La Bible condamne l’inceste. Mais…

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

La Bible condamne l’inceste. Mais…

Publié le 26/01/2021 à 15:28
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): Philippe Simonnot pour FranceSoir

-A +A

En un temps où l’inceste fait la une des media en tout genre, il n’est peut-être inutile de se référer au livre des livres, qui reste un des principaux fondements de notre  civilisation, à savoir la Bible.

Une vérification rapide fait apparaître une condamnation sans appel des relations incestueuses. Le chapitre 18 du Lévitique est tout-à-fait explicite à ce propos, d’autant qu’il sous-entend que chez d’autres peuples, ce tabou n’existe pas :

Le SEIGNEUR adressa la parole à Moïse :« Parle aux fils d’Israël ; tu leur diras : C’est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu. : Ne faites pas ce qui se fait au pays d’Egypte, où vous avez habité ; ne faites pas ce qui se fait au pays de Canaan, où je vais vous faire entrer ; ne suivez pas leurs lois ;

 […] Nul d’entre vous ne s’approchera de quelqu’un de sa parenté, pour en découvrir la nudité. (Lévitique,  18, 1-6)

 

Rappelons que le Lévitique   est le troisième des cinq livres du Pentateuque, les deux premiers étant la Genèse et l’Exode, et les deux derniers étant  les Nombres et le Deutéronome. Le Lévitique doit son nom à la tribu des Lévites, traditionnellement préposés au fonctionnement du Temple de Jérusalem. C’est dire son importance normative.

 

Le Deutéronome, lui aussi, condamne l’inceste  (Deutéronome, 27, 20-23).

  

Ces quelques condamnations sont toutefois beaucoup  moins catégoriques que celles  qui visent dans la Bible l’homosexualité, cette dernière qualifiée tout bonnement d’abomination : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. » (Lévitique 18, 22) « Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, tous deux commettent une abomination ; ils seront mis à mort, leur sang retombera sur eux. » (Lévitique 20, 13).

 

D’autre part, il y a tout de même plusieurs histoires d’inceste dans la Bible qui ne sont pas explicitement condamnées. Pour ne pas dire qu’elles sont justifiées.

 

C’est d’abord l’histoire des deux filles de Loth : elles couchent avec leur père faute de trouver d’autres hommes.  Comme il est vieux, elles l’enivrent pour lui faciliter la relation, et c’est ainsi qu’elles sont mises enceintes. (Genèse 19, 31-36) et qu’elles lui donnent deux fils, Moab, le père des Moabites et Ben-Ammi, le père des Ammonites. Deux longues successions sont ainsi assurées, qui justifient après coup le double inceste.

 

Quant à Abraham lui-même, il épouse tout simplement sa demi-sœur Sarah. En effet, Sarah et Abraham sont nés du même père et d'une mère différente. Leur union n’est pas condamnée, loin de là. Quand on sait l’importance de ces deux personnages dans l’histoire et la religion juive, chrétiennes et musulmanes, ce couple incestueux est franchement emblématique.

 

Une autre histoire d’inceste biblique mérite d’être rappelé : Amnon, le fils de David, tombe raide dingue de sa demi-sœur Tamar, et finit par la violer. Pour couvrir l’affaire, Tamar demande à Amnon de l’épouser. Il refuse et la jette dehors. Tamar se retrouve chez son frère Absalom, qui  devine ce qui s’est passé et lui dit : «  Maintenant, ma sœur, tais-toi. C’est ton frère. N’y pense plus. » (II Samuel, 13,20). Ce qui laisse entendre que l’inceste pouvait être pratiqué s’il restait secret. Tamar demeure donc, abandonnée, dans la maison de son frère Absalon. Mais deux ans plus tard, Absalon finira par tuer Amnon pour venger Tamar. Il s’agit ici plus d’une justice privée que d’une condamnation morale.

Pour être complet il faudrait évoquer l’institution du lévirat, une sorte d’inceste autorisé ex post. Si un mari vient à mourir sans laisser d’enfant, le frère survivant, s’il vit sous le même toit que le défunt, doit épouser la veuve, toute autre alliance étant interdite à cette dernière (Deutéronome, 25,5). Un romancier pourrait imaginer que cette nouvelle relation a commencé du vivant du mari et n’est pas étrangère à sa mort. Pour un mauvais esprit, le lévirat serait ainsi une sorte de pousse-à-l'inceste  …tout en assurant la sujétion de la femme.

 

 

Auteur(s): Philippe Simonnot pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La Bible condamne l’inceste. Mais…

Newsletter





Commentaires

-