Vaccination contre la Covid-19 : le pari du Royaume-Uni sera-t-il payant ?

Vaccination contre la Covid-19 : le pari du Royaume-Uni sera-t-il payant ?

Publié le 04/01/2021 à 13:00 - Mise à jour à 13:02
© Alex Edelman / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Un million de personnes ont reçu leur première injection du vaccin Pfizer/BioNTech au Royaume-Uni. Mais Londres adopte une nouvelle stratégie, qui suscite l’étonnement.
 
Outre-Manche, les autorités sanitaires ont en effet autorisé l’allongement du délai entre les deux doses jusqu’à trois mois, que ce soit pour le vaccin Pfizer ou pour le vaccin AstraZeneca/université d’Oxford. Les injections de ce dernier ont débuté ce lundi matin.   
 
Trois mois au lieu de 21 jours entre la première et la seconde dose… Pour le premier ministre Boris Johnson, l’avantage est clair :
 
« Cela nous permettra de vacciner plus de gens et de les vacciner plus vite »
 
Cette position est soutenue par les médecins-chefs d’Angleterre, du Pays de Galles, d’Irlande-du-Nord et d’Ecosse dans une lettre ouverte aux professionnels de santé. « Un modèle où l’on peut vacciner deux fois plus de personnes dans les deux à trois prochains mois est évidemment bien plus préférable en matière de santé publique que celui où l’on vaccine la moitié du nombre mais avec une protection légèrement supérieure ».
 
La protection, justement, est au cœur du débat qui agite les scientifiques britanniques puisque selon la dernière étude publiée par le New Englang Journal of Medicine, l’efficacité du vaccin Pfizer/BioNTech est de 52% après la première injection, 91% dans la semaine suivant la seconde injection. 
 
La porte ouverte aux vaccins mixtes
 
Ce n’est pas le seul changement intervenu dans la stratégie vaccinale britannique, et le second inquiète davantage : il autorise le mélange des vaccins, en cas de problème d’approvisionnement ou « si le vaccin utilisé lors de la première dose est inconnu ». 
 
En clair, un patient ayant reçu une dose de vaccin à ARN messager Pfizer pourrait se voir ensuite injecter, « à titre exceptionnel », une seconde dose, mais de vaccin à vecteur viral AstraZeneca.
 
Ce pari du gouvernement britannique est controversé, sachant qu’il n’existe aucune donnée sur la vaccination hybride. 
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le Royaume-Uni autorise l'allongement du délai entre les injections

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-