Maladie de Lyme: une grève de la faim pour "le droit de guérir" (VIDEO)

Maladie de Lyme: une grève de la faim pour "le droit de guérir" (VIDEO)

Publié le 21/06/2016 à 14:31 - Mise à jour à 14:43
©Capture d'écran Youtube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Atteint depuis plus de dix ans de la maladie de Lyme, un homme de 33 ans a entamé une grève de la faim pour protester contre la faible reconnaissance de sa pathologie par les autorités sanitaires françaises.

C’est un cri de détresse que prononce Matthias Lacoste, 33 ans, et père de deux jeunes enfants: "J'ai bien réfléchi. À partir du 18 juin, je ne m'alimenterai plus et je suspendrai l'intégralité de mes traitements. Je suis déterminé". L’homme veut en effet mettre en lumière son combat: affirmer son droit de guérir d’une pathologie qui lui rend l’existence insupportable, la maladie de Lyme.

Cette maladie transmise par la morsure d’une tique infectée peut se soigner à un stade précoce. Mais tardivement prise en charge, les symptômes les plus handicapants se succèdent: fièvre, fatigue extrême, faiblesse musculaire, douleurs et gonflements articulaires, paralysies faciales, troubles de la mémoire, troubles du sommeil, problèmes psychiatriques ou complications cardiaques. Des manifestations douloureuses et dont le caractère hétéroclite empêche souvent de poser rapidement un diagnostic. D’autant que les médecins français sont mal préparés face à cette maladie peu banale en apparence. Ce qui accroît donc le risque d’une prise en charge trop tardive et inefficace.

Matthias Lacoste ne se souvient d’ailleurs pas du jour de son infection. Depuis 2003 cependant, alors qu’il travaille comme chef pâtissier dans de prestigieuses enseignes parisiennes, il se plaint de douleurs articulaires tenaces. Les médecins, soupçonnant dans un premier temps une sclérose en plaques, lui feront subir de nombreux examens sans parvenir à mettre un nom sur son mal. Sa carrière est brisée. Il faudra plus de dix ans pour qu’un médecin, en 2014, pose enfin le bon diagnostic.

Mais la guérison n’en est pas pour autant possible. Infecté depuis longtemps, il faudrait que Matthias Lacoste multiplie les prises d’antibiotiques sur de longues durées, une pratique qui ne rentre pas dans les recommandations de la Sécurité sociale, qui décourage les médecins qui envisagent ce type de thérapies. L’homme a d’ailleurs appris que la MSA, son actuelle caisse de sécurité sociale, va arrêter de lui verser ses indemnités journalières pour maladie. En effet, seule les "poussées" de la maladie de Lyme sont reconnues (et remboursées) par la Sécurité sociale qui ne reconnaît pas le caractère chronique de la maladie.

"C'est pour cela que je m'engage dans cette grève de la faim, je n'ai plus de solution… C'est à la ministre Marisol Touraine que je m'adresse. Je n'y mettrai fin que lorsqu'elle se sera décidée à faire des propositions pour faire avancer la cause des malades!" affirme-t-il.

(Voir ci-dessous la vidéo postée par Matthias Lacoste)

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Matthias Lacoste a attendu dix ans avant d'avoir le bon diagnostic.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-