Médicaments: les taux de remboursement en question

Médicaments: les taux de remboursement en question

Publié le 13/08/2015 à 16:36 - Mise à jour à 16:47
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Le groupe de travail sur "l'évaluation des produits de santé" propose de revenir sur le remboursement de certains médicaments, notamment ceux jugés les moins efficaces. Des propositions qui restent cependant à étudier et à valider.

Le taux de remboursement à 15% sur certains médicaments pourrait bientôt disparaître. C'est en tout cas ce que recommande Dominique Polton, présidente du groupe de travail chargé de "l'évaluation des produits de santé" et conseillère auprès de la direction de la Caisse nationale d'assurance maladie.

Dans un rapport dont le quotidien Les Echos révèle ce jeudi 13 le contenu, elle propose que les médicaments jugés peu efficaces ne soient plus du tout remboursés, voire que soit instauré un taux de remboursement unique.

En effet, il existe actuellement trois taux de remboursement des médicaments selon le "service médicale rendu" (SMR). Il est défini en fonction de la gravité de la maladie, l'intérêt du médicament pour la santé publique, ses effets indésirables et son efficacité en termes de prévention et de soin. Selon l'importance de son SMR, un médicament est remboursé à 15%, 30% ou 60%.

Le rapport propose donc de ne plus rembourser les médicaments les moins efficaces. Une autre alternative proposée serait de fixer un taux de remboursement unique (pas encore fixé) quel que soit le SMR du médicament.

Une mesure d'économie pour le système de protection sociale qui ne devrait cependant pas voir le jour avant un moment. Car même si le ministère de la Santé décidait de suivre l'une de ces pistes, il faudrait revoir l'attribution d'un taux à chaque médicament. Un chantier de grande ampleur qui met en scène les laboratoires, l'assurance maladie, les médecins et les patients. D'autant plus que ce système d'attribution est aujourd'hui complexe. Le rapport de Dominique Polton propose d'ailleurs avant tout de "clarifier et simplifier" les critères d'admission au remboursement.

Dans le cas où une de ses propositions seraient retenues, le texte préconise la mise en place des mesures de transition, notamment la prise en charge forfaitaire de certains médicaments et pour "des catégories de patients très limitées". Si toutes ces propositions ne sont pas encore arrêtées, une version définitive devrait être présentée le 8 septembre prochain.

 

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le remboursement à hauteur de 15% des médicaments jugés les moins efficaces pourrait disparaître.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-