Michel Drucker tacle Laurent Delahousse, "pas un mec bien"

Michel Drucker tacle Laurent Delahousse, "pas un mec bien"

Publié le :

Jeudi 05 Juillet 2018 - 12:43

Mise à jour :

Jeudi 05 Juillet 2018 - 12:51
Alors qu'il s'apprête à entamer sa 55e année à la télévision publique, Michel Drucker s'est confié au "Parisien". Et il n'a pas éludé la question des tensions entre Laurent Delahousse et lui, dénonçant "l’inélégance" de son collègue qui a imposé son émission à la place de "Vivement Dimanche".
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

"Laurent Delahousse n’est pas un mec bien". La réponse de Michel Drucker au Parisien n'est, sans surprise, pas passée inaperçue.

L'animateur historique de France 2 a en effet réglé une partie de ses comptes alors qu'il s'apprête à reprendre les rênes de son émission Vivement dimanche après deux ans d'interruption et que Vivement dimanche prochain est quant à elle supprimée.

Il est revenu sur ses tensions avec le présentateur du JT, celui-ci ayant "volé" la case horaire historique de Vivement dimanche, octroyée par la chaîne à 19 heures, le dimanche. Et Michel Drucker a autant critiqué le résultat que la méthode:

"De toute ma vie, je n’ai jamais critiqué un confrère, j’ai été d’une loyauté et d’une fidélité indéfectible au service public. Mais là, c’en est trop. Parce que Laurent Delahousse n’est pas un mec bien. Il a demandé ma place pendant près de dix ans. Chaque saison, il menaçait la direction de partir s’il n’avait pas le 19 heures alors que j’étais une locomotive pour son journal", a-t-il déclaré.

Lire aussi: Nagui, Ruquier, France 2 et le gouvernement. Patrick Sébastien règle ses comptes

Il n'a pas non plus hésité à tacler l'"inélégance" de son collègue "ballon d'or de la discipline" selon lui, ni à ponctuer cette pique d'un laconique "et en interne, je ne suis pas le seul à le penser".

Une tension qui illustre l'ambiance réputée délétère depuis plus d'un an au sein de France Télévisions en raison de sa politique de "jeunisme". Plusieurs présentateurs historiques jugent en effet que leurs scores ou la qualité de leurs émissions ne sont pas pris en compte dans l'octroi des créneaux, les chaînes leur préférant systématiquement les animateurs et concept plus "jeunes" afin de renouveler son image et séduire un autre public.

"Qu’on veuille rajeunir l’audience pour des raisons économiques, pourquoi pas? Mais être devenu le présentateur des seniors, c’est très valorisant. Il n’y a pas un sous-public", juge Michel Drucker qui entamera la saison prochaine sa 55e année sur la télévision publique.

Pour Michel Drucker, Laurent Delahousse est "ballon d'or" de "l'inélégance".


Commentaires

-