Japon: ils sanctionnent un salarié pour des pauses de 3 minutes, ils s'excusent à la télévision (vidéo)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Japon: ils sanctionnent un salarié pour des pauses de 3 minutes, ils s'excusent à la télévision (vidéo)

Publié le 20/06/2018 à 20:34 - Mise à jour à 20:45
© Martin BUREAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Lundi, des représentants de la ville de Kobe se sont excusés publiquement à la télévision. Une entreprise publique de distribution de l'eau avait sanctionné financièrement un salarié pour un motif dérisoire –de courtes pauses pour s'acheter à manger– provoquant la colère d'internautes sur les réseaux sociaux.

Ses supérieurs l'ont sanctionné pour un motif futile, ils ont dû s'excuser publiquement à la télévision. Un salarié d'une entreprise publique japonaise de distribution de l'eau a subi une retenue sur salaire d'une demi-journée pour un motif dérisoire: l'homme s'est absenté entre septembre 2017 et mars 2018 de son bureau pour un total de 78 minutes. Agé de 64 ans, cet employé a quitté à 26 reprises son poste pendant trois minutes, le temps de s'arrêter à une supérette et s'acheter un panier-repas.

Visiblement très rigoriste, un de ses supérieurs a repéré le sexagénaire en le voyant par la fenêtre se rendre au magasin, alors qu'il était censé être à son poste. Une faute mineure –les absences se déroulaient bien pendant les heures de travail et non pendant la pause-déjeuner– qui aurait dû valoir sans doute une vague remontrance. Mais les dirigeants de Kobe City Waterworks ont décidé de sévir avec la retenue estimant que le salarié avait commis une faute sérieuse.

Mais l'affaire a fuité et l'opinion publique –via les réseaux sociaux– a sévèrement critiqué cette rigidité extrême des employeurs.

Face au scandale naissant, des représentants de la municipalité ont dû se plier lundi 18 à une pratique nippone pour le moins étrange d'un point de vue occidental: la convocation de la presse pour une autocritique et des excuses télévisuelles avec inclinaison de rigueur.

(Voir ci-dessous les images des excuses des dirigeants de Kobe City Waterfronts)

Une idée d'ailleurs moyennement bien accueillie par les réseaux sociaux nippons qui ont estimé que cette "culture de l'excuse" était tout aussi délétère que l'absurdité de la sanction imposée au salarié.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le salarié prenait des pauses pour s'acheter à manger.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-