Le Kirghizstan va interdire TikTok pour "protéger les enfants" contre son "impact négatif sur leur éducation et leur santé"

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 05 septembre 2023 - 11:00
Image
tiktok
Crédits
Solen Feyissa sur unsplash.com
Les autorités kirghizes disent vouloir préserver les plus jeunes utilisateurs de cette plateforme chinoise.
Solen Feyissa sur unsplash.com

TECH - Le Kirghizstan est sur le point de bloquer le réseau social chinois TikTok. Cette ex-république soviétique de l’Asie centrale reproche à la maison mère ByteDance de ne pas "réduire l’accès aux informations nuisibles à la santé et au développement des enfants". Le Kirghizstan, pays voisin de la Chine, s’apprête ainsi à rejoindre la liste des États ayant déjà interdit ou restreint TikTok, une application de partage de vidéos courtes et divertissantes, à l'origine essentiellement musicales.

Les autorités kirghizes disent vouloir préserver les plus jeunes utilisateurs de cette plateforme chinoise. C'est le ministère de la Culture, de l’Information, du Sport et de la Jeunesse qui a annoncé mercredi 30 août 2023 sa décision de mettre fin à la distribution de ce réseau social sur le territoire du Kirghizstan. Le ministère du Développement numérique a déjà été le destinataire d’une demande en ce sens, explique-t-on dans un communiqué.  

"Aucune implication géopolitique" 

Cette décision a d’abord été justifiée par les demandes insistantes d’une vingtaine d’organisations non gouvernementales (ONG). "Nous avons reçu de nombreuses demandes inquiètes de la part d'ONG sur l'effet néfaste de TikTok", qui "affecte négativement le développement mental et la santé des enfants". À cela s’ajoute "l’absence de restriction d’accès aux informations nuisibles à la santé" de la part de ByteDance, maison mère de TikTok. 

Mais le communiqué a été supprimé jeudi 31 août 2023 et le ministère de la Culture a publié une nouvelle version sur sa page Facebook. Cette fois-ci, la mention des ONG et de leur "inquiétude" a été effacée et le Kirghizistan, un État allié de la Russie et de plus en plus proche de la Chine, affirme que la décision d’interdire TikTok "n’a aucune implication géopolitique". "Cette mesure vise exclusivement à protéger les enfants contre les informations pouvant avoir un impact négatif sur leur éducation morale et nuire à leur santé psychologique", rapporte l’agence de presse locale 24.  

Dans son nouveau communiqué, le ministère de la Culture kirghiz insiste surtout sur l’absence de fonctions permettant de contrôler l’âge des utilisateurs ou de restreindre l'accès "à des informations préjudiciables" pour les enfants. "Sur la base de ce qui précède et compte tenu de nombreux appels", le ministère de la Culture a fermement réitéré sa "décision de mettre fin au fonctionnement du service TikTok sur le territoire de la République kirghize". 

Le ministère du Développement numérique a de son côté confirmé la réception de la lettre lui exigeant "de prendre des mesures immédiates pour arrêter le fonctionnement de TikTok". Toutefois, aucune date exacte de l’entrée en vigueur du blocage n’a été avancée.  

Les représentants de TikTok "prêts à discuter"  

L’annonce des autorités kirghizes a fait réagir les responsables locaux de TikTok. À l’opposé de certains pays qui ont déjà bloqué ou restreint l’application chinoise, le gouvernement kirghiz semble n’avoir jamais averti ou mis en demeure ByteDance.  

Dans une lettre transmise au ministère de la Culture, la société rappelle ne pas avoir reçu de plainte officielle concernant ses activités. L’agence de presse 24 ajoute que les représentants de TikTok se disent "ouverts au dialogue" et "prêts à discuter avec les responsables kirghizes".  

De nombreux pays ont déjà décidé d’interdire ou de restreindre le réseau social chinois pour diverses raisons. Certains États ayant banni TikTok reprochent à ByteDance une "atteinte aux bonnes mœurs" (L’Afghanistan, le Pakistan) ou une "volonté de contrôler l’information" (Jordanie). Taiwan est l’autre pays ayant interdit TikTok en décembre 2022, compte tenu des relations historiquement tendues avec la Chine. Les pays occidentaux comme l’Australie, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Belgique, le Canada ou encore la France se sont contentés de restreindre l’usage de TikTok pour les élus, les fonctionnaires ou les militaires. De même pour le personnel de la Commission européenne, le Conseil, le Parlement et la Cour des comptes de l’Union européenne (UE).

Les États-Unis, principal rival de la Chine, ont maintes fois menacé TikTok d’interdiction totale, en raison des soupçons d’espionnage au profit de Pékin. Mais un État américain a déjà franchi le pas. Il s’agit du Montana, qui a promulgué en mai 2023 une loi interdisant l’usage de la plateforme.

Celle-ci est également épinglée en France. En juillet dernier, une commission d'enquête sénatoriale a appelé à mieux contrôler la "stratégie d'influence" de TikTok sur le territoire français. Les élus ont préconisé de "suspendre" le réseau social s'il ne respecte pas deux conditions à partir de janvier 2024. La première est de clarifier la nature de ses liens avec les autorités chinoises et la seconde consiste à mettre en place une modération "efficace" avec un "contrôle effectif de l'âge".

Le Sénat affirme tenir TikTok "responsable" de son contenu, puisque l’application agit directement sur le fonctionnement de son algorithme. L’avertissement de la commission sénatoriale intervenait quelques jours après les émeutes qui ont éclaté partout en France, pour lesquelles les réseaux sociaux, y compris TikTok, ont été tenus en partie responsables à travers la diffusion de contenus violents pouvant exacerber les tensions.

À LIRE AUSSI

Image
Facebook
Facebook accepte de payer 725 millions de dollars dans le cadre du scandale de Cambridge Analytica
La firme Meta, maison mère de Facebook, a accepté de verser 725 millions de dollars afin de mettre un terme au procès lancé contre elle en 2018 dans le cadre du scanda...
25 décembre 2022 - 10:30
Société
Image
Money money
Comment l'Union Européenne veut contrôler l'information grâce aux Big Techs. Partie 2) La toute-puissance financière des Big Techs
Retrouvez la première partie de cette enquête : Comment l'Union Européenne veut contrôler l'information grâce aux Big Techs. Partie 1) Politique et info, un vie...
02 juin 2023 - 17:30
Société
Image
oiseau bleu
Twitter Files, partie 11 (et 12)  : comment le réseau social est passé sous la coupe des services étasuniens du renseignement 
#TWITTERFILES - Dans de nouveaux “threads” publiés le 3 janvier 2022, le journaliste Matt Taibbi détaille la mise en cage de Twitter par les services du...
01 février 2023 - 11:40
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.