Test PCR : l’Académie de médecine alerte sur les risques de lésions liés à leur banalisation

Test PCR : l’Académie de médecine alerte sur les risques de lésions liés à leur banalisation

Publié le 12/04/2021 à 19:22 - Mise à jour à 19:24
PHILL MAGAKOE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Qui n’a pas déjà fait l’expérience d’un test nasopharyngé pour détecter le virus du coronavirus ?  L’Académie de médecine dans un communiqué du 8 avril alerte sur « le risque lésionnel induit par la banalisation des prélèvements nasopharyngés ». Les tests PCR ne seraient pas sans conséquence, contrairement à la doxa qui prévalait jusqu'alors.

Ces prélèvements nasaux sont devenus des tests de référence, avec un résultat rapide pour savoir si le patient est positif ou non au coronavirus. Entre mars 2020 et avril 2021, plus de 70 millions de tests PCR ou antigéniques ont été réalisés, selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). Les conséquences sont la plupart du temps bénignes : douleurs, saignements, désagréments… Cependant, de graves complications « commencent à être décrites dans la littérature médicale depuis quelques semaines, notamment des brèches de l’étage antérieur de la base du crâne associées à un risque de méningite » et inquiètent l’Institution de médecine. Complications liées à une mauvaise pratique de ces tests, parfois réalisés dans de mauvaises conditions : position inadaptée du patient, mauvaise orientation de l’écouvillon, non prise en compte des antécédents ORL du patient.

Des recommandations à prendre au sérieux

Selon l’Académie de médecine, les tests doivent être réalisés par des professionnels de santé formés pour ce geste qui doivent s’enquérir des antécédents ORL du patient testé. Les enfants doivent en être exemptés et testés uniquement avec un test salivaire. Autant de recommandations qui doivent être suivies, notamment avec l’arrivée des autotests, disponibles en pharmacie dès le 12 avril. L’Académie alerte les personnes souhaitant recourir à ce type de test  :  « l’auto-prélèvement peut exposer à de faux négatifs lorsque l’écouvillonnage est trop timide et superficiel, mais peut aussi devenir dangereux lorsque l’écouvillonnage est trop profond et dirigé dans la mauvaise direction. »

Un geste devenu banal, qui finalement n’en est pas un.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-