Brexit : l'impact sur la croissance européenne prévu pour fin 2016

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 12 juillet 2016 - 14:19
Image
Les drapeaux du Royaume-Uni et de l'Union européenne
Crédits
©Philippe Huguen/AFP
Le Brexit va se traduire rapidement par une baisse de la croissance dans la zone euro de 0,1 point.
©Philippe Huguen/AFP
Trois grands instituts européens de statistiques, dont l'Insee, prévoient bien que le Brexit impactera la croissance dans l'UE. Le funeste rendez-vous est prévu pour la fin d'année.

Le choix du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne va commencer à peser sur la croissance économique de la zone euro à la fin de l'année 2016, selon la prévision commune de trois instituts européens publiée mardi.

"Le référendum sur le Brexit entraîne une plus grande incertitude concernant les perspectives de croissance dans la zone euro", préviennent l'Insee (France), l'Ifo (Allemagne) et l'Istat (Italie) dans un communiqué commun.

"Au quatrième trimestre 2016, les effets du Brexit" devraient se faire sentir, "via les échanges commerciaux", expliquent ces instituts.

Dans les chiffres, cela se traduirait par une croissance du Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro retombant à 0,3% au quatrième trimestre, après 0,4% anticipé pour le troisième trimestre et 0,3% pour le deuxième. Au total sur l'année, la croissance économique globale des 19 pays ayant adopté la monnaie unique atteindrait 1,6%, très légèrement moins que les 1,7% de 2015.

La suite reste incertaine, car "les effets à moyen terme (du Brexit) restent dépendants des négociations à venir entre le Royaume-Uni et les pays de l’Union européenne", relèvent l'Insee, l'Ifo et l'Istat.

L'incertitude sur ces négociations pourrait provoquer de nouvelles turbulences sur les marchés financiers, pesant alors "sur la confiance et sur l'investissement", poursuivent les instituts. Ils estiment toutefois ces effets "très difficiles à quantifier à ce stade".

Ils se montrent en revanche confiants dans le fait que sur le reste de l'année, la consommation privée restera "le principal moteur" de la croissance, "grâce à la bonne orientation du marché du travail et à la faiblesse de l'inflation", nourrie par un pétrole très bon marché.

C'est déjà la consommation privée qui avait permis à la croissance économique du premier trimestre d'accélérer à 0,6%, avec les croissances les plus soutenues en Espagne (+0,8%), Allemagne (+0,7%) et France (+0,6%).

Après une perte de dynamisme anticipée pour le deuxième trimestre, l'investissement "reprendrait de l'élan à l’horizon de la prévision, soutenu par l'assouplissement des conditions de financement et l'amélioration des perspectives".

En revanche, "le commerce extérieur, soumis aux difficultés des pays émergents, continuerait de peser sur la croissance", comme cela a été le cas les trimestres précédents.

 

À LIRE AUSSI

Image
Des chalutiers pêchant dans les eaux françaises.
Brexit : la pêche en haute mer française pourrait tout perdre
Le secteur de la pêche, l'un des poumons économiques des régions côtières françaises, pourrait souffrir du Brexit. Si le Royaume-Uni décide de nationaliser ses eaux te...
12 juillet 2016 - 13:17
Tendances éco

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Olaf Scholz
Olaf Scholz, prince autoritaire à Hambourg, technocrate défaillant et chancelier chancelant
PORTRAIT CRACHE - Olaf Scholz est une énigme, mais on ne prend aucun plaisir à la résoudre. Gauchiste à l’époque de la RFA, puis élu centriste du SDP dont il devient l...
01 mars 2024 - 14:08
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.