Vaccinations : La France devant le Conseil d’Etat pour son partenariat avec Doctolib

Vaccinations : La France devant le Conseil d’Etat pour son partenariat avec Doctolib

Publié le 05/03/2021 à 15:13
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le gouvernement a lancé un partenariat avec la société Doctolib pour permettre la prise de rendez-vous en ligne aux personnes concernées par la vaccination contre la Covid-19.  Cependant, cette plateforme franco-allemande est hébergée par Amazon, ce qui a fait réagir plusieurs collectifs et associations de santé, qui se préoccupent de la sécurité et de la confidentialité des données des patients. Le ministère des Solidarités et de la Santé devra défendre ce partenariat devant le Conseil d’Etat le 8 mars prochain.

Une collaboration illégale qui enfreint le droit à la protection des données à caractère personnel

Selon les collectifs qui s’oposent à ce partenariat, les services d’Amazon peuvent échapper au droit européen en matière de protection des données privées la maison mère est située sur le sol américain. Dans ce cas, les données de vaccinations seraient soumises au Cloud Act américain qui préconise que le gouvernement des Etats-Unis pourrait réquisitionner ces données sous prétexte de renseignement. Or, en croisant les données recueillies en lien avec la vaccination contre le Covid-19 avec l’historique des rendez-vous, il est possible de définir directement les pathologies dont souffre le patient et de renseigner son état de santé, explique le collectif.

Quels collectifs s’opposent au partenariat avec Doctolib?

Arguant qu’il s’agit d’une décision administrative qui semble “manifestement illégale” et porte une atteinte grave aux libertés, les collectifs ont adressé leur requête au tribunal administratif, en utilisant un référé-liberté, qui a été signé par des professionnels de santé, comme le professeur Didier Sicard, le Syndicat de la médecine générale, l’Union pour une médecine libre, le Syndicat national des jeunes médecins généralistes et la Fédération des médecins de France, ainsi que par l’association française qui développe et met à disposition des logiciels libres et open-sources pour la santé, InterHop, et des associations de patients, comme ActUp santé Sud-Ouest.

Snowden s'était déjà préoccupé de nos données de santé au sujet du Health data Hub

La question de la souveraineté des données a été déjà évoquée lorsque Microsoft avait été choisi pour'héberger les données du Health Data Hub, la base de données contenant l'ensemble des informations de santé des Français. Dans un tweet, Edward Snowden se demandait : “Pourquoi? C’est plus simple….”, en ajoutant un lien vers le site du collectif Interhop qui expliquait que des solutions francaises existent . Une des dernières organisations à joindre la contestation contre Microsoft est l'Assurance Maladie, qui estime que « Les conditions juridiques nécessaires à la protection de ces données ne semblent pas réunies pour que l’ensemble de la base principale soit mise à disposition d’une entreprise non soumise exclusivement au droit européen […] indépendamment de garanties contractuelles qui auraient pu être apportées ». Suite à cette contestation, les données « ne seront mises à disposition du Health Data Hub qu’au cas par cas », uniquement pour « des recherches nécessaires à la prévention, au traitement et à la prise en charge de la Covid-19 ». 


Doctolib se montre rassurant car il héberge ses données "en France et en Allemagne".

Selon Mediapart  la plateforme Franco-allemande reste confiante, face à la polémique en expliquant qu’elle héberge exclusivement les données sur le territoire francais ou allemand, et ne sont donc pas soumises au Cloud Act américain. En outre, Doctolib dit avoir mis en place "un chiffrement systématique de l'ensemble des données hébergées chez AWS". Selon eux, les clefs de chiffrement et de déchiffrement seraient hébergées en France “chez un hébergeur français”.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le gouvernement a lancé un partenariat avec la société Doctolib pour permettre la prise de rendez-vous en ligne aux personnes concernées par la vaccination contre la Covid-19.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-