peuvent causer des troubles menstruels, a admis l’agence du médicament.
AFP

Les vaccins à ARNm contre la Covid-19 peuvent provoquer des troubles menstruels, a enfin admis l’Agence européenne des médicaments (EMA) ce 28 octobre 2022. Un évènement indésirable sur lequel le collectif Où est mon cycle sonne l’alerte depuis sa création début 2022. Il en va de même pour des scientifiques en France et à l'étranger, à l'instar de Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS, qui abordait cette problématique dans un entretien avec FranceSoir dès le mois de décembre 2021.

Une annonce qui met à mal le journal Libération : en juillet dernier, celui-ci accusait le collectif Où est mon cycle ?, qui œuvre à faire reconnaitre la souffrance des femmes victimes des effets secondaires du vaccin anti-Covid sur leur cycle menstruel, de « covidoscepticisme ».

Voir aussi : "Beaucoup de femmes sont dans une souffrance terrible": Mélodie Féron, fondatrice d’Où est mon cycle, présente son ouvrage

L’EMA reconnait l’impact du vaccin sur le cycle féminin

Ce vendredi, le comité de pharmacovigilance (PRAC) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a reconnu dans ses conclusions rapportées par l'Agence nationale du médicament (ANSM), que les vaccins à ARN-messager contre le Covid-19 peuvent être responsables des saignements menstruels abondants apparus chez certaines femmes post-vaccination.

Ces saignements « peuvent être considérés comme un effet indésirable potentiel des vaccins » de Pfizer et Moderna, explique-t-elle. Ces effets seront désormais ajoutés dans les résumés des caractéristiques du produit (RCP) et les notices de ces deux vaccins.

Lire aussi : L'agence européenne des médicaments appelle à "ne pas surcharger le système immunitaire par des vaccinations répétées"

Les troubles menstruels déclarés concernent majoritairement des modifications de la durée et l'intensité des saignements associés ou non à des douleurs. Ils sont le plus souvent « non graves » et transitoires, soutient l'ANSM qui précise que chez certaines patientes, on observe toutefois une persistance possible de ces effets autour de 6 mois. Une analyse plus précise de ces cas se poursuit, a-t-elle ajouté. Sur Twitter, le Collectif Où est mon cycle a réagi aux conclusions de l'ANSM : « Nous n'avons pas la même définition du mot "grave" », a-t-il fustigé.

Pour rappel, le 19 octobre, l'EMA a donné son feu vert pour l'utilisation du vaccin anti-Covid dès l'âge de six mois.

Un lien entre troubles menstruels et vaccination anti-Covid déjà établi

Dans son rapport d'étape déposé le 9 juin 2022, l’Office parlementaire de l’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) avait déjà reconnu le lien entre les troubles menstruels et la vaccination anti-Covid, s’étonnant par ailleurs que les effets secondaires de l'injection sur le cycle féminin ne soient pas encore reconnus. Dans une tribune publiée dans FranceSoir le 15 octobre, des professionnels du droit rappelaient que les travaux complets de l’Office sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 et le fonctionnement du système français de pharmacovigilance, n’étaient toujours pas disponibles. Ils appelaient donc l’Office à la transparence et à rendre publics l’ensemble des auditions.

Lire aussi : Effets secondaires des vaccins anti-Covid : des professionnels du droit demandent la transparence totale des travaux de l'OPECST

Le 14 septembre, l’avocate du Collectif Où est mon cycle, Me Diane Protat, a adressé le 14 septembre un courrier à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen demandant à ce que l’Agence européenne du médicament organise au niveau européen « une audition publique sur l’acceptabilité des risques que fait causer la vaccination contre le Covid-19 ». Pour en apprendre plus sur cette action judiciaire, cliquer ici.

Dès le mois de décembre 2021, Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS et docteur en biologie cellulaire et microbiologie, estimait dans un entretien chez FranceSoir qu’il fallait « arrêter cette fuite en avant avec la vaccination généralisée et les rappels réguliers » car une « bonne partie de la population » encourait le risque d’être « confrontée à ces effets secondaires latents et potentiellement irréversibles ». Soulignant « un possible effet direct ou indirect de la protéine Spike virale ou vaccinale sur le processus reproductif », Jean-Marc Sabatier signalait que « des problèmes menstruels et des fausses couches » avaient déjà été rapportés. Et d’ajouter : « À long terme, à force d'injecter ces produits, l’effet ne peut être que néfaste. Au mieux, il n'y a pas d'effet... »

« Après presque un an, mieux vaut tard que jamais », a lancé le scientifique sur Twitter.

À LIRE AUSSI

Image
OPESCT
Effets secondaires des vaccins anti-Covid : des professionnels du droit demandent la transparence totale des travaux de l'OPECST
TRIBUNE - Nous, professionnels du droit, demandons la transparence totale des travaux de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques ...
15 octobre 2022 - 12:00
Opinions > Tribunes
Image
Mélodie Féron, fondatrice du collectif "Où est mon cycle ?"
"Beaucoup de femmes sont dans une souffrance terrible" : Mélodie Féron, fondatrice d’Où est mon cycle, présente son ouvrage
Elles sont des milliers à rapporter des effets secondaires sur leur cycle menstruel post-vaccination contre le Covid-19. Face au mur du silence médiatique, ces témoign...
30 septembre 2022 - 19:05
Vidéos
Image
Jean-Marc Sabatier, le grand entretien - partie 3
"Il faut prendre conscience urgemment des problèmes de ces vaccins" - Jean-Marc Sabatier
ENTRETIEN — Que savons-nous de l’immunité ? Comment celle-ci se mobilise-t-elle lors d’une infection ou d’une vaccination ? Qu’est-ce que l’immunité innée non spécifiq...
31 décembre 2021 - 21:00
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.